lundi, septembre 07, 2009

Mercure rétrograde et le comment penser

Mercure rétrograde du lundi 7/09/09 au mardi 29/09/09.

Les rétrogradations mercuriennes sont souvent problématiques, car le répétera-t-on assez, Mercure représente le processus de la pensée, le « comment l'on pense » et ses déplacements influencent énormément nos choix, nos décisions et nos états d'esprit, c'est-à-dire en définitive nos destinées.

Pour certaines traditions les rétrogradations planétaires (cette illusion d'optique, due à la mécanique céleste, qui fait régulièrement faire marche arrière aux planètes sur le sentier zodiacal), sont en relation avec le passé. Normal puisque les planètes semblent reculer. D’autres et cela va dans le même sens, parlent de karma, quoique ce terme soit mis à toutes les sauces.
Un astrologue Hindou de mes amis pensait que les astres rétrogrades sont plus puissants que lorsqu’ils se déplacent normalement. Les occidentaux, qui parfois les traitent d'handicapés considèrent que ceux qui sont traditionnellement dépeints comme « bénéfiques » (spécifiquement Mercure, Vénus et Jupiter) sont alors moins favorables qu’à l’accoutumée et que pour bien faire les « maléfiques » (surtout Mars et Saturne) en deviennent encore plus défavorables.
Pluton, Neptune et Uranus, rétrogrades une grande partie de l'année vues leurs lointaines positions, sont difficiles à juger dans ce contexte. Il est certains qu’ils restent comme figés sur des endroits particuliers du Zodiaque et agissent ainsi lentement et profondément.

Certains faits sont incontournables : lorsqu'il s'attaque à un lieu sensible d'un thème (spécialement en conjonction, carré ou opposition), un astre rétrograde (qui passe et repasse) appuie 3 fois en quelques semaines ou en quelques mois, sur celui-ci. Ce peut être Saturne sur l’ascendant (sérieux, asociabilité, recherche de solitude, renfermement, craintes irraisonnées, sagesse….), Mars au carré de Vénus (passion, désir, inflammation des émotions, sensualité, combat au sein du couple….), Mercure opposé à Saturne (gros risque d’erreurs, pensées mal orientées, méchantes, égoïstes….), etc....

Le premier passage, même s'il s'agit de Mars ou de Saturne, peut-être rapide, parfois indolore alors que l'on pourrait s'attendre au pire. Le second passage, en rétrogradation, entame une période de gestation, de réflexion, de tension, parfois d’inflammation des circonstances, des évènements. Il y a des possibilités d’infections des situations et d’enlisements. Même si l'astre en question repart suffisamment loin en arrière pour échapper à l'orbe de l'aspect problématique, cela ne l'empêchera pas de rester en contact, comme relié par un élastique qui se tend mais ne rompt pas. On ressent cette impression particulièrement avec Saturne évidemment, rétrograde 140 jours, qui appuie parfois très longtemps où ça fait mal. Il est l'astre du temps après tout, il faut bien qu'il instille sa leçon d’une façon qui enseigne la patience.
Si tout se passe bien, le troisième passage est celui de la rémission, de la guérison, où les problèmes, s’ils ont été bien traités, bien soignés, s’éloignent enfin. Saturne, si c’est lui, laisse avec son départ une sensation de soulagement et de légèreté s’installer. Mais la vie est ce qu’elle est. Parfois les problèmes posés par cet astre difficile (santé, travail, amour, mal d’être, séparation, obstacles de toutes sortes) se sont installés pour de bon et l’on doit en subir les conséquences, même s’il a bougé.

Mercure reste cependant l’astre le plus intéressant à étudier dans ce cadre, peut-être parce qu'il est de nature vif, rapide, changeant et que ses rétrogradations nuisent grandement à sa nature. En ce qui concerne les thèmes individuels, cela dépend bien entendu du lieu particulier du thème qui est touché. Cela peut s'avérer un bienfait (un beau Mercure rétrograde sur Vénus ou sur Uranus, apporte de la subtilité, des idées brillantes, de magnifiques intuitions), ou être vécu comme une période très pénible (avec Mars ou Pluton l’esprit se révèle dur, agressif, combatif, obscur et rusé, avec Neptune il succombe facilement aux sirènes de l’illusion même si l’inspiration est souvent présente, et avec Saturne il cause, presque toujours, le désordre de la pensée) .

Ainsi il y a énormément à dire sur les rétrogradations mercuriennes, sans doute les plus intéressantes à étudier, entre autres dans le cadre des progressions secondaires. Mais, pour le moment, ce qui nous préoccupe c’est celle qui commence aujourd’hui et qui se poursuit jusqu’au 29 septembre. Mercure, qui est en ce moment à 6° de la Balance sera alors à 21° de la Vierge, c’est-à-dire qu’il sera passé derrière Saturne (actuellement à 23° de la Vierge) et qui sera à 26°30 de ce signe à la fin du mois.
On comprend donc que cette rétrogradation va maintenir Saturne et Mercure en contact étroit jusqu’à la mi-octobre (voir Mercure en Vierge, notions d’ordre) et faire simultanément interagir Mercure avec d’autres planètes de façon particulière, ce qui n’en doutons pas, agira sur nos pensées, nos paroles et nos actions (ce qui concerne aussi les grands décideurs de ce monde)

Le calendrier mercurien pour ce début d'automne:
- Mercure conjoint à Saturne (du 18/09 au 12/10)
- Mercure opposé à Uranus également à partir du 18/09 jusqu’au 10/10 (sensiblement la même période, à deux jours près)
- Mercure est également au carré de Mars depuis le 14/08 jusqu’au 12/09.
- Mercure est au carré de Pluton depuis le 23/08 et jusqu’au 21/09 et le sera à nouveau du 8/10 au 15/10
- Mercure sera dans l’orbe du quinconce à Neptune du 20/09 au 8/10, accrochant un peu, par translation de lumière, Jupiter sur sa route.
- Mercure enfin, à cause de sa rétrogradation, se fait rattraper par Vénus tout à la fin de ce passage, les deux astres se faisant une conjonction fin Vierge, du 4/10 au 12/10

Conseils pratiques :
1- Pendant toute la période Mercure/Saturne, éviter les décisions importantes, les risques d’erreurs sont démultipliés parce qu’on pense mal. Il est essentiel de surveiller attentivement ses pensées, sans jamais les juger. Elles paraîtront parfois étonnamment étrangères, d’autant qu’elles seront obscurcies par Pluton (matérialisme, ruse, manipulation, obscurités du désir et de la peur).
2- Comme cette rencontre a lieu en Vierge, c’est sur la purification que ces deux astres peuvent s’entendre. Ce n’est pas le moment de décider, ni même d’entreprendre, mais bien de clarifier, d’ordonner, de nettoyer. La contemplation du désordre, la vision du chaos (intérieur et extérieur), est la meilleure façon de procéder. De même, éviter tous les conflits intérieurs, les jugements, les comparaisons.
3- Les quelques jours où Mercure reste encore au carré de Mars sont dangereux pour toutes les formes de polémiques, d’énervements, de possibles frustrations. Le dieu de la guerre s’intériorise, mais c’est de cette façon qu’il finit par faire le plus de dégât et souvent, hélas, par agir brutalement sur l’extérieur.
4- L’opposition à Uranus peut être favorable, à condition de faire preuve d’humilité, puisque le moindre défaut des uraniens est de croire tout savoir. Les idées les plus brillantes, régulièrement faussées par Saturne ne sont pas appliquées. L’esprit est écartelé entre les deux astres et leurs aspirations divergentes. On veut caser la sécurité et l’aventure dans la même poche. On se veut révolutionnaire on n’est que timide réformateur. On se veut créatif, émettre des idées neuves et l’on ne fait que répéter ce que d’autres ont dit avant nous, parfois des gens éteints depuis des siècles et même des millénaires ! Mercure/Uranus est pourtant un bel aspect, qui pousse à penser par soi-même, à ne pas être un homme ou une femme de seconde main. Il faut pour cela profiter de cet aspect à fond, ce qui signifie se nettoyer du passé, des maîtres, des gourous, des spécialistes et faire preuve d’indépendance, d’originalité, de liberté. C’est un moyen d’atteindre le coté le plus positif de Saturne, qui est en face d’Uranus pour encore un bon moment, et qui dans son meilleur aspect symbolise la sagesse et la simplicité.
5- Le carré à Pluton est à observer, sans peur, même s’il obscurcit l’esprit. On ne peut pas s’en empêcher puisque la conscience collective (plutôt que l’inconscient collectif) est ici en jeu. Désirs de jouissance, de pouvoir, manipulations et ruses, toutes les noirceurs du monde qui est le notre et qui nous poursuivent depuis la nuit des temps. Observer donc comment nous participons intérieurement à cette obscurité. Comment nos peurs particulièrement en sont les premières responsables. Et peut-être amasser ainsi un peu de lumière et en distribuer autour de soi.
6- C’est ce mouvement qui en définitive décidera de comment nous pouvons vivre l’aspect à Neptune (et les quelques jours où Vénus s’en mêle), puisqu’il est double, ces deux astres étant à multiples facettes. Mercure/Neptune symbolisent les mensonges et les dissimulations, les promesses et les illusions dont les politiciens n’hésiteront pas à nous abreuver, mais cet aspect peut aussi éveiller l’inspiration et un vrai sens de la beauté, alors que l’esprit prend son essor et touche aux étoiles.
7- J’allais oublier la menace de la grippe H1N1, d’autant que Mercure et la Vierge ont fort à faire avec la santé. Mais nous l’avons vu (voir Jupiter et Neptune, grippe H1N1 et accidents d’avion), la situation est complexe. Il ne s’agit pas seulement d’une menace de pandémie, mais de peurs ataviques (Pluton) instrumentalisées (Mercure/Neptune) au bénéfice des affaires (Mercure/Pluton) et du pouvoir (Pluton), par des esprits mal intentionnés (Mercure/Saturne). Le mieux est de ne pas céder aux artifices médiatiques (Jupiter/Neptune) et de penser par soi-même (Uranus/Mercure).








CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.