mardi, janvier 18, 2011

Mohamed El Bouazizi et les immolations par le feu

Si les immolations par le feu se répètent régulièrement depuis la guerre du Vietnam, elles restent des phénomènes tragiques qui frappent l’esprit d'horreur: comment ne pas imaginer l'agonie du corps et les douleurs insupportables que vivent ceux qui comme le martyre Tunisien Mohamed El Bouazizi survivent plusieurs semaines momifiés dans des prisons de bandages. Comment aussi ne pas penser aux injustices et à la puissance du désespoir capables d’inciter de tels gestes.

Provoquée par le décès de Mohamed El Bouazizi, une vague d'immolations se propage en ce moment à travers l'Afrique du nord : la Tunisie, l'Algérie, la Mauritanie, l'Égypte sont touchés et l'on se demande ce qui, astrologiquement pousse à de telles extrémités?

Pour comprendre on doit observer à la fois le thème de la victime, les transits la concernant et l'atmosphère collective (l’astrométéo actuelle) qui pousse comme en ce moment d'autres désespérés à perpétrer le même geste.

Mohammed El Bouazizi jeudi 29 mars 1984 à Sidi Bou Zid (12H00 : heure inconnue)

Les aspects du thème sont étonnants :
- Le Soleil en Bélier (signe de feu impulsif et guerrier) est au trigone d'Uranus, indiquant volonté et forte indépendance d'esprit. Uranus est en Sagittaire, le signe de la justice, un concept qui devait beaucoup le tourmenter.
- Neptune au carré du Soleil indique l’esprit de sacrifice. Cette tendance est soutenue par Vénus en Poissons au carré d'Uranus qui indique une sensibilité émotive à fleur de peau (ainsi que possiblement des frustrations affectives et sexuelles).
- Jupiter est de même au carré du Soleil. C'est un signe de gaspillage (celui de sa vie sans doute!) et de (parfois trop) grande générosité.
- Pluton au début du Scorpion est au parallèle du Soleil. Il crée une certaine morbidité d’autant que Pluton, Mars et Saturne en Scorpion ne peuvent qu'être fascinés par la mort). Uranus au demi-carré de Pluton renforce cette tendance tout en favorisant un sentiment de révolte contre la vie elle-même.
- La Lune en Poissons est au parallèle de Saturne, indiquant de la malchance, des difficultés matérielles, de la peur et de la solitude (cette figure serait plus facilement explicable avec l'heure de naissance qui nous donnerait l'ascendant et les maisons).
- Uranus, serré de près par Kétu, laisse prévoir un ou des événements brusques, soudains, transformant la destinée (la mort de son père par exemple qui le force à abandonner ses études afin de nourrir sa famille et bien entendu son immolation).
- Mars chez lui en Scorpion, maître du feu et de la guerre intérieure est prééminent. Maître du Soleil Bélier il est au quinconce de Mercure dans ce même signe (impulsivité mentale) et au demi-carré de Jupiter (la colère). Il est au carré de la Lune, ce qui renforce la violence, la frustration pulsionnelle et la capacité au passage à l'acte (le thème ainsi dessiné, avec une naissance vers midi, pourrait être juste car la Lune serait maître de l'AS, qui représente la façon dont on traite le corps. Mais ce n'est qu'une hypothèse).

Tous ces aspects, même sans l'AS nous décrivent un être résolu (Uranus/Soleil), généreux (Jupiter/Soleil), tourmenté et frustré par la peur et les difficultés (Saturne/Lune/Mars), attiré par la mort (Pluton, Saturne et Mars en Scorpion), doté d’une sensibilité excessive (Neptune/Soleil, Vénus et Lune en Poissons).

La clef de son acte cependant ne peut être trouvée sans les parallèles de déclinaison qui relient Jupiter, Uranus, Neptune et les Noeuds lunaires, ouvrant la voie à une vision d’ensemble cohérente du thème et à la compréhension de la personnalité:

- Par son parallèle à Uranus, Jupiter le maître de la justice, déjà au carré du Soleil et au demi-carré de Mars, indique une vraie colère contre la destinée, contre le gouvernement (le Soleil) et contre la société en général (il demandera à sa mère de ne pas le blâmer lui mais plutôt l'époque dans laquelle nous vivons).
- Uranus « grossi » par Jupiter et « sentimentalisé » par Neptune est le seul astre capable d’exalter ainsi l'esprit au point de le soumettre à ce type de décision dramatique.
- Neptune représente le désespoir mais aussi le sacrifice. Maître de l'empathie il est à l'origine de l'immense vague de compassion (Jupiter) qui suivit son acte, des violents sentiments d’injustice (Uranus/Jupiter) qui débouchèrent sur le mouvement révolutionnaire uranien (la révolution de jasmin), mais aussi de la contagion actuelle des immolations, qui entrent dans le cadre neptunien.
- Mêlés à cela les Noeuds lunaires représentent la destinée, l’enchaînement des causes et des effets qui mènent à sa mort.

L'immolation eut lieu le 17 décembre, journée qui appartient à cette période dangereuse dont nous avions parlé (voir Astrométéo de fin d'année (2010):
- La conjonction Mars/Pluton, éminemment autodestructrice, se passait au carré de son Soleil flamboyant en Bélier et sur son Jupiter de naissance en Capricorne (recrudescence de la colère qui mène à l'autodestruction).
- Saturne en Balance était opposé à son Soleil (obscurcissement de la lumière)
- Mercure (le pouvoir décisionnel, le choix) et Rahu (l'événement, la destinée, la causalité) transitaient sur son Neptune, indiquant que l'émotion (colère, humiliation, sacrifice) troublaient la raison (Mercure).
- Mercure, Rahu et Kétu, de même que Mars et Pluton étaient aussi dans l'orbe du carré au Soleil.
- La Lune opposée à son Saturne indiquait le désespoir, l'incapacité de s'en sortir matériellement.
- Vénus était en Scorpion, très proche de son Saturne et donc également opposé à la Lune en transit. Elle montre comment la mort, si présente dans son thème de naissance, put lui apparaître miroitante et salvatrice (Vénus est la beauté, Saturne la fin, le Scorpion la mort, la Lune les préoccupations de la pensée....)
- Neptune qui se rapprochait de sa Lune en Poissons, au carré de son Mars, exalta l'émotion, le désir de se sacrifier et de s’identifier à la souffrance des autres démunis comme lui.
- La dernière configuration frappante de cette journée particulière concerne le Soleil (le Feu), Mars (l’action) et les Noeuds lunaires (la destinée) qui étaient en Parallèles de déclinaison!

Pour terminer, revenons-en à l'atmosphère collective, cause de cette vague d'immolations dont nous parlions au début de ce texte: celle-ci est sans nul doute en relation avec cette conjonction Jupiter/Uranus en Poissons, elle-même renforcée par le sextile de Mars qui vient d'entrer en Verseau lui même conjoint au Soleil.

Les analogies sont claires:
- Jupiter commande à la justice. C'est le sentiment d'injustice sociale qui prévaut chez les candidats au suicide poussés au désespoir par des conditions économiques humiliantes et catastrophiques.
- Uranus représente la révolution, le désir impérieux de changement, les décisions brusques, soudaines et souvent exaltées. Il est cette folie qui saisit l'esprit parfois, le rendant capable des actes les plus extrêmes, à partir du moment où il est puissant dans le thème de naissance comme dans le thème de Mohamed Bouazizi que nous venons de commenter.
- Les deux astres sont en ce moment en conjonction resserrée et en parallèle de déclinaison, formant à eux deux un noyau puissant, violent et déterminé, animé par la colère ainsi que par la soif de révolution et de justice.
- Mars quand à lui est le maître du feu, de la chaleur, des brûlures. Il indique le courage physique qui est nécessaire à une telle entreprise. Il vient de pénétrer le Verseau (le signe le plus politisé qui soit) et ainsi d'entrer directement dans l'espace uranien, l’astre le plus résolu qui soit.
- Sa conjonction avec le Soleil commencée depuis quelques jours évoque bien une torche, une flamme, un incendie. Le Soleil est de son coté toujours en relation avec l'idéal, la noblesse des idées et des comportements. Il est la lumière qui brille dans la nuit. En ce sens l'immolation par le feu illumine de façon terrible la misère humaine.

En conclusion le sens de l'injustice (Jupiter/Uranus), la quête d'un idéal social (le Soleil), la force des idées (Uranus) et la capacité d’action (Mars) s'allient ici pour pousser des individus à une mort spectaculaire. Provoquées par des situations insupportables ces actions d'éclat sont rendues possible par une cristallisation des émotions (Neptune, Vénus et Jupiter) que seul Uranus est capable d'apporter d'où son association négative avec le fanatisme.

Suicides et sacrifices ne sont pas la solution.
- Un Uranus vraiment positif, c’est-à-dire calmé, profond, capable de se remettre en question, illumine de l'intérieur et nous fait comprendre que l'injustice ne disparaîtra que lorsque l'intelligence régnera. Ce n'est pas pour demain certes mais la voie neptunienne du sacrifice, aussi frappante et physiquement courageuse soit-elle (surtout assistée par Mars) n’est qu'une cristallisation négative de l'émotion. Elle a plus à voir avec la sentimentalité, qui est une forme sophistiquée de l’égoïsme, qu'avec l'amour.
- Jupiter et Uranus conjoints comme ils le sont depuis de longs mois ont la capacité de changer les choses et éventuellement d’établir la justice, mais cela passe par un changement, une révolution des consciences, c’est-à-dire de la conscience collective. Est-ce possible dans un monde déshumanisé où le matérialisme, l'égoïsme, la brutalité, la quête infinie du plaisir et la fuite de la peur et surtout l’absence de compassion règnent en maîtres ? A chacun ici de prendre ses responsabilités, non pas par le combat social qui finit trop souvent par rétablir les mêmes archétypes mais par le travail sur soi puisque après tout je suis le monde et le monde c’est moi.

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.