dimanche, mars 20, 2016

L'équinoxe de printemps 2016


Le thème astral de l’équinoxe printanier est censé décrire un moment-clé de l’année. Il offre de précieuses indications sur les énergies à l’oeuvre et l’atmosphère ambiante, permettant ainsi de « prévoir » un peu les tendances psychologiques et les comportements collectifs situées à la racine de nombreux évènements. Ces tendances colorent l’année et sans doute plus encore les trois mois qui nous séparent du solstice d’été. 

Equinoxe du printemps, le 20 mars 2016 à 05H30 (calculé pour Paris, France). 


ASPECTS REMARQUABLES


Le Soleil en Bélier au trigone de Mars en Sagittaire. 

Cet aspect de Mars (maître du Bélier), au Soleil dans le signe de son exaltation, évoque l’énergie et l’enthousiasme appliqués au sens de l’action et de l’entreprise. Plus important, il s’axe naturellement sur l’action juste, qui n’est pas une réaction à la peur ou au désir, mais un mouvement profond de l’intelligence. Ainsi des actes braves et courageux, des décisions tranchées et lumineuses sont possibles. Encore faut-il que le reste suive. Mars va rétrograder du 18 avril au 30 juin, avec ce que cela représente d’agressivité et de conflit, d’autant qu’en Sagittaire il y a des menaces de rigidité mentale et de fanatisme principalement dans le domaine religieux.

Mars au demi-carré et au parallèle de Pluton 

Que ces aspects évoquent un mouvement autodestructeur ne nous étonnera pas, mais la dynamique Pluton/Mars décrit aussi la capacité d’affronter et de vaincre la peur. Mars reste quand  foncièrement dangereux, capable de destruction (avec Pluton), infligeant la violence à la société (son carré à Neptune, voir plus bas)

Saturne au parallèle de Pluton

On voit ici, à l’origine de l’autodestruction, les forces de l’obscurantisme à l’oeuvre : le pulsionnel (Pluton) s’oppose aux règlements et aux conditionnements (Saturne), alors qu’il est brûlant de désir (Mars). Cela conduit à la transgression (Pluton) des interdits (Saturne), à des peurs profondes (parfois héréditaires) qui dans les pires des cas nourrissent le fanatisme et la barbarie. 

Vénus et Neptune conjoints dans les Poissons 

La conscience collective oscille entre la sentimentalité et l’amour. On saurait se sacrifier pour le bien-être du monde. Le désir de se dissoudre dans un tout plus vaste que soi est souvent récupéré par les illusions, les croyances, la foi et l’identification à un groupe, à une idéologie, à une nation. On désire ardemment appartenir et l’on souffre de se sentir séparé (1). On désire aimer mais on est prisonnier de la peur ou de la souffrance de ne pas être aimé. 

La solution consiste à différencier entièrement l’amour de la souffrance, malgré les puissants conditionnements culturels qui les relient. Comprendre que l’on souffre de peur et d’anxiété, de se sentir exclu, du manque d’harmonie avec soi-même, de la séparation de la nature et des autres, de jalousie, de trahison, d’attachement et ainsi de suite, mais jamais d’amour, est essentiel pour approcher la vérité qui veut que l’amour vrai, qui est l’origine et la finalité n’entretient aucun lien avec la souffrance. La compréhension de cet aspect constitue une voie royale à la réalisation de soi.

Le carré de Mars à Vénus et Neptune en Poissons

Il s’agit maintenant de mettre en pratique ce qui précède. Avec Mars au carré de Vénus les passions amoureuses  ne seront pas exemptes de souffrances, d’autant que Neptune complique singulièrement la situation. On aime et l’on désire, on est confus et passionné, on trahit et l’on est trahi, on fait souffrir tout en craignant de faire souffrir, on rêve de fusion et de communion, on voudrait se conduire en saint (Vénus/Neptune) ou en héros (Mars/Neptune), mais la peur, la colère, l’avidité sensuelle, le manque de confiance dans la vie revoient nos prétentions à la baisse. 

Saturne en Sagittaire au carré de Neptune/Vénus dans les Poissons

Le carré de Saturne ne rend pas les choses simples non plus, car comme toujours dans son relationnel tendu avec Vénus il pousse à la quête de la sécurité affective, d’autant que son carré à Neptune stresse la souffrance d’être séparé. 

Saturne aide cependant à manifester un certain réalisme et à empêcher les illusions neptuniennes de prendre le dessus (voir Saturne au carré de Neptune . En tant que socle de la spiritualité Saturne correctement employé encourage une avancée saine et solide vers la contemplation et la méditation. S’il n’est pas compris par contre, la souffrance est assurée car l’on se sent isolé, déçu, désillusionné. 

Jupiter  en Vierge en opposition à Neptune/Vénus dans les Poissons

Jupiter complique également la situation car son opposition amplifie la sentimentalité (Neptune), la crainte de ne pas être aimé et la recherche du plaisir (Vénus). On peut expérimenter la joie d’aimer, mais tomber facilement dans la souffrance … Attention à la tendance à faire confiance à des gens qui ne le méritent pas (Jupiter/Neptune), parce que l’on désire absolument être aimé et apprécié. Comprendre que l’amour vrai ne demande rien en retour permet de dissiper les illusions et le désir d’identification qui naissent de la sentimentalité.

Le carré Jupiter /Saturne 

L’ensemble de ces contradictions est comme résumée dans le carré Jupiter/Saturne puisque les deux astres affligent la conjonction Neptune/Vénus. 
Le carré souligne donc ces orientations conflictuelles et paradoxales. Il se résout dans la capacité à structurer (Saturne) l’inspiration, la justice et la compassion (Jupiter) grâce à la patience, la détermination et la persévérance (Saturne). 

La dynamique subtile qui relie Saturne et Jupiter doit être comprise. Elle est expliquée en détail dans cet article : Vénus entre Jupiter et Saturne. 

Jupiter conjoint à Rahu dans la Vierge

On a parlé de cette rencontre dans cet article: Quand Jupiter chevauche le dragon
Si un sens de la justice accru est possible, le mensonge, la corruption, la dissimulation sont fortement présentes dans tous les domaines. L’anxiété, la colère, la peur de perdre ce que l’on a, la crainte de ne pas obtenir ce que l’on veut, l’attachement et l’insatisfaction sont amplifiés.

Ecologiquement des espoirs légitimes sont permis, puisque la Vierge est associée au nettoyage. Cependant de sombres machinations d’argent et de pouvoir restent au coeur des problèmes d’environnement. 

Une quête de l’ordre intérieure influence une partie importante de la conscience collective. Il peut être judicieux de ne pas rechercher l’ordre au coeur du désordre, c’est-à-dire dans les idéologies ou les croyances. Mieux vaut observer le désordre afin que l’ordre se révèle naturellement.

Mercure conjoint au noeud sud (Ketu)

Cette conjonction évoque des possibilités de percées favorables dans le cadre d’explorations et de découvertes psychologiques ou scientifiques. La quête de l’ordre dont on vient de parler à propos de Jupiter et de Rahu, ainsi que la compréhension des mécanismes secrets qui influencent nos destinées (l’occultisme) sont favorisés. 

Uranus au carré de Pluton 

Toujours actif cet aspect reste imbriqué dans la toile de fond de notre Terre, terriblement abîmée par des êtres humains sont obnubilés par leurs intérêts personnels. Uranus (la révolution, l’aristocratie dirigeante) corrompu par Pluton (le pouvoir) favorise la  montée du populisme nourrie par la nécessité d’appartenir (Neptune au carré de Saturne). La tentation de l’autoritarisme gagne de nombreux pays et non des moindres.

Jupiter (conjoint à Rahu) au trigone de Pluton en Capricorne

Cet aspect « favorable » aide la finance à prospérer en surfant sur ce chaos mondial, indiquant que derrière celui-ci se profilent nombre de manipulations, toujours alimentées par la quête du pouvoir et la poursuite de l’intérêt personnel (Pluton). 

Malgré tout, cet aspect est excellent pour le mécénat et le sponsoring, quoique sans doute reliés à de nombreuses arrière-pensées.  En ce sens certaines subventions, aides économiques et facilités matérielles et financières sont à approcher avec circonspection, à cause des risques de cadeaux empoisonnés (Rahu). Même dans le coeur de projets humanistes ou spirituels, les risques d’être manipulé ou utilisé, matérialisme triomphant oblige, sont importants.

Le grand trigone Lune, Uranus et Saturne  

Puissant, lumineux et correct le trigone Uranus/Saturne indique que des orientations collectives et personnelles, profondes, fondées sur l’intelligence, l’humanisme et la capacité de structurer une révolution nécessaire (forcément intérieure), ont capacité à transformer les consciences individuelles et peut-être ainsi de changer le monde. Le temps, la patience et la détermination (Saturne), s’allient à l’intuition, c’est-à-dire la perception directe de la vérité et à la quête de la liberté (Uranus). C’est notre responsabilité à toutes et à tous, puisque le monde brutal et désespérant qui est le notre ne changera pas sans que chacun d’entre nous ne tentions de vraiment, sincèrement, authentiquement, de nous transformer. 

Le fait que la Lune en Lion, prometteuse, créative, ludique, noble et brillante adresse un trigone à ces deux astres indique que le mental de l’humanité est en ce moment porteur de belles capacités à changer la vie. Certes, on l’a vu, les obstacles ne manquent pas loin de là. L’autodestruction, l’intérêt personnel, l’illusion, la quête de la sécurité, l’identification, la sentimentalité, l’autoritarisme et le populisme sont des ennemis puissants. Mais les trigones abondent également et les bonnes orientations sont supportées par le sens de l’action juste (Mars trigone au Soleil).

Jupiter au parallèle d’Uranus 

Terminons avec cet aspect riche de promesses, par lequel Jupiter (le protecteur) s’allie à Uranus (l’éveilleur). Le sens de la révolution, la quête de la liberté et de la vérité sont ainsi amplifiés, de même que l’originalité et la possibilité de trouver des solutions novatrices à nos nombreux problèmes. De belles énergies sont ici à l’oeuvre, malgré les obscurités qui nous cernent de toutes parts et il ne tient qu’à nous de les manifester dans nos existences. Sans doute le libre-arbitre est-il autant collectif qu’individuel : comprenons qu’il n’est pas offert, mais doit être conquis par l’intelligence ce qui est le but d’une véritable astrologie. 


(1) On comprend les dégâts que causent ces tendances lorsqu’elles ont reliées à Mars/Pluton et à Saturne/Pluton dont il venait d’être question.



CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.