vendredi, septembre 18, 2009

Nouvelle Lune en Vierge et le comment penser (2)


Nouvelle Lune en Vierge aujourd'hui (18H44 GMT, ci-contre calculée pour Paris 20H44), conjointe à Saturne et à Mercure : le «comment penser» encore une fois, qu'il faut privilégier au «quoi» penser. C'est-à-dire que tout le monde entretient des opinions sur tout, fondées sur les expériences personnelles (la Lune, le passé, l'enfance), les informations (Mercure), la mémoire du corps (Mars/Pluton) et celle du coeur (Vénus/Neptune), le tout supervisé par Saturne qui fige les impressions dans le temps et les transforme en appréciations, en jugements, en manière d'être, de se comporter et d'agir.

Lorsque Mercure et Saturne s'affligent mutuellement, comme c'est le cas aujourd'hui, il faut réfléchir non pas aux opinions que nous avons échafaudées au cours de nos existences, et se féliciter d’avoir raison sur les autres, ou encore bêler avec le troupeau, mais plutôt se poser la question : pourquoi entretenons nous des opinions et des jugements ? ou pour le dire autrement, pourquoi sommes nous le plus souvent incapables d'aborder la vie, les évènements, les situations, avec un esprit vierge, innocent et par conséquent éveillé, vif, intelligent, c’est-à-dire tout simplement mercurien au meilleur sens (astrologique) de cet adjectif.

Saturne, qui est le temps, lorsqu’il est défavorable, détruit l'ordre mercurien, sa clarté et sa limpidité, puisque toutes les situations, les idées, sont envisagées à travers le filtre du passé révolu et des opinions. Après des années à raisonner de cette manière, nos esprits sont couverts de poussière, incapables de percevoir le neuf. Et voilà que nous sommes aujourd'hui en Vierge, le signe de la propreté, de l'hygiène, de la purification : se nettoyer l'esprit signifie donc se débarrasser du fardeau du temps, des jugements passés, des expériences bonnes ou mauvaises qui font que nous ne pensons plus par nous mêmes, qu’en vérité nous ne pensons plus du tout. Nous sommes prisonniers du passé, des sommes de connaissances accumulées par nos cerveaux, envahis, conditionnés par les ouvrages spécialisés, les livres saints, les traités de psychologie ou d ephilosophie, les gourous anciens ou modernes qu'ils s'appellent Shankara, Freud, Marx ou Saint Augustin.

On remarque que la nouvelle Lune, à 25° de la Vierge est au quinconce de Neptune en Verseau (toujours conjoint à Jupiter), et qu'elle est aussi en opposition à Uranus dans les Poissons: cela indique la possibilité de nous révolutionner l'esprit, d'ouvrir notre mental sur une autre façon de fonctionner, qui ne passe pas par le passé, par les connaissances accumulées, mais par une perception directe, uranienne, celle que l'on peut nommer intelligence (de plus Vénus adresse du Lion un quinconce à Uranus, ce qui nous parle de renouveau des émotions et de liberté d’aimer, mais attention à l'hypersentimentalité contenue dans l'opposition de Vénus à Neptune!)

Mercure opposé à Uranus accepte ce genre d'illumination, puisque cette figure permet (si l’on se méfie des excès uraniens, qu’on évite autoritarisme et sentiment de supériorité), d'allier perception directe et analyse, intuition et expression. Le grain de sable s’appelle bien entendu Saturne, qui conjoint à Mercure et opposé à Uranus résiste, symbolisant la peur du changement, la recherche de la sécurité, le conformisme, la dépendance des habitudes mentales.

Mercure affligé par Saturne créant une mauvaise orientation de la pensée (le mental a tendance à plier à la peur et à rechercher la sécurité dans toutes les directions), la partie n'est pas gagnée, mais elle n'est pas perdue non plus. L'astrologie n'est pas fataliste et le problème posé par cette nouvelle Lune est résoluble si l'on y met de la passion, de l'attention, et qu'on est vigilant à ne pas laisser la recherche de la sécurité prendre le dessus.

Bref, cette nouvelle Lune étonnante porte en elle tous les ingrédients nécessaires à une révolution de la pensée. Ainsi, il peut être intéressant, maintenant, ce soir, cette nuit, de s'asseoir quelques minutes à l'écart des bruits divers (si cela est c'est possible) et de s'observer, puisque après tout nous sommes le monde, que le monde c'est nous, et que s'observer soi-même, avec la peur, la violence et la bêtise que l'on perçoit généralement au cœur de nos êtres, c'est observer le monde dans son ensemble.

La Vierge étant associée à la médecine et à la guérison, il est possible que ces quelques minutes dédiées non pas à l'auto nombrilisme mais à l'humanité, et par delà à la planète sur laquelle nous vivons, servent à nous purifier, à nous ordonner et donc à nous soigner un peu.

Pour terminer, comme toujours lors des afflictions Mercure/Saturne, évitez les décisions importantes et cela jusqu'au 12 octobre! pour plus de détails relire Mercure en Vierge, notions d'ordre et Mercure rétrograde et le comment penser

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.