dimanche, novembre 29, 2009

Herman van Rompuy

Herman van Rompuy, le 31 octobre 1947 à 13H15, Etterbeek (Belgique)

L’un des intérêts d’étudier Herman Van Rompuy est de comparer ce qui se dit de lui (sa « modestie », son manque de charisme, de brillance apparent, son physique peu glamour), et la réalité des faits astrologiques. Le thème de ce personnage maintenant célèbre devrait nous dévoiler sa réalité intérieure : non pas comment il se présente, ni ce que l'on perçoit de lui, mais ce qu'il est vraiment. Il me semble en effet que sa carte du ciel, et ce qu’il en ressort ne correspond guère à ce que les médias, entre autres français, nous font croire.
S'il s'agissait d'un thème astral complètement anonyme, que je doive interpréter en aveugle, comme cela arrive régulièrement, c'est-à-dire uniquement à partir des coordonnées de naissance, sans rencontrer le sujet, sans même avoir une photographie en ma possession, voilà comme je synthétiserai le personnage en question:
- Le thème est bâti pour le pouvoir et la réussite, obtenus entre autres par une grande force de séduction: Mercure et Vénus en Scorpion sont au Milieu du ciel, le lieu le plus élevé du thème, le pilier du succès, et conjoints au Noeud lunaire sud qui parle ici de destinée. Mercure et Vénus à 3° l’un de l’autre désignent l'intellectuel cultivé, fin, polyglotte, capable de subtilités mentales (c’est un poète créateur de Haïkus).
- Jupiter, l'astre qui favorise, qui offre les appuis et les connexions est tout proche, maître en Sagittaire, toujours dans la X, la maison du succès, une position évidemment excellente à tous points de vue.
- Vénus en Scorpion indique cependant HVR fut la victime d’une certaine image négative de lui-même, et que son cheminement porté par une puissante ambition s’est construit sur une compensation de ce complexe d'infériorité. Il n’est pas étonnant, qu’avec ce Vénus culminant en Scorpion, on se moque encore, à son âge, de son apparence physique.
- Mercure en Scorpion, également culminant, indique ruse, intelligence, astuce et sans doute une grande capacité à manipuler.
- Face à Mercure/Vénus/Kétu et Jupiter, la Lune en Taureau montre la capacité à la réussite matérielle. Elle apporte de solide bases mentales, une grande capacité à conserver l'énergie et à l'utiliser à bon escient, ce qui est rare chez un Scorpion, un signe qui a tendance à la gaspiller.
- Le Soleil en Scorpion est proche du Milieu du Ciel, mais il est en IX, indiquant un grand intérêt pour la religion (HVR serait adepte de Saint Thomas d’Aquin), pour les voyages, ainsi que pour l'enseignement. Il fut professeur d'économie et est sans doute un enseignant naturel.
Ainsi jusqu'à maintenant guère de surprises : HVR est fait pour réussir, ainsi qu’il l’a prouvé tout au long de sa carrière. Il aime la communication (politicien professionnel avec Mercure culminant), il possède une certaine éthique fondée sur des conceptions religieuses de l'existence (Soleil en IX). Il est ambitieux (Milieu du Ciel très chargé, avec Jupiter en X), il aime le pouvoir et l'argent (Lune en IV et Jupiter en X), mais aussi son chez soi (Lune en IV en Taureau). Il a des comptes à rendre affectivement et sensuellement parlant, certains désirs restant inassouvis parce qu'il ne s’apprécie pas (et ne s’est jamais apprécié), entre autres physiquement.

Ce qui change la donne cependant, et qui transforme ce portrait, c'est la puissante conjonction Saturne/Mars/Pluton en Lion, qui sont au carré de Mercure, Vénus, Kétu et du Milieu du Ciel.

Il s'agit en effet d'une association très coriace, très conflictuelle, mêlant une morale dure qui se heurte à des pulsions puissantes, (Saturne/Pluton), une capacité d'action bloquée et de belles frustrations (Saturne/Mars), des peurs profondes et de vraies obscurités (Pluton/Saturne), et une tendance à l’autodestruction (Mars/Pluton) qui est malgré tout circonscrite par Saturne, car celui-ci domine l’ascendant. L’autodestruction peut cependant agir psychologiquement et spirituellement, surtout chez un homme marqué par un Soleil en IX, la religion, qui s’est cependant consacré à la politique. Saturne, maître de l'ascendant Capricorne, joue ici un grand rôle sur l'attitude et le comportement : il s'agit donc d'un être aux pulsions puissantes (Mars et Pluton), qu'il soumet à la force de sa volonté (Saturne) et de ses conditionnements religieux (Soleil en IX)
Saturne, déjà très chargé (maître du Capricorne ascendant), au sextile d’Uranus (esprit philosophique) conjoint à Mars et à Pluton, est au carré de Vénus (peur d'aimer, peur de ne pas être aimer, séduction par la réussite) et surtout au carré de Mercure (mauvaises orientations de la pensée, durcissement mental, mauvais choix : sait-on quels furent ceux qui se proposèrent à lui ? l'ambition, la réussite se retrouvèrent peut-être trop souvent au centre des préoccupations). Il s’agit aussi pour lui, à cause de ce Mercure déficient entre autres d'imposer son mode de pensée aux autres, comme c'est le cas chez de nombreux penseurs politiques qui réussissent (Mercure au MC), et cela malgré les possibles erreurs de choix et de raisonnements dans sa propre vie (Saturne/Mercure).

Rajoutons quelques éléments à ce portrait :
- Uranus, l’astre de la révolution, au parallèle à Pluton, l’astre du pouvoir, pousse bien entendu la destinée dans cette direction, puisque ces deux astres agissent sur le Scorpion qui domine le Milieu du Ciel et la X. Uranus au sextile de Saturne s’en retrouve stabilisé dans sa quête.
- Jupiter/Mercure et Lune en parallèle de déclinaison renforcent la capacité à la réussite matérielle et sociale (Jupiter maître en X, Mercure culminant au MC, Lune exaltée en Taureau en IV, une combinaison très puissante !!). La Lune dans cette position aide heureusement à calmer le mental qui est agité par toutes les valeurs Scorpion (Soleil/Mercure/Vénus/MC/Kétu en ce signe, plus Mars et Pluton les deux maîtres de ce signe conjoints, ainsi qu’Uranus, exalté dans ce signe, parallèle à Pluton).

Pouvoir et succès sont donc très marqués dans ce thème, ce qui ne devrait pas surprendre chez le premier président de l'Europe. La destinée particulière qui lui échoit est indiquée par Mercure et Vénus au MC, tous deux parallèles aux Noeuds lunaires dans l'axe X/IV

On réalise ainsi que ce thème est tendu, dominateur, rusé et calculateur, porté par l’ambition ainsi que par une certaine image négative de soi. Vues les positions planétaires on peut lui faire confiance pour avoir réalisé un vrai travail sur lui-même, d'autant que la vie lui a apporté de belles satisfactions. Cela ne retire pas l'orientation ambitieuse, la quête du pouvoir et une vraie dureté intérieure. Ce thème montre certes de la discipline, de la force de caractère, de la ruse, un intellect puissant, un grand pouvoir de communication et de séduction, mais on pourra lui reprocher un manque de compassion, une certaine étroitesse d'esprit, trop de dépendances envers les conditionnements, les croyances, les valeurs traditionnelles, la foi et les connaissances. Il y manque une vraie créativité, une capacité à la liberté et à l’improvisation, et peut-être un véritable amour pour le genre humain.

On se trompe en tous cas en parlant depuis sa nomination de présidence modeste obligatoire, en croyant que HVR, face aux Obama, Medvedev et autres Jintao ne fera pas le poids ! Il semble, à vue de son thème, qu'il appartient bien au club fermé de ces politiciens professionnels qui surent s'élever au-dessus des populations de leurs pays à la force du poignet, ceci pour le meilleur et pour le pire. Astrologiquement parlant on ne lui reprochera pas une soi-disant mièvrerie ou modestie qui ne sont qu'apparentes mais aucunement réelles. On lui reprochera plutôt ce carré Mercure/Saturne (symboliquement parlant !!) qui le met dans le clan de ceux qui sont toujours en danger de prendre de mauvaises décisions, car en fin de compte incapables de reconnaître et d'accepter leurs motivations profondes, ce qui est gênant lorsque l’on a de grandes responsabilités. Son Saturne maître de l'AS, et si négativement marqué comme nous l'avons montré, indique que l'orgueil (Mars/Pluton/Saturne en Lion), le manque d'estime de soi (Vénus en Scorpion), la peur de ne pas être aimé (Saturne au carré de Vénus) et en définitive la dureté mentale et l'intransigeance (carré de Saturne/Mars et Pluton à Mercure qui régule l'intellect et sa structure), pourraient être responsables de graves erreurs.

On remarquera enfin qu'Uranus (au parallèle de Pluton, maître du Scorpion et du Milieu du Ciel et au sextile à Saturne) est actuellement (et était lors de sa nomination) au trigone de Mercure/Vénus/MC/Kétu. Il se dirige vers le trigone à Jupiter ce qui ne peut être qu'un bon signe pour lui. La réussite majeure de sa vie, venue telle une surprise, est un bouleversement du à cet astre au quinconce de Kétu en X, représentant la destinée de naissance. Jupiter et Neptune en Verseau, le signe d'Uranus, au trigone de celui-ci en Gémeaux de naissance, au carré de cet amas culminant en Scorpion ont bien appuyé ce mouvement alors que Pluton entré au sextile du Soleil, ne pouvait qu'aider. Neptune de naissance, en Balance (dominé par une Vénus au MC) est au sextile de Mars et Pluton, maître du MC. Il assiste également à la notoriété maintenant mondiale : on retrouve un Neptune toujours bien marqué chez les gens qui atteignent à ce niveau de célébrité. Quand à Saturne, qui domine quand même ce thème par tous ses aspects et sa maîtrise sur l’ascendant, il vient d'entrer en Balance, au sextile exact de Jupiter en X, tout en restant au trigone de la Lune à la fin Taureau ! Son heure était vraiment venue!!


CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.