mardi, avril 13, 2010

Astrologie et justice, l'affaire Jean-Pierre Treiber

Jean-Pierre Treiber né le 8 avril 1963 à 14H45 Mulhouse

Le suicide :

On put lire lors du suicide de Jean-Pierre Treiber, que son acte était parfaitement imprévisible et que d’ailleurs le médecin pénitentiaire n’avait relevé « aucunes tendances suicidaires » chez lui. Bref, on ne prit aucune mesure pour y parer. Le thème astral (instrument d’évaluation d’une personnalité très précis et fort pratique), indique quand à lui, contrairement aux conclusions médicales, une très forte propension au suicide : si celui-ci n’était pas prévisible à 100%, rien ne l’est jamais, un astrologue sérieux et compétent, devait en conclure après étude que les possibilités d’un tel acte étaient beaucoup plus qu’envisageables. Voici les principaux indices astrologiques menant à une telle conclusion :

- Mars planète de l’agressivité et de la violence est en maison XII, la maison où l’on se fait du mal à soi-même, une position natale qui oriente facilement l’esprit vers l’idée du suicide et qui aide au passage à l’acte.
- Mars, puissant, est en Lion, un signe de feu actif et dominateur, d’où il maîtrise le Bélier, qui est le signe solaire. Il adresse de nombreux aspects aux autres planètes, entre autres un parallèle de déclinaison à Pluton, le maître du pulsionnel, ce qui équivaut à une conjonction : ce type de relation négative entre ces deux astres (les deux maîtres du Scorpion) est toujours significatif d’une tendance (contrôlée ou non) à l’autodestruction (c’est une figure courante chez les toxicomanes par exemple).
- Chez JP Treiber Pluton est situé dans la première maison, qui est celle du moi, de l’ego, du caractère et du corps. La maison XII où Mars est situé est la maison du secret, du dissimulé, indiquant chez JP Treiber une violence (Mars) cachée, dirigée sur lui-même (Pluton en I). C’est donc un caractère obscur (Pluton), dont les principales colères (Mars) sont rentrées (maison XII) et dirigées contre lui-même (maison I).
- Dans cette position, Mars décrit à la fois un assassin en puissance (par sa violence dissimulée, mais attention cela ne l’accuse pas pour autant !!), qu’un homme qui met violemment fin à ses jours.
- Mars est au carré de Neptune, un aspect qui indique des craintes diverses, de la paranoïa : l’impression que le monde (Neptune) l’agresse (Mars), lui en veut (voir Centiloque n°49 : Si Mars afflige Neptune, l’univers (Neptune) est une arme (Mars) dirigée contre moi). Cet aspect, de la maison XII (épreuves) à la maison IV (caractère profond, origines), évoque de la sentimentalité, de l’apitoiement sur soi et par réaction une bonne dose d’agressivité.
- Neptune est très proche du Fond du Ciel (à 7°), l’angle qui décrit la famille, les origines, mais aussi la fin de la vie, la tombe. Comme Neptune est l’astre qui est associé à la souffrance et aux épreuves, le carré à Mars en maison XII (hôpitaux, prisons) évoque une fin de vie en incarcération, dans le secret, sous une forme violente: Mars en XII fait pencher vers le suicide, comme les faits l’ont prouvé, mais un assassinat était également envisageable.
- Mars enfin, de même que Pluton, est parallèle aux Noeuds lunaires ce qui indique à coup sûr une relation puissante entre cet astre de violence, l’autodestruction (relation Mars/Pluton) et la destinée. Comme Mars est en Lion (fort), en XII (tourmenté par le secret), maître de la IV (famille, origines, tombe), au quinconce de Vénus en VII (unions et passions tourmentées) et au carré de Neptune au Fond du Ciel (agressivité, peurs, haine de soi, violences envers soi-même), le suicide (prévisible depuis la naissance dans le sens où la structure de la personnalité démontre de vraies tendances suicidaires) était d'actualité à partir du moment où JP Treiber était placé dans les conditions requises (la prison, associée à Neptune au Fond du Ciel et à Mars en XII).
- J’indique à la fin de ce texte qu’au moment du suicide Mars rétrogradait en Lion, à quelques degrés de sa position natale. Cette longue rétrogradation de Mars dans la maison XII de JP Treiber suffisait à faire craindre un suicide.

La personnalité :

- JP Treiber était donc violent et colérique (Mars). Sa violence, pour une bonne part rentrée, cachée, était dirigée avant tout contre lui-même : il ne s’aimait pas (Neptune au Fond du Ciel en Scorpion, au carré et au parallèle de Saturne). Il était en colère contre lui-même et sa destinée (Neptune au FC au carré de Mars). La colère (Mars) agissait comme un poison (maison XII). Il désirait pourtant passionnément être aimé (Neptune joue un rôle central dans son thème et Vénus, l’astre de l’amour, est exalté dans les Poissons en maison VII, celle de l’union, du mariage, de l’idéalisation amoureuse). Sa violence éclatait sans doute en privé (Mars au carré de Neptune qui est sur le FC, la famille) et la chasse lui servait de soupape de sûreté (les animaux, sans défense devant un fusil, sont représentés par Neptune).

- Son problème était que Neptune, le maître de la VII (où se trouve Vénus en Poissons), responsable de chimères, d’apitoiement sur soi, de sentimentalité et d’illusions à propos de cette maison (idéalisation amoureuse déçue), est à la fois au carré de Mars (craintes, paranoïa, agressivité) et de Saturne (blocage des sentiments, incapacité à les épanouir, solitude, peurs des autres, peur de la fusion, manque d’empathie).

- JP Treiber se voyait (se savait) très différemment de l’image qu’il projetait à l’extérieur : c’était un sentimental (Vénus en Poissons), capable d’élever la femme sur un piédestal (Vénus maître du Milieu du Ciel, Soleil en maison IX), mais aussi de la haïr (opposition Vénus Pluton), sans doute plus intelligent que la moyenne (Uranus conjoint à l’ascendant au trigone de Mercure) mais fâché avec la société et avec la vie (manque d’opportunités, frustration de ne pas se sentir aimé, haine de soi). Il avait l’habitude de dissimuler sa vraie nature (Neptune au Fond du Ciel) et entretenait des fantasmes obscurs envers les femmes (Vénus opposé à Pluton, indiquant une possible cruauté), des fantasmes qui naquirent sans doute des frustrations d’être considéré comme un rustre et un inférieur (Saturne en maison VI, la maison des serviteurs, est au carré de Neptune).

- L’ascendant Vierge souligne cette double nature, celle d’un être sensible et intelligent qui passe, mais aussi se fait passer pour un rustre. Neptune, qui comme Mercure, provoque une double nature aime entretenir une sorte de secret à propos de la personnalité. La double nature est aussi inscrite dans les différents aspects de Vénus, dans le sens où s’il y a idéalisation amoureuse et désir d’être aimé, les frustrations noircissent la perception de la femme : Vénus est affligée par Pluton (fantasmes, pulsions de mort, possibilité de sadisme et de cruauté) et par Mars en XII au quinconce (passions secrètes, désirs dévorants mais dissimulés et frustrés).

- Neptune évoque beaucoup la dissimulation dans ce thème. Cet astre (à moins d’être compris, intégré, purifié) s'associe au mensonge et à la trahison, comme la maison XII déjà soulignée d’où Mars lui fait un carré. Pourquoi ? s’agit-il d’événements enfouis vécus dans sa jeunesse, ainsi que Neptune au Fond du Ciel le suggère? son visage marqué par un œil tombant, handicap important pour un être qui, au départ du moins, apprécie fort la beauté (Vénus en Poissons), joua-t-il un rôle important dans son relationnel? Fut-il marqué par une disparition traumatisante, avec Neptune proche du lieu de la tombe, maître d’une partie de la VIII, la mort, où se trouve Jupiter? On peut aussi s’interroger sur l’atmosphère familiale toujours avec Neptune au Fond du Ciel, qui évoque de l’étrangeté, du mystère, des relations qui ne sont pas ce qu’elle semblent être.

- Le Fond du Ciel (le milieu de la nuit, le début et la fin de la vie, et pour cela associé autant au foyer qu’à la tombe) décrit l'être en profondeur, sans masque : c’est le visage que l’on garde pour soi (au contraire du Milieu du Ciel, notre visage public, que l’on promène partout). Ce Fond du Ciel est en Scorpion, signe souvent tourmenté par la sexualité et la haine de soi. Comme Neptune, l’astre des émotions, est proche de ce Fond du Ciel, on sait d’entrée que le natif fut tourmenté et craintif, sans doute complexé, possiblement pervers, n’ayant pas été assez aimé enfant, le manque d’amour étant symbolisé par le carré de Saturne. On sait qu’il était aussi agressif (en réaction à un environnement familial difficile, cette réaction étant causée par le carré de Mars).

- Comme tous les êtres fortement marqués par Neptune et Vénus il rêvait d’union, de fusion, mais la destinée lui fut contraire (non par manque de rencontres, mais parce qu’il était tourmenté par la haine de soi). Saturne au carré du Fond du Ciel et de Neptune, interdisait aux sentiments d’arriver à maturité. Également au carré du Milieu du Ciel (l’idéal du thème, en Taureau qui appartient à Vénus) Saturne (maître de la V, l’éducation) rendit cet idéal inapprochable et ne lui permit pas d’apprendre à exprimer ses émotions (mis à part la colère envers ses proches). Neptune ainsi affligé par Mars en XII et par Saturne, aussi proche du Fond du Ciel (sans compter son quinconce au Soleil, signe d’un père souvent déficient), indique des circonstances cachées, mystérieuses, possiblement corrompues voire perverses, en relation avec la famille, le foyer, le lieu de vie de l’enfance, qui influèrent sur la personnalité qu’on peut qualifier de médiumnique négative : très influençable par les sentiments des autres, les émotions (Vénus est en Poissons) et les vibrations.

- Uranus à l’ascendant le rendait sans doute autoritaire, métallique et cassant, et comme beaucoup de complexés persuadé au fond de lui-même d’être supérieurement intelligent. Il possédait d’ailleurs sans doute une intelligence surprenante, quoique teintée de cynisme : Uranus l’astre de l’intelligence et Pluton le manipulateur sont proches de l’ascendant et Uranus et Mercure (la ruse, l’astuce) sont au trigone l’un de l’autre, et tous les deux au parallèle de l’ascendant. Jupiter quant à lui est au quinconce exact d'Uranus au lever, le rendant encore plus certain de son bon droit, mais parfaitement manipulable par les émotions. Jupiter en VIII, la maison de la mort, appuie l’hypothèse d’un traumatisme précoce en relation avec un décès, une maladie, un accident, dont il aurait pu être témoin. Il est certain qu’il devait beaucoup réfléchir, parfois se remettre en question (Uranus au lever) mais il avait malheureusement un compte à régler avec la société (Neptune) qui ne l’aimait pas (Mars et Saturne au carré de Neptune) ou du moins le pensait-t-il. Il est dommage que JP Treiber n’utilisât pas Uranus, couplé avec Mercure en IX (intellect capable d’études supérieures) pour apprendre à se connaître vraiment (puisque c’est le rôle essentiel de cet astre), afin de nettoyer sa violence intérieure et se débarrasser des obscurités qui empêchèrent l’amour et la joie (Vénus en Poissons en VII) d’illuminer son existence. C’était pourtant la solution, son cheminement personnel vers l’accomplissement, clairement indiqué dans son thème.

- Si l'on revient à Mars en Lion (fier, fort, courageux, dominateur) mais en maison XII (la maison des complots, du secret, du mal que l’on se fait à soi-même) et au carré de Neptune (peurs de l'environnement qui se transforme en agressivité et en violence cachée, on obtient un tableau assez complet de ce personnage plutôt hors du commun : c’était un homme violent et dissimulé (qui cachait son intelligence représentée par Uranus et Mercure), cynique et désillusionné (Pluton en I) et pourtant idéaliste (Soleil en IX) habité par la crainte (Mars en XII), désirant à tous prix être aimé (Neptune au Fond du Ciel, Vénus en Poissons et Lune en Balance) et parce qu’il ne l’était pas (ou du moins le pensait) hanté par un désir morbide d’autodestruction (Mars et Pluton) et par une certaine perversité. Ajoutons à ce tableau qu’il était possiblement vénal (Jupiter est en VIII, l’argent qui vient des autres, entre autres celui du ou des partenaires ou des associés). N’oublions pas qu’il fut arrêté pour avoir utilisé les cartes de crédit des victimes).

Hypothèses de travail à propos des assassinats :

- Neptune au Fond du Ciel peut, de part son carré à Mars en XII d'un coté et à Saturne de l'autre, signifier une trahison, peut-être par un membre de la famille ou par un(e) associé (e), représenté par Vénus en maison VII.

- Ce Vénus en maison VII peut également représenter une liaison amoureuse, une femme qui trahit JP Treiber.

- On remarque que Vénus est au sommet d'un YOD (triangle formé de deux quinconces et d’un sextile) entre la Lune et Mars au sextile l'un de l'autre. La Lune en Balance en maison III (le mental, la façon de penser, le désir d’être aimé), dans l'axe d'opposition au Soleil en IX (c'est une pleine Lune) est au parallèle de Jupiter (rêves qui peuvent être pris pour des réalités). Ce Jupiter est en maison VIII (la mort, l’argent des partenaires, l’enrichissement).

- Jupiter, comme Neptune, est maître de la maison VII (union, association)

- Il existe donc un lien précis entre la mort (maison VIII où est Jupiter), la tombe (Neptune et le Fond du Ciel, on pense à ce puisard où les cadavres furent découverts), le mental de Treiber (Lune vénusienne en Balance et le besoin d’être aimé) et l’union (la femme, l’épouse, l’amante car la Lune appartient à Vénus qui est en VII (union) et en Poissons (signe de Jupiter et de Neptune).

- Pluton, au parallèle de Mars, en maison I, conjoint à Uranus (une conjonction de génération mais qui joue ici un rôle important, car elle durcit le mental) est opposé à Vénus, teintant d'obscurité, de cruauté et de ténèbres l'idéalisation amoureuse.

- Mars, toujours lui, est donc (dans cette figure de YOD) au quinconce de Vénus en VII, indiquant de la passion et du combat entre la XII (épreuves, obstacles, souffrances, affaires cachées) et la VII (unions, associations) résultant en douleurs, frustrations et possibles trahisons.

- Vénus en VII joue au milieu de tout cela un rôle essentiel, car JP Treiber désira toute sa vie une association amoureuse idéale tout en étant incapable de la vivre. Son idéal se heurtait au carré de Saturne à l’axe Fond du Ciel/Milieu du Ciel et à Neptune. D'une certaine façon Vénus, pourtant magnifiquement exaltée et en maison VII, ne s'est pas prêtée au jeu ou encore le jeu a mal tourné. Vénus est également opposé à Pluton, ce qui pervertit sa belle nature : il faut savoir que Vénus, même maître ou exalté comme c’est le cas ici, en cas d’affliction grave peut mener à la cruauté et à la perversité.

- L’hypothèse d’un « complot », ou d’une manipulation, dont Treiber aurait été la victime reste envisageable, un scénario toujours possible pour quelqu’un qui a une maison XII chargée, car celle-ci représente les ennemis secrets. Si c’est le cas, il s’agit sans doute d’un membre de sa famille (Mars en XII est le maître du Fond du ciel en Scorpion) ou d’une maîtresse (Neptune maître de la VII). Neptune, l’astre de la trahison, tout proche du Fond du Ciel renforce ce scénario. Comme Neptune et Jupiter (ce dernier en maison VIII, la mort), dominent les maisons VII (l’union), et IV (l’origine, la famille et la tombe) un(e) associé(e), son épouse ou une maîtresse sont sur le banc des accusés. Voyons les faits clairement : avec un Milieu du Ciel (qui représente l’idéal) en Taureau, un Vénus en exaltation dans les Poissons en maison VII (fort attachement à la compagne, au partenaire), plus une forte nature neptunienne (encline au sacrifice), il est fort possible que JP Treiber, sachant la vérité, se soit sacrifié, vraisemblablement pour une femme qui fut ou était sa maîtresse ou encore en passe de le devenir. On sait que les deux victimes furent empoisonnées et qu’il n’y eut pas de violences sexuelles, ce qui corroborerait assez cette hypothèse, le poison, connu des adeptes de la chasse semble-t-il, ayant pu être utilisé par une femme. Il est également admissible que Jean-Pierre Treiber ait seulement aidé à se débarrasser des corps (par amour, ou plutôt pas sentimentalité). Il aurait ainsi obtenu (ou gardé ?) les cartes de crédit qui le menèrent à sa perte…

Le thème du suicide corrobore étrangement l’hypothèse du sacrifice :

Le 20 février 2010 à Fleury-Mérogis, calculé pour 6H15 am (il eut lieu d’après les gardiens entre 6H00 et 7H00 du matin).


- Le 20 février 2010, lorsque le corps est retrouvé à 7H15 du matin, la Lune à 9°40 du Taureau est au carré quasi exact de ce fameux Mars en XII de naissance !
Plus troublant : Mars transitait depuis octobre 2009 en Lion. Lors du suicide il se trouvait à quelques degrés de sa position de naissance, dans la maison XII (violences envers soi-même). Cette longue rétrogradation de Mars, sur un lieu aussi sensible dans le thème du natif était suffisante pour faire craindre le suicide.

- Saturne, au début de la Balance est au carré de Pluton début Capricorne. Les deux astres mortifères de nature, sont respectivement opposé et au carré du Jupiter natal, positionné en maison VIII (la mort). Dans le thème du suicide, c'est Saturne qui est en VIII (la mort) et PLuton en XII (la prison)

- Pour corser le tout, Uranus conjoint à ce Jupiter natal en VIII (la mort), ajoute son énergie électrique, fanatique, à celle de Mars (au carré de la Lune cette nuit là) pour commettre l'acte irréparable.

- Mais surtout, que penser de la conjonction Neptune/Soleil/Jupiter/Vénus en Poissons, les 4 astres conjoint au Descendant de naissance (cuspide de la maison VII, l’union) au moment du suicide? Il s'agit là d'une magnifique conjonction, qui en d'autres circonstances signifierait une belle rencontre, une union, voire une fusion mystique (Neptune) ou amoureuse (Vénus). Si l'on utilise le Soleil et Jupiter comme sommet nous obtenons à nouveau un YOD avec Saturne et Mars, tous les deux au quinconce du Soleil. Une énergie puissante, exaltée, mais obscure et violente (Saturne et Mars) préside ainsi à ce suicide (c’est clairement un thème d’union avec la mort !). Le mystère de cette affaire se tient-il ici ? quels étaient les liens entre les victimes (ou une des deux victimes) et JP Treiber qui aurait livré sur l'existence de Géraldine Giraud, une série de détails qu'il n'a pu inventer? S'agissait-il de rêves, de fantasmes? Y avait-il eu rencontre comme il le soutenait? S’est-il sacrifié pour le ou la vrai(e) coupable, un membre de sa famille, une maîtresse Neptune évoque ici la manipulation par les émotions : les relations Neptune/Soleil sont équivoques, elles poussent au mysticisme, au sacrifice, mais souvent à cause d’un déséquilibre émotionnel, d’autant que JP Treiber souffrait d’un quinconce Neptune/Soleil. C’est une configuration que l’on retrouve chez les victimes de sectes. Neptune domine les Poissons, c'est-à-dire la maison VII où se trouve Vénus en exaltation. Cela nous parle d'amour, de sentimentalité, de désir d'union et d'idéalisation de l'amour. Au point de sacrifier sa vie ? oui sans doute, le désir du sacrifice est créé par Neptune, Uranus à l’ascendant fait les destinées uniques et pousse au fanatisme des idées et Mars, le guerrier secret, dissimulé en XII et lié à Pluton, provoque clairement des envies d’autodestruction.


CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.