samedi, décembre 12, 2009

Astrométéo 2010 (1) Uranus, Saturne, Pluton, Jupiter

Impossible, même avec toute la bonne volonté du monde, d’exposer l'opération des astres sur une année entière : ce serait vouloir raconter les mouvements de la vie elle-même, pour presque 7 milliards de personnes, avec ses orientations obscures ou lumineuses, ses égarements, ses trouvailles soudaines, ses incertitudes et ses décisions, ses épreuves, ses échecs et ses accomplissements.
D’un autre coté on peut rendre compte des événements astraux qui marquent l'année de façon significative, concernant à la fois les nations et les individus. Il s’agit surtout par ce biais de tirer quelques leçons, afin de mieux vivre et de transformer nos consciences, seul moyen d’aider la planète à se porter mieux.

Quels sont ces évènements :

1 Mars, par sa rétrogradation, se promène en Lion du 16 octobre 2009 au 7 juin 2010.
Ce très long passage commencé il y a déjà deux mois, menace plus particulièrement les nations marquées par les signes fixes (Taureau, Lion, Scorpion, Verseau). Il s’agit entre autres des grandes puissances marquées par le Verseau ou le Lion (Russie, Chine, USA ainsi que l’Italie et la France), ainsi que les peuples appartenant au Taureau ou au Scorpion : Iran, Grèce, Irlande, Canada, Norvège, Suède, Israël, Algérie, Maroc entre autres (voir Identité nationale et identité astrale), une liste loin d'être exhaustive car nous connaissons mal les particularités astrologiques de la majorité des pays.

De même, les individus marqués par ces signes fixes (qu’il s’agisse de la présence dans leur thème natal du Soleil, de la Lune, de l’ascendant, voire de Saturne, positionnés dans l’un de ces 4 signes), sont également concernés. Ceux-là risquent fort, lorsque Mars aspectera par carré, opposition ou conjonction, un de ces points sensibles, de céder à l’impulsivité (au mieux) ou à leur pulsions violentes (au pire) en passant par une sexualité plus exigeante, des désirs contraignants et de possibles frustrations, une agressivité mentale et verbale accrue, car Mars représente à la fois le courage et l’agressivité, le désir, l’action physique, l’impulsivité, la domination, la violence et souvent la frustration dans sa relation négative à Saturne.

La solution (bien utiliser Mars) consiste d’une part à servir, à aider les plus faibles, à utiliser l’énergie de cet astre pour le bien de la communauté (à développer l’esprit chevaleresque), et d’autre part à comprendre l’influence du désir sur l’esprit, ainsi que sa relation à la violence et à la peur.

2 Opposition Saturne/Uranus de début mars à la mi-septembre 2010.
Nous sommes habitués à cet aspect(très actif de la fin 2008 aux derniers jours d’octobre 2009), qui marque un enlisement des situations, à cause du conflit permanent entre le désir de changement (Uranus) et la recherche de la sécurité (saturne).
Cette fois l’opposition se fera plus frustrante, plus pénible, plus destructrice, à cause de Pluton (le pulsionnel, la peur, l’obscurité, le pouvoir) qui adresse un carré à ces deux astres eux-mêmes en opposition.

On a besoin ici d’une véritable compréhension de ce qu’est la quête de la sécurité (Saturne), sa relation à la peur et à la recherche du plaisir. Il faut s’interroger : la sécurité existe-t-elle ou n’est-elle qu’un leurre, qu’une illusion ? l’aventure (Uranus) et la quête de la sécurité (Saturne) peuvent-elles coexister ? c’est aussi la question du temps (Saturne), de la durée, qui se pose à l’intelligence (Uranus) : le temps (Saturne) est-il nécessaire au changement, à la révolution intérieure (Uranus) ? ou bien le temps psychologique (le conditionnement qui nous impose l’idée du changement progressif) est-il au contraire un obstacle, qui fait que (effectivement) l’être humain, malgré tous ses efforts, reste toujours aussi brutal, effrayé et violent que par le passé?

3 Jupiter rejoint Uranus au mois de mai pour ne plus le quitter avant février 2011!
Il entre dans les Poissons le 18 janvier 2010 (achevant ainsi sa longue conjonction avec Neptune en Verseau, responsable), traverse ce signe comme une fusée et stationne en Bélier du 6 juin au 9 septembre avant de rétrograder dans les Poissons.

Jupiter est l’astre qui favorise. En Poissons il fait preuve d’humanité et de compassion, ce dont nous avons fort besoin. Jusqu’à un certain point il contrebalancera la lourdeur saturnienne et aidera à l’amplification des qualités uraniennes.
Cependant Jupiter grossit tout ce qu’il touche : conjoint à Uranus il dilate l’ego qui se persuade d’avoir toujours raison comme c’est le cas pour de nombreux penseurs et politiciens. Au carré de Pluton (valable tout l’été), il accroît le désir de richesses et de jouissances, et favorise les connexions qui vont dans ce sens.
Jupiter est en ce sens maître du gaspillage, un travers que nos sociétés occidentales connaissent bien, puisqu’elles en ont fait un mode de vie sous le nom de croissance : produire toujours plus, dépenser toujours plus, comme si les ressources de la terre étaient inépuisables, même encore maintenant quand nous savons tous qu’il nous reste à peine quelques décennies avant qu’elles ne soient épuisées.

Jupiter, si favorable pourtant, s’avère ainsi négatif, car il pousse à mener la grande vie, à jouir tant que faire se peut et après moi le déluge. Paradoxalement Saturne, si décrié, si «maléfique», se montre par son austérité et sa simplicité, bien plus favorable à l’environnement. Ainsi il faut craindre que Jupiter le flambeur, le dépensier, ne relance les crédits et la surconsommation, ce dont beaucoup se réjouiront jusqu’à la prochaine crise, à moins que Saturne ne réussisse à nous raisonner.

4 Pluton en Capricorne stationne au carré de cette double opposition :
* Le carré Saturne/Pluton commencé en septembre 2009, se suspend début avril (Saturne rétrograde en Vierge le 7 avril) avant de reprendre début juillet jusqu’à la fin du mois d’octobre.
* Le carré Uranus/Pluton est actif de la fin mai à la fin octobre (il repartira de plus belle en mars 2011 jusqu’en 2017 !!).
* Avec les translations de lumières, les relations négatives Uranus/Saturne/Pluton sont activées dès la fin du mois de mai (Uranus faisant le lien entre Pluton et Saturne) et se poursuivent jusqu’à la fin octobre (Pluton faisant le lien entre Uranus et Saturne). Jupiter rejoint cette configuration dès le début du mois de mai et reste également actif dans ce cadre jusqu’à la fin du mois d’octobre.

Au mieux Saturne est en relation avec la sagesse (le silence de l’esprit, la sérénité, l’austérité synonyme de simplicité). Son action faite d’attente, de réflexions, de lents cheminements, nous conduit idéalement dans cette direction.
Pluton, le pulsionnel, tout aussi idéalement, se montre créatif, jouissif, et nous aide à nous libérer de la peur, l’ennemi héréditaire de l’humanité.
Uranus enfin, sous son meilleur jour, nous révèle l’intelligence, la capacité de transformer nos consciences et le monde par la même occasion. Quand à Jupiter, il ouvre les portes, crée les connexions, les rencontres, nous permet d'être là où il faut quand il faut.

Cependant, lorsque ces astres s’affligent mutuellement, ce sont généralement leurs facettes les plus négatives qui sont activées.

La relation conflictuelle Saturne/Pluton met le doigt sur l’un des plus anciens conflits qui troublent l’humanité : la lutte entre le corps et l’esprit. Le pulsionnel, le désir intense de gratifications sensuelles (Pluton), se heurte à la discipline et aux interdits (Saturne). La quête du pouvoir, de la richesse, de la jouissance (Pluton) s’oppose à l’austérité et se heurte à différents obstacles (Saturne), ce qui génère insatisfactions et frustrations. A un niveau plus intime, nos obscurités les plus anciennes, les plus inavouables (Pluton), se heurtent à la volonté de pureté, de renonciation, de domination de nos esprits (Saturne), un combat qui se traduit par l’angoisse, la crainte, la honte et la culpabilité.

Saturne représente ici, de part sa nature mentale exigeante, froide, tendue, coriace, les enlisements, les obstacles de différentes natures, les tentatives de vaincre le pulsionnel par les philosophies, les idéologies, les religions fondées sur le passé, les traditions, les croyances, les menaces de châtiments dans ce monde ou dans un autre.
Pluton symbolise notre animalité amorale, la pulsion de mort, la pulsion sexuelle, les obscurités où règne la crainte, le tout se transformant en quête de pouvoir et de jouissance. Il symbolise ce qui agit dans le secret de l'être, dans les corridors les plus obscurs et les plus souterrains de nos esprit.
Il représente aussi les tractations secrètes entre gouvernements, les multinationales et les maffias, l’argent des armes, de la drogue, de la prostitution, les travailleurs esclaves, adultes et enfants, les combines inavouables dont souffrent les populations les plus pauvres de la planète. Pluton de cette façon est directement à l’origine des déséquilibres mentaux, des violences, des guerres larvées ou non.

Insatisfactions, frustrations, angoisses, anxiétés, hontes, culpabilités : pas d’autre solution ici que de trouver les clefs de la peur qui se trouve évidemment à la base des problèmes de l’humanité. Pourquoi craignons-nous ce que nous sommes ? nos désirs, la vie, le sexe, la mort ? Qu’est-ce qui se cache derrière cette sensation puissante, horripilante, qui nous force à agir contre nos propres intérêts, qu’ils soient individuels ou collectifs ? serions nous méchants, violents, destructeurs, si la peur n’existait pas ? serions nous ambitieux, dominateurs, assoiffés de pouvoir ? Ce carré Saturne/Pluton souligne ce problème complexe situé au cœur des intégrismes, des autoritarismes, des interdits, des quêtes effrénées du plaisir qui ne sont que des fuites de ce que nous sommes (voir initiation à la guerre intérieure).

Uranus quand à lui, associé à la révolution et à l'intelligence dans ses actions positives, risque comme nous l’avons vu d’être bloqué dans ses actions et ses intuitions par son opposition à Saturne (le désir d'aventure et de changement gelé par la recherche de la sécurité). Il révèlera sans doute plus tard, dans les années qui viennent, avec son carré à Pluton, ses pires facettes en relation avec l'aristocratie dirigeante, l'autoritarisme dépourvu de compassion, la technocratie toute puissante.

C’est que ces deux astres apprécient le pouvoir, peut-être pour différentes raisons : Pluton est en quête des gratifications sensuelles que la richesse et le pouvoir délivrent, qu’il s’agisse de sexe, de domination physique (sadisme y compris), de possessions matérielles.
Uranus tire son bonheur dans l’exercice de l’autorité, la domination mentale, la capacité de diriger, de réformer, d’imposer ses idées à son environnement.
Les deux astres en conflit ne présagent rien de bon pour la masse des gens (qui est neptunienne) et qui ne peut qu’en souffrir.
Les deux univers risquent de s’interpénétrer encore plus: les politiciens, les technocrates et les gouvernements (Uranus) seront de plus en plus au service des puissances de l’argent (Pluton). Les multinationales, les maffias (Pluton), s’orienteront de leurs cotés vers une science (Uranus) sans conscience (manipulations génétiques par exemple, abrutissement et manipulation des masses grâce à la télévision et aux nouvelles technologies). Afin de vendre, de s’enrichir, de manipuler, de commander, les deux astres pousseront sans doute la société vers une permissivité malsaine (sous couvert de droit à la liberté) alors que Saturne résistera de toutes ses forces au nom de morales surannées et de traditions qui ne sont que de la peur dissimulée !

Encore une fois, seule la compréhension de la peur peut libérer l’être humain de sa quête de pouvoir, de jouissance et de domination. Seule cette compréhension peut désamorcer les dangers qui nous guettent en 2010, mais aussi dans les années qui viennent à cause du carré Uranus/Pluton qui va durer fort longtemps.
Uranus ne s’associe à la liberté absolue que lorsqu’il est positif, c’est-à-dire dans la compréhension que la liberté signifie la capacité de vivre sans autorités et que la peur, la recherche du plaisir et la quête de la sécurité, sont des autorités toutes puissantes.
Si de son coté Saturne est associé à la morale, il n’est positif que dans la compréhension que celle-ci n’est pas fabriquée ou dictée par de vieux livres, des philosophes, des psychiatres, des prêtres, des mollahs ou des gourous, mais qu’elle se découvre au cœur de soi-même, à la lumière de l’intelligence, sans heurts ni conflits.
Si Pluton s’associe à la libération de la peur par le biais des expériences et des fantasmes qu’il génère, ce doit être dans la compréhension que celle-ci se nourrit avant tout de la recherche du plaisir et des gratifications sensuelles.
La peur ne peut être comprise, résolue, dissoute que grâce aux actions positives d’Uranus et de Saturne, de l’intelligence et de la simplicité, de la révolution intérieure et de la discipline acceptée naturellement car libre de tout conflit.

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.