samedi, septembre 01, 2018

Ecologie et astrologie, Nicolas Hulot et Emmanuel Macron


Un ministre d’Etat ne démissionne pas en direct tous les jours sur la matinale de France Inter, déclenchant ainsi un véritable coup de tonnerre médiatique. Sa décision met en relief un aveu d’impuissance qui nous concerne tous. Nous courons droit au précipice et de par sa fonction, Nicolas Hulot pensait pouvoir sinon arrêter, du moins ralentir cette course suicidaire. Quinze mois plus tard il constate son échec. 

La vérité est que l’humanité dans son ensemble et dans le cas particulier qui nous préoccupe, les Français et leur gouvernement, ne réalisent pas vraiment le danger imminent, invraisemblable et proprement terrifiant qui nous menace. L’on sait intellectuellement courir à la catastrophe, mais sans le comprendre vraiment, car sinon nous agirions sans perdre une minute. Le problème de la destruction systématique de notre environnement est semblable à celui de notre relation à la mort, dont nombre de penseurs ont parlé : nous savons que nous allons mourir, d’autant que des gens proches ou lointains disparaissent sans cesse tout autour de nous, mais d’une façon inexplicable nous ne croyons pas réellement à notre propre mort. Nous vivons dans l’illusion de l’immortalité. Nous pouvons mourir n’importe quand, demain voire même dans cinq minutes, mais nous ne le réalisons pas. Car assurément, si nous savions avec certitude qu’il ne nous reste que quelques jours à vivre, sans qu’il ne subsiste la moindre étincelle d’espoir, resterions-nous captifs comme nous le sommes de nos piètres ambitions, de la quête effrénée des plaisirs, des griefs empoisonnés, de nos préoccupations triviales et mesquines ? Ne serions-nous pas dans l’urgence, terriblement intenses, à examiner, à observer et à tenter de comprendre à tout prix les mystères de la vie, de la mort et de la destinée ? Et si nous comprenions de même, avec une acuité extrême, que nous assassinons notre planète au point que nos enfants et nos petits-enfants hériteront d’un monde sans oiseaux ni poissons, sans abeilles ni animaux sauvages, sans forêts ni montagnes enneigées, un monde où les océans seront empoisonnés, les tornades et les inondations monnaie courante, où le soleil lui-même sera l’ennemi et où il ne fera pas bon vivre du tout, n’agirions-nous pas instantanément, alors qu’il ne nous reste que dix ans, quinze ans peut-être pour inverser la tendance? 

Le problème ainsi posé, il est profitable d’y réfléchir dans un cadre astrologique : car l’astrologie ne se cantonne pas à interpréter des synchronicités, c’est-à-dire des coïncidences signifiantes remarquables entre les évènements et la géométrie céleste, ni à dresser des portraits psychologiques permettant à l’individu de mieux comprendre son caractère et sa destinée. L’astrologie est aussi école de philosophie et cela à un point que les non-adeptes ne peuvent imaginer. Car la géométrie céleste, fondée sur des astres qui sont autant tangibles qu’intérieurs, définit des orientations et des principes qui accompagnent la condition humaine depuis la nuit des temps. Indissociables de la quête du sens, et de la finalité, de l’ordre, de la compassion et de l’éveil de la conscience, ces principes et ces orientations sont des clefs majeures de la structuration de notre psychisme qui tracent un sentier intérieur, individuel et collectif. Ce sentier nous mène à la réalisation, lorsqu’on l’accompagne au plus près et à l’auto-destruction si l’on s’en écarte trop (1).

Nicolas Hulot né à Lille le 30 avril 1955 à 08H50 (HL)

La décision de Nicolas Hulot

« La qualité majeure d’Uranus est d’associer la compréhension à l’action. Ce qui est vraiment compris s’applique instantanément, sans tergiversation. Pour cette raison, la sagacité uranienne aboutit à la crise intérieure, à la remise en question, au bouleversement et parfois à la transformation complète de la pensée et du mode de vie ». (2)

Ecouter Nicolas Hulot démissionner c’était entendre Uranus, « l’éveilleur », représentant l’intelligence intuitive dans le sens de perception directe de la vérité, frapper de façon soudaine comme le veut sa nature. 

L’écologiste, après semble-t-il avoir réfléchi tout l’été, n’avait prévenu personne de peur d’être à nouveau détourné de sa décision. Il avait donc déjà essayé. Le choix uranien, associé à la liberté, à la radicalité des idées ne souffrant pas de compromis, au désir absolu de vérité et à l’application immédiate des principes que l’on a compris, s’est pourtant imposé. D’évidence le monde politique ne connait généralement d’Uranus que ses formes corrompues d’attentats ou de « révolutions », qui installent de nouveaux ambitieux, souvent encore plus autoritaires que les précédents, aux places de pouvoir. Le véritable mouvement uranien mêle de façon indissociable, compréhension et action : parce que l’on comprend on agit, sans plus se poser de question. 

Nicolas Hulot démission à Paris le 28 août 2018 à 8h25 (HL)

Quelques constatations  

- A 28°36 R du Capricorne, Mars s'oppose à sa conjonction Jupiter/Uranus natale, une configuration signifiant pêle-mêle action, héroïsme et colère (Mars opposé Jupiter). Cette colère est dirigée contre lui-même, contre sa fonction et contre son « associé » Emmanuel Macron (3). Mars opposé à Uranus évoque la brusquerie et la radicalité de l’action, qui réveille à la fois la révolte (Mars) et la fibre révolutionnaire (Uranus) proprement dite. 

- Au trigone de la conjonction Jupiter/Uranus natale et au sextile du Mars céleste, la Lune positionnée à 24°45 des Poissons au moment de sa déclaration surprise, joue le rôle de déclencheur. Reportée sur son thème, elle culmine, symbolisant sa popularité et l’impact médiatique de sa démission. 

- Alors qu’il s’était fait enfermer par un mauvais choix (son thème est marqué par une opposition Mercure/Saturne, la configuration classique des menaces de mauvais choix qui dans son cas jouent sur les associations professionnelles) et qu’il peinait à s’en libérer, Uranus actuellement à moins de 7° de son Soleil (l’idéalisme) intervient en force. Soyons d’ailleurs certain que Nicolas Hulot rebondira l’an prochain, Uranus (après rétrogradation) s'installant dans une longue conjonction à ce Soleil situé dans la maison des réseaux et des projets. 

- Toujours actuellement, le Soleil, Saturne et Uranus dessinent un grand trigone en signes de terre (le sens pratique, la résilience, la capacité de construire), évoquant la droiture et la loyauté (le Soleil), s’alliant à l’éveil des consciences (Uranus) et à Saturne (le sérieux ) : cette figure renvoie harmonieusement, par deux trigones et une conjonction, au Soleil de Nicolas Hulot qui semble-t-il en profite pleinement.  

- Ajoutons le bémol de ce même Saturne qui transite au carré de sa Vénus en XI (les amis), indiquant ainsi une profonde déception, d’où cette impression de tristesse ressentie lors de son entretien avec les journalistes de France Inter.

- Soulignons enfin les jeux subtils de Mercure (la communication) et de Neptune (l’empathie et l’illusion). A  l’heure de la démission, Mercure maître de l’AS Vierge est en Lion, en relation mutuelle avec le Soleil dans la Vierge en XII (le caché). Il est au quinconce de Neptune au coucher (l’association). Alors que personne n’est prévenu, ni les membres du gouvernement, ni ses collaborateurs, il divulgue soudainement (Uranus), sa décision secrète (Mercure associé au Soleil en XII) au grand public (Neptune en VII). (4)

Rahu, Emmanuel Macron et Nicolas Hulot

Emmanuel Macron né à Amiens le 21 décembre 1977 à 10H40 (HL)

Si l’on comprend la nature de Rahu (5), le noeud lunaire nord, on est fasciné par le fait que celui de Nicolas Hulot est situé à 29°06 du Sagittaire, soit très exactement sur le Mercure (29°51) et le Soleil (29°25) du Sagittaire d’Emmanuel Macron. Il est de plus en maison VI, celle de l’emploi, de l’activité, du service. 

Ainsi, nul besoin de se lancer dans une synastrie (comparaison de thèmes) détaillée, pour comprendre qu’Emmanuel Macron a fait, dans cette offre d’emploi de ministre, un cadeau empoisonné (Rahu) à Nicolas Hulot. On comprend fort bien que celui-ci ait accepté, mais la « défaite » était prévisible : au moment de sa nomination (le 17 mai 2017), Saturne à 26°29 du Sagittaire, à 3° de ce Rahu, préparait déjà la chute. 

La situation est également complexe du coté d’Emmanuel Macron, reflétant parfaitement son personnage : n’a-t-il pas quant à lui Rahu conjoint à Pluton, soulignant les liens avec les puissances financières (Pluton) et une capacité à jouer de manipulations et de manoeuvres secrètes (Rahu)?

Pourtant s'il éblouit de son Soleil le Rahu de Nicolas Hulot (renvoyant aux ambitions de ce dernier), les deux hommes sont aussi liés par le Ketu (le noeud sud) de l’écologiste, conjoint au Jupiter du président. Ketu est le noeud lunaire spirituel et Jupiter est lié à l’expansion de la conscience : l’association pouvait être féconde malgré tout, car correctement employés Jupiter et Ketu renvoient à l’élévation philosophique et spirituelle de l’être (6).

L'actuelle problématique Mercure/Saturne chez Emmanuel Macron

L'on pouvait se réjouir lors de son élection, qu’Emmanuel Macron n’ait pas dans son thème un carré entre ces deux astres (mauvais choix récurrents) comme c’est le cas de Nicolas Sarkozy et de François Hollande. En lieu et place il montre un beau trigone, aspect qui souvent aide aux bonnes décisions. L’on pouvait aussi se réjouir de sa culture littéraire et philosophique. 

Malheureusement, ce Mercure, responsable du « comment penser » est rétrograde et combuste (parfois dysfonctionnel car ébloui par le moi solaire orgueilleux et dominateur). Il est, de même que le Soleil et depuis  l'élection, en butte à un lourd transit de Saturne fin Sagittaire et début Capricorne : sécurisation de la fonction, mauvaises orientations de la pensée, décisions contestables et durcissement mental qui ternissent la noblesse intérieure sont ainsi au rendez-vous. Les promesses d’un monde nouveau, plus juste, plus ouvert, plus tolérant et plus écologique sont oubliées, écartées ou remises à plus tard. On comprend la déception de Nicolas Hulot ou d’autres à son égard.

Certes Emmanuel Macron traverse une période difficile car outre Saturne, il souffre de la rétrogradation de Mars sur son ascendant, au quinconce de son Saturne (circonstances adverses) et de son Jupiter en VI (colère, tensions et problèmes avec son « équipe »). Mais ces situations astrales complexes et tendues offrent également des possibilité d’éclairer les motivations profondes (Saturne sur Mercure), de nettoyer les obscurités liées à des pratiques secrètes (Saturne actuellement dans sa maison XII) et de servir plutôt que se durcir (Mars sur l’ascendant . 

L'évolution de la situation 

Ce transit saturnien se dissout en décembre et Mars s’éloigne de son ascendant dès octobre. Puis l’an prochain Saturne transitera au carré de son Pluton et au trigone de sa Lune en Taureau : les orientations matérialistes (Pluton), pourraient être freinées par plus de sagesse (Saturne).

Uranus quant à lui est en place. Son énergie particulière attend possiblement que Saturne et Mars lui laisse plus de liberté d’expression : il commence à transiter sa maison III (la mentalité), au carré de son ascendant (la révolution du moi). Il s’installe pour au moins une année et demie au trigone de son Saturne (la structuration de l’éveil de la conscience) et de son Soleil (la poursuite des idéaux). Il s’installe de même au sextile de son Jupiter, dont la fonction majeure est de protéger :  l’opportunité de se créer véritablement une destinée uranienne, c’est-à-dire révolutionnaire, par le biais du service est bien présente.

Il faut cependant ajouter les importants transits de Ketu sur l’ascendant (le moi et son comportement) et de Rahu sur le descendant (les associations et les ennemis déclarés). Effectifs depuis quelques jours, ils perdurent jusqu’en avril 2019, le point culminant  ayant lieu au mois de décembre de cette année. Ce sont bien évidemment des passages marquants, signifiant des évènements autant que des tendances psychologiques. Ketu évoque le détachement de soi mais aussi des compulsions. Rahu évoque des épreuves et des insatisfactions dans le cadre des associations tant publiques que privées, des adversaires puissants, mais également des rencontres remarquables. Tous les deux sont liés à la matérialisation de la pensée, dépendant ainsi, dans leurs manifestations, de ce qu’on a laissé dans l’ombre derrière soi et de ce que l’on désire au plus profond de soi. 

Ecologie et philosophie 

Entre Ketu à l’ascendant, Rahu au descendant et Uranus à leur carré, Emmanuel Macron pourrait changer de comportement. Réaliser entre autres que l’écologie n’est pas une stratégie politique, ni une opinion, mais qu’elle est indissociable d’une approche philosophique de la vie et de la société. La désacralisation (Pluton) de la nature, nous a « autorisé » à considérer la Terre non plus comme une mère magique et nourricière, mais comme un réservoir d’objets et de marchandises à disposition et utilisables à souhait. Ainsi, obsédés et aveuglés par nos futiles intérêts personnels, nous pillons et tuons Gaia, notre unique Terre, notre unique planète.

Un président instruit en philosophie ne doit-il pas faire mille fois plus que ses prédécesseurs?  Maître du Soleil, de Mercure, de Vénus et de Neptune en Sagittaire, son Jupiter exalté en Cancer (le signe de la mère), à moins de 5° d’orbe de la cuspide de la VI (la maison du service), lui montre la voie : servir et protéger sont les finalités de sa destinée, s’il désire la réaliser. Conjoint à ce Jupiter, le Ketu de Nicolas Hulot allait en ce sens, mais cette belle opportunité a été manquée.

Nombre d’humoristes le surnomment Jupiter : qu’il se conduise comme tel alors, c’est-à-dire qu’il protège, serve et oeuvre à l’expansion des consciences. Sinon à quoi bon être élu président avant ses quarante ans?


(1) Cf. la conférence vidéo L’âge d’or de l’astrologie


(3) Le Mars natal de Nicolas Hulot est en XII au parallèle des noeuds lunaires, de Pluton, de l’ascendant et du descendant : sous bien des rapports l’écologiste est son propre ennemi secret, mais « l’associé » peut l’être également. Cette complexité des aspects de Mars évoque des violences et des colères rentrées, des anxiétés, des arrières-pensées empoisonnées, des insatisfactions et des frustrations.  

(4) Le décryptage de Mercure au moment de la démission est complexe : maître de l’AS, il représente Nicolas Hulot. Son quinconce à Neptune parle de confusion, d’illusion et d’une manipulation par le biais des émotions. Son quinconce à Pluton indique une certaine ruse. Il y a un calcul dans cette déclaration publique à la matinale la plus écoutée de France, une sorte d’aiguillon enfoncé dans le flanc des puissances financières et des lobbies (Pluton). Cependant il est fort possible que rien n’ait été prémédité, car le carré de Mercure à Jupiter fait intervenir l’émotion ressentie dans le choix de parler : cet aspect est lié au bavardage et à la divulgation de secrets. Mercure/Neptune/Pluton/Jupiter enfin nous renseignent sur les diverses réactions, manipulations et tentatives de récupération du monde politicien. 

(5) « ……. Rahu matérialise le « karma » présent, alimenté au quotidien par les poursuites matérielles, les ambitions et les obsessions d’un devenir que l’on cherche à atteindre. Il met en relief la fixation de désirs obsessionnels et émotionnels qui se concrétisent éventuellement. Il s’associe à l’ombre et aux agissements secrets. ……..  La jouissance des biens et d’une situation sociale aisée est favorisée, mais il en est de même de l’anxiété, de la tentation, de l’attachement et éventuellement de la colère. …….  Relative au désir, au quotidien et aux projections dans l’avenir, une sensation d’insatisfaction reste toujours présente. » L’astrologie et la mécanique de la pensée (Rahu)

(6) «…. Orientation naturelle vers la philosophie, le détachement, la justice et la spiritualité….. Favorable à condition que la spiritualité soit préférée aux inclinations matérielles et carriéristes. …. Possibilité de réalisation spirituelle, de devenir un enseignant et un guérisseur. » Ibid. (Jupiter et Ketu en aspect) 


samedi, août 18, 2018

L'effondrement du pont de Gênes


L’astrologie s’associe à la recherche : ses principes, ses règles, ses fonctionnements ne sont pas figés dans des codes et des traditions nés dans un lointain passé, mais soumis à un continuel exercice d’exploration, de remise en question et d’expérimentation. En un mot, elle est vivante. Ainsi cette rapide étude de l’effondrement du pont Morandi à Gênes n’assène aucune certitude, mais souligne des données précises, signifiantes et convergentes qui nourrissent notre compréhension des liens remarquables entre l’évènementiel et la géométrie céleste. Une compréhension qui pourrait, voire devrait, dans le cadre d’une société plus à l’écoute, rendre de précieux services à la communauté humaine.

Il n’est pas certain que les données dont il va être question, entre autres associées à la Lune, à Mars et à Saturne, aux noeuds lunaires ou encore à Uranus auraient suffi à prévoir l’évènement. L’on sait que les analogies sont faciles à décrypter après coup, mais le sont bien moins avant. Cependant, sachant les avertissements, les manoeuvres politiciennes et les diverses polémiques dont le pont de Gênes était la cible depuis des années (1), une utilisation ciblée de l’astrologie pouvait lui être appliquée : les études menées auraient alors confirmé la nécessité d’une mise en place d’une solution alternative, en attendant que les travaux nécessaires aient été réalisés, ou mieux encore, tranché pour sa destruction et son remplacement. 

Equivalant à celui de sa « naissance », le thème de l’inauguration de l’ouvrage indique sans conteste que non seulement l’on pouvait entrevoir cet épisode funeste, mais également, dans une certaine mesure, délimiter la période actuelle comme étant particulièrement dangereuse le concernant.

Effondrement du pont Morandi, le 14 août 2018 à 11h36 HL à Gênes (2)

Le moment

Notre planète est vaste et les évènements spectaculaires et violents ne cessent d’advenir. Cet été, ainsi que prévu (Mars et Ketu durcissent l’été), reste particulièrement marqué : les gigantesques incendies (la Californie et la Suède ont vécu les plus importants de leur histoire) et la canicule éprouvante qui ont ravagé tout l’hémisphère nord, le tremblement de terre meurtrier de Lomgbok ou encore les inondations actuelles dans le sud de l’Inde (des centaines de victimes), confirment cet épisode difficile que nous traversons et qui, rappelons-le, n’est pas achevé. Nous allons voir que la rupture du pont Morandi est intimement associé au violent carré de Mars et Ketu à Uranus.

Le lieu

Le Soleil est en Lion alors que la Balance est au lever : cette configuration conforte une hypothèse émise dans l’article intitulé Identité nationale et identité astrale dans lequel  j’écrivais : « (….)  L’astrologie mondiale en reste à ses balbutiements. Il est d'autres contrées par contre dont on peut, à force de séjours sur place, de réflexions et de raisonnements analogiques, définir l'ascendant. Ainsi il semble que l'Inde soit Capricorne/Poissons, la Russie Verseau/Poissons, la Chine Balance/Verseau, le Japon Bélier/Vierge, l'Italie Lion/Balance, les USA Gémeaux/Lion, Israël Scorpion/Gémeaux … »

La cité de Gênes est quant à elle classée comme Cancer (cf. Georges Llewellyn, A to Z Horoscope Maker and delineator), signe où est situé le Milieu du Ciel, lié à l’élévation, au prestige et à l’évènementiel. L’ouvrage est un viaduc permettant de traverser la rivière Polcevera. Il est question d’eau (la Lune, maîtresse du Cancer), tant en relation avec le viaduc qu’avec la ville de Gênes.

Les configurations marquantes

- Cette Lune dont on vient de voir l’importance, est en maison XII (accident, épreuves).

- A 2°46 de la Balance elle est situé au carré partile (exact au degré près) de Saturne à 2°57 R du Capricorne : un aspect associé à la malchance, aux obstacles et aux circonstances adverses. Saturne maîtrise ici le lieu (le Fond du Ciel) en Capricorne. Mars, dont il a déjà été question, à 29°46 du Capricorne est à 5° de distance de ce Fond du Ciel.

- La Lune toujours elle, est au quinconce (150°) non moins exact d’Uranus à 2°32 R du Taureau, un aspect d’imprévu brusque et cassant.

- Ce quinconce, un aspect normalement peu virulent, est considérablement renforcé par le violent carré de Mars à Uranus (tous les deux rétrogrades), évoquant l’accident soudain, brutal et spectaculaire, alors que nous avons vu que Mars est conjoint au Fond du Ciel (le lieu).

- Saturne au quinconce de Rahu (le noeud lunaire nord) et Mars conjoint à Ketu (le noeud lunaire sud) sont des circonstances aggravantes : il est question d’avarice, de dureté mentale, de compulsion, d’avidité ainsi que de matérialisation d’évènements graves, voire mortels, causés par des manoeuvres secrètes (Rahu), liées à l’argent (Mars maître de la II). 

- Le demi-carré de la Lune à Jupiter oriente vers une organisation matérielle déficiente liée au secret (Lune en XII) et aux profits matériels (Jupiter en II). Saturne au demi-carré de Jupiter complète ce tableau (morale de circonstance, attachement à la forme plutôt qu’au fond, défaut de rigueur dans la conception et la construction, possibles malversations …) 

On remarque il est vrai des configurations propices et en premier lieu la présence de Vénus en Balance (en domicile), conjointe à cette Lune malmenée. Vénus n’est cependant pas un remède contre les accidents. Elle permet par contre à l’entraide, à la gentillesse et à la compassion de se manifester. Elle souffre d’ailleurs, comme la Lune, du carré à Saturne et de sa position en XII symbolisant les souffrances affectives occasionnées. La Lune au trigone de Mars offre de son coté le sens de l’action et n’en doutons pas, l’héroïsme anonyme qui fleurit souvent dans ce type de situation. Saturne installé au trigone d’Uranus permet de structurer dans la durée l’éveil des consciences qui, espérons-le, ne manque pas d’être provoqué.

Jupiter, le vrai « protecteur », au milieu du carré de la Lune à Saturne, ne peut faire son travail. En maison II (possession et  profits), il est allié à Pluton (les puissances financières, les maffias) et à Neptune (favorable à la compassion, mais aussi à la propagande politicienne). Son carré à Mercure en X (les autorités) n’arrange rien en ce qui concerne les communications, d’autant que celui-ci est au quinconce de Neptune (propagande, mensonges, manipulations verbales). Jupiter maître de la III (les déplacements) et Mercure en X (les communications) symbolisent également le chaos qui en résulte pour toute cette partie de l’Italie.

Notons que le Milieu du Ciel (le pont) et le Fond du Ciel (le lieu), sont au parallèle de déclinaison. Pluton n’est qu’à 4°du Fond du Ciel. de cette position, l’astre des puissances financières et des maffias diverses adresse un quinconce au Soleil (maître du Lion et représentant ici l’Italie). Il domine la maison de l’argent avec Mars. Il oriente vers des pistes maffieuses et des corruptions.

Inauguration du Pont Morandi le 4 septembre 1967 à Gênes (calculé pour midi, n'ayant pas trouvé l'heure exacte) 

Le thème du pont de Gênes 

Entre autres aspects marquants soulignons que :

- Saturne au quinconce de la nouvelle Lune en Vierge fragilise les deux luminaires : « la santé » du pont, son « énergie vitale » sont en piteux état. Sa « colonne vertébrale » (le Soleil) manque de force. Nécessaires dès les tout premiers temps, les travaux de maintenance ont d'ailleurs coûté des fortunes.

- Déjà affaiblie par Saturne, la Lune est tourmenté par un parallèle des noeuds lunaires qui indique une menace sévère de matérialisation d’un évènement négatif par le biais de causes cachées lors de son « enfance » : on parlera en ce qui le concerne de défaillances structurelles. 

- Chez lui en Vierge, Mercure maîtrise les luminaires. Il est conjoint à Uranus et à Pluton : le coté réalisation technologique (Uranus), s'entremêle au cynisme et à la corruption (Pluton). 

- Jupiter en Lion (L'Italie), parle de faste et de prestige. Son carré à Mars évoque le désir et la volonté de quelques-uns, qui autant que la nécessité ont présidé au projet et à la construction. Plus dangereux sans doute son carré partile à Neptune indique l’éblouissement, l’illusion et la confiance accordée à des personnes qui n’en n’étaient pas dignes (à commencer possiblement par l'ingénieur civil italien Morandi lui-même).

- Vénus au carré de Mars et au parallèle de Saturne s’associe à des circonstances adverses liées à des passions et à des souffrances affectives. Son parallèle à Uranus évoque l'esthétisme de la réalisation, mais Uranus est corrompu par Pluton (les intérêts cachés).

En résumé, l’ouvrage prestigieux dissimule une mauvaise conception, des défaillances structurelles et de possibles malversations, destinées à se matérialiser un jour ou l’autre sous forme d’accident et de souffrances. 

La synastrie et les dernières indications

La comparaison des deux thèmes indique enfin que cet été était celui de tous les dangers. Nous revenons bien entendu à la conjonction Mars/Ketu au carré d’Uranus. En effet, les noeuds lunaires, toujours liés aux évènements spectaculaires, se doivent d’être au coeur de la synastrie et c’est bien entendu le cas :

- Rahu, le noeud nord du pont Morandi est à 0°16 du Taureau : au moment de l’effondrement Uranus situé à 2°32 du Taureau est conjoint à ce Rahu.

- Toujours à ce même moment Mars à 29°46 du Capricorne est au carré exact des
 noeuds lunaires du pont (0°30’ d’orbe).

- Les axes des noeuds lunaires des deux thèmes sont au carré l’un de l’autre (à 4°30’ d’orbe), formant une croix dans les signes fixes et marquant un moment spécial de la « destinée ».

Ainsi, tenant en compte les caractéristiques du thème du pont Morandi et sachant qu’Uranus, souvent lié aux bouleversements soudains, transitait avec exactitude son Rahu dès la mi-mai 2018, le danger était annoncé. 
Mars arrivant à son carré exactement au même moment, amplifiait le danger. 
Les nœuds lunaires s’installant à leur propre carré et se mêlant étroitement à Mars et à Uranus, le danger devenait quasi certain. 
Quoique très précise la configuration reliant la Lune à Saturne et à Uranus était quant à elle plus difficile à repérer. Cet aspect déclencheur démontre comment les mécanismes célestes se mettent en place avec une netteté mathématique.  
Encore une fois, nous savons qu’il est facile de faire des « prédictions » à posteriori, mais nous voyons aussi qu’il n’y avait rien d’impossible à cela. 



(2) Le 14 août 2018, à 11 h 36 heure locale (9 h 36 GMT) alors que toute la région est frappée par de violents orages, une travée de 200 à 250 mètres de longueur et un pylône s’effondrent, emportant 38 véhicules, dont trois camions. (Wikipédia)










vendredi, juillet 27, 2018

Mars et l’éclipse du 27 juillet 2018


« Indissociables du petit luminaire qui représente les couches successives de la pensée, les nœuds sont comparables à des éclipses mentales. Là où ils sont situés, le flux lumineux qui normalement irrigue, illumine et régénère est interrompu. La pensée se fixe dans la matière, se densifie, se cristallise et se matérialise éventuellement. » (1)

« Lors d’une éclipse les nœuds sont au sommet de leur puissance. La lumière obscurcie favorise des fixations mentales à propos d’actes, de désirs et de volontés, d’événements marquants, de sensations et d’atmosphères (…), qui se matérialisent dans la destinée » . (2)

L’éclipse 

Voici quelques passages revus et corrigés d’un article rédigé en 2011 à propos d’une éclipse (3) :  

Pas d’éclipse sans les Nœuds lunaires, puisque ceux-ci représentent les lieux d'intersection de l'orbite de la Lune avec l'écliptique. Ainsi, du point de vue de l’astrologie qui offre un sens aux phénomènes cosmiques, comprendre une éclipse revient à saisir les significations de Rahu (le Nœud nord) et de Ketu (le Nœud sud), obligatoirement très proches des luminaires en pareil cas.

Tout le problème est de comprendre ce qui se passe psychologiquement et peut-être spirituellement dans le psychisme humain, alors que la Lune, puissamment reliée à l’instinct de protection et au contenu de la pensée (la mémoire, la fixation mentale des expériences vécues) perd, pour un moment, sa capacité lumineuse. Le phénomène majeur de l’éclipse est que le flux permanent de la lumière, tant du Soleil que de la Lune, ce flux qui nettoie, éclaire, illumine sans cesse les obscurités, est stoppé. 

La Lune, dont le rôle est de protéger, ne protège plus. Le Soleil, dont le rôle est d’illuminer, de faire triompher la lumière sur l’obscurité, n’éclaire plus. Le mouvement de la lumière est interrompu.

C’est un retour aux ténèbres. L’événementiel se coagule, se pétrifie, le nettoyage, la purification permanente des noirceurs mentales ne se fait plus. Certaines de ces obscurités s'installent durablement, elles forment des « nœuds » dans le psychisme et se répercutent ensuite dans la réalité des événements, c'est-à-dire dans nos destinées. Tout s’arrête un moment, se fige, s’enlise, se cristallise.

La Lune, qui représente aussi l’enfance et la mère, lors de ses phases lumineuses, si rythmées, si cycliques, qu’elles sont inscrites en nos gênes, écarte de nous les ombres de la nuit. Elle dispense sa lumière laiteuse qui fait croître les plantes et rendit des centaines de millénaires durant, la nuit moins obscure, moins peuplée de craintes. Mais les ombres de la nuit sont aussi mentales, emplie de craintes inexplicables. Normalement la lumière disperse ces obscurités, excepté lors des éclipses, où tout se tapit en attente et menace de l’intérieur. 

Cependant, quelles que soient les effets et les conséquences associés aux éclipses et aux noeuds lunaires, « Il est possible de les dévier, de les atténuer et de les transmuter, en s’attaquant au désir et à la soif des expériences, à l’attachement et aux compulsions, par une approche intelligente de la pensée et de ses liens avec la matérialisation des événements. Sinon, sans ce travail, on est tôt ou tard confronté à la façon dont la pensée « éclipsée» se tapit dans les profondeurs de « l’inconscient » et attend son heure pour se manifester. » (4) 

L'éclipse du 27 juillet 2018                                                                           

Pleine Lune du 27 juillet 2018 à 22h22, calculée pour Paris

Pour ce qui est de la façon dont la conscience collective est affectée dans son ensemble, je renvoie le lecteur à ces deux articles : Mars et Ketu durcissent l’été 2018 et Le solstice d’été 2018 entre ombres et lumières

Ce sont les fondations : l’essentiel est de comprendre que si une éclipse « fige » les expériences dans le temps, dessinant dans nos consciences « des nœuds » aptes à se matérialiser à plus ou moins court terme sous forme d’évènements, elle se nourrit  de l'atmosphère planétaire au cours de laquelle elle se déroule. Il s’agit donc ici principalement de la puissance de Mars, très proche de la Terre (5), parfaitement conjoint à la Lune et à Ketu, opposé au Soleil et au carré d’Uranus

Il est donc question d’excitation mentale et physique, de durcissement et de conflit, de menace terroriste, de fanatisme et d’autoritarisme, de violences potentielles (entre autres de brutalités envers les femmes et les enfants). 

Comme toujours cependant, beaucoup des « effets » de cette éclipse dépendent de la réflexion personnelle, de la capacité à chacun de s’observer, d’être conscient des désirs impulsifs et peut-être des compulsions et de la façon dont le moi y répond. Constituée de milliards de consciences individuelles, la conscience collective appartient à toutes et à tous. Au plus les cellules saines de l’organisme réagissent avec sagesse et tempérance, au moins les risques d’inflammation sont grands. 

De par l’embrasement de Mars, conjoint à la Lune et à Ketu, opposé au Soleil et au carré d’Uranus), une partie de la population, toutes classes confondues, manifestera sa violence (souvent domestique), ou sa colère (souvent dirigée contre soi-même). Inspirée par le doute et les craintes indicibles (Lune conjointe à Ketu), beaucoup manifesteront aussi et dans les mois qui viennent (6), dans leurs actes et leurs décisions, la révolte radicale (Mars au carré d’Uranus), la soif du pouvoir et de la domination (Soleil carré à Uranus), usant outre de la brutalité (Soleil opposé à Mars), les manœuvres secrètes (Soleil conjoint à Rahu), tout cela affectant sombrement les processus de la pensée (la Lune) et la noblesse du coeur (le Soleil). 

Mais si les anxiétés et les insatisfactions (l’axe des noeuds lunaires conjoint à l’opposition Soleil/Lune), alimenteront en certains cas une violence incontrôlée (Mars), il en est certains qui réussiront à transformer l’énergie de Mars en action chevaleresque, c’est-à-dire à transformer le guerrier en serviteur de l’humanité. Cette capacité à la révolution intérieure est signifiée par Uranus, l’astre de l’intelligence et de la perception directe de la vérité, stratégiquement situé au carré des Noeuds lunaires, au carré des luminaires et au carré de Mars. Cette configuration explosive ouvre à la possibilité de conquérir la non-violence, qui se définit avant tout par l’art de gagner la guerre intérieure, c’est-dire l’art d’apprendre à ne pas se battre contre soi-même ou encore de vaincre toute peur.



(2) Ibid. Les aspects des noeuds lunaires, note 124


(4) L’astrologie et la mécanique de la pensée Les aspects des noeuds lunaires

(5) La distance de Mars à la Terre varie fortement. En 2003 Mars à 55,7 millions de kilomètres de nous n'avait jamais été aussi proche depuis 60 000 ans. Actuellement à 57,6 millions de Kilomètres, on s’étonne de sa forte brillance, plus rayonnant ces derniers temps que Jupiter le roi du ciel lui-même! Des explications ICI 

(6) On calcule traditionnellement les « conséquences » des éclipses de Lune en mois, selon la durée de l’éclipse. Celle-ci, la plus longue du siècle, durerait environ 4 heures, ce qui pourrait se traduire par quatre mois.  



dimanche, juillet 01, 2018

L'école de la mort et autres récits édifiants


J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon recueil de nouvelles intitulé : « L’école de la mort et autres récits édifiants ».
Cliquez sur le lien suivant pour toutes les informations relatives à cet ouvrage :


« Il s'agit de récits aventureux et philosophiques, de sentiers parcourus dont certains en Orient et surtout de cheminements intérieurs. On y croise la peur, la solitude, l'amitié, l'amour, l'occultisme et la spiritualité. Là où sévit « L’école de la mort », le principe pédagogique officiel stipule : un enfant doit apprendre à vivre, un vieillard doit apprendre à mourir. Dans « Tu es pierre », il est question de l’adoration des divinités à travers le prisme d’une aventure peu commune. « Ganesh sors-nous de la dèche », conte les aventures d’un voyageur en quête de survie à Mumbai, où il côtoie le dieu éléphant, patron des écrivains, des astrologues et des voleurs. Quant à « L’haleine des os », une histoire inspirée d'une aventure vécue par l’auteur, l’ombre de la mort y est à nouveau présente. »

Voilà, ni astrologie ni développement personnel mais de la littérature où les astres, les Indes enchantées et différentes mythologies font de belles apparitions. 
Actuellement en vente sur le site de l’éditeur, le livre disponible en version papier ou en PDF, sera très bientôt distribué par de nombreuses plates-formes de diffusion en ligne : Amazon, FNAC, Dilicom, Decitre, Kobo, Maison de la presse ...

Bonne lecture!

mercredi, juin 20, 2018

Le solstice d'été 2018 entre ombres et lumières


Remarqué et célébré depuis l’Antiquité, le solstice d’été est un moment spécial, le principe de lumière atteignant son apogée dans l’hémisphère nord, avant d’entamer son long retour vers le sud.


Solstice d'été, le 21 juin 2018 calculé pour Paris à 12h07 HL

Ainsi que je l’écrivais l’an dernier, il est important, dans le cadre astrologique, c’est-à-dire d’une géométrie céleste chargée de sens, de remarquer que  : « …. cette fête du Soleil, qui marque son entrée dans le signe du Cancer, s’adresse également à la Lune, maîtresse de ce signe. Qu’est-ce que cela signifie ? Que symboliquement la Lune est la mère du Soleil, ou plus précisément du héros solaire (1), c’est-à-dire l’homme ou la femme capable de relever les défis que posent la vie (la conscience d’être vivant) et la mort (la conscience d’être mortel), en d’autres termes de s’engager dans la quête sans laquelle l’existence humaine, avec ses joies et ses peines, ses plaisirs et ses souffrances, ses amours, ses exaltations et ses sombres tourments n’a pas de sens ». 

Le thème astral du solstice nous renseigne sur l’état du monde à ce moment précis de l’année et sur ses possibles développements, c’est-à-dire ses matérialisations, dans la sphère du tangible, du réel, du concret. 

Observons dans cet esprit les configurations les plus marquantes, qui montrent que la période traversée est loin d’être simple, alors que se jouent non seulement notre présent mais aussi l'avenir de nos enfants et des générations futures.  

Le soleil 

L’astre royal est opposé à Saturne, ce qui affaiblit sa lumière : la noblesse intérieure, la quête des idéaux, la générosité, la fierté même ne sont pas au mieux, les actualités il est vrai nous le prouvent chaque jour. Pourtant, on lit aussi dans cet aspect la possibilité de creuser et d’édifier, d'être réellement « sérieux », c'est-à-dire  d'agir intelligemment, de se poser les bonnes questions et de chercher à y répondre dans le cadre d'une réflexion personnelle profonde. Cette lecture plus optimiste tient beaucoup à Uranus harmonique aux deux astres, indiquant que des éclairs de lumière intérieure et de vérité offrent des opportunités de transformations radicales aux individus qui ressentent viscéralement la nécessité d'orientations collectives humanistes. 

La Lune 

Située en Balance, elle favorise le sens de l’esthétique, la communication, voire une certaine gentillesse sociale. Son trigone à Mars encourage l’action et le sens de l’entreprise, mais pour les bons comme pour les méchants, malheureusement ....  La fin de son carré à Saturne parle de craintes figées durcissant la conscience collective et privilégiant les choix sécuritaires, ce qui n’est jamais bon signe.

Mercure 

C’est de Mercure (les choix, la communication, les informations), au carré de cette Lune (la raison troublée par le passé) et opposé à Pluton (la survie, l’intérêt personnel et le cynisme montent en première ligne), que naissent pourtant de beaux espoirs : ne dessine-t-il pas avec Jupiter et Neptune un grand trigone en signes d’eau, évoquant l’expansion de la conscience par le biais de la justice, de la culture, de la philosophie, des voyages et de la compassion (Jupiter), ainsi que par l’inspiration, l’empathie et la réalisation que les êtres humains ne sont que les cellules d’une même conscience (Neptune). Le bémol de cette jolie configuration est sa capacité à alimenter rêves et illusions, dont Pluton (les puissances financières), embusqué à la pointe du cerf-volant (2), profiterait alors. 

Mars

D'ailleurs, ne vivant pas dans le monde des bisounours, nous remarquons que Mars ne nous facilite pas la tâche, bien au contraire

- En pleine conjonction à Ketu (lire Mars et Ketu durcissent l’été), il enflamme et dessèche effectivement l’atmosphère, la rendant tendue, irritée et brutale.
- Son parallèle à Saturne, tend à bloquer la capacité d’action, nourrissant de nombreuses frustrations par le biais de circonstances adverses. 
- Son parallèle à Pluton, alimente l’auto-destruction collective devenue une habitude à force de la côtoyer. On lit pourtant ici la capacité d’affronter les nombreuses peurs qui en sont responsables.
- Ajoutons que Saturne, depuis un bon moment au parallèle de Pluton, alourdit la pensée collective, entremêlant violemment lois et pulsions, conditionnements et révoltes, interdits et transgressions.

Vénus 

L’astre de l’art et de l’amour est également au prise avec Mars, qui lui adresse une opposition, un aspect riche de désirs et de passions s’il en est, d’autant que Vénus est avec Rahu (opportunités sentimentales et sensuelles, créativité, glamour, importance marquée des apparences, recherche intense du plaisir) et Mars avec Ketu (désirs compulsifs, animalité marquée, possibles brutalités .. ). 

L’ensemble de la configuration (sans oublier Saturne, Pluton) parle de rencontres déterminantes, de relations intenses et exaltées, d’anxiétés, de conflits, de désirs brûlants, de possibles frustrations, d'obsessions et d’insatisfactions malgré de belles gratifications. Uranus qui nous l’avons vu, importe une bonne dose d’humanisme dans ce thème, est à la limite du carré aux deux astres, évoquant des surprises, des coups de foudre, des séparations soudaines, alimentant une conscience relativement tourmentée, prisonnière des plaisirs et de leurs conséquences, mais apte à tirer des leçons des montagnes russes de l’attachement et du détachement et pourquoi pas à associer l'amour à la liberté

Le solstice

Complexe donc que cette fête solaire, très axée sur des relationnels individuels et collectifs tourmentés et pourtant créative et enrichissante, allant possiblement vers de vraies  mutations des consciences, ce qui est notre unique espoir. Vu la présence marquée des noeuds lunaires, qui sont des points et des énergies de matérialisations du psychisme dans le réel, on doit s’attendre pour les six mois qui viennent (jusqu’au solstice d’hiver), à des évènements capables d’affecter puissamment la conscience collective. 

Ensuite c’est une question d’individu : certains, portés par les désirs d'amour, d’intelligence et de liberté, se nourrirons des aspects favorables dont il a été question : espérons qu’ils seront nombreux. Les autres, captifs des craintes, des habitudes et des intérêts personnels continueront à pousser le monde vers des ténèbres dont on ne sait s’il ressortira un jour. Nous vivons une époque terriblement importante et sans doute ne le réalisons-nous pas suffisamment. 


 (1) « Le héros solaire dont on a fêté la naissance à Noël, c’est-à-dire au solstice d’hiver »  (Noël ou la fête du héros solaire)

(2) Le cerf-volant est un triangle équilatéral (grand trigone), dont un des cotés (trigone) forme deux sextiles à un astre central. Cet astre est en opposition à la pointe opposé du triangle (ici Pluton opposé à Mercure, au sextile de Jupiter et de Neptune) .  

samedi, juin 09, 2018

L'âge d'or de l'astrologie vidéo de la conférence


A l'heure de la physique quantique, de l'informatique et des synchronicités, la théorie fondatrice de l'astrologie, c'est-à-dire l'existence de liens saillants entre les configurations célestes et notre psychisme s'est considérablement renforcée, annonçant peut-être l'éclosion de son âge d'or. La conscience n’est sans doute pas « influencée » par les astres, dans le sens où on l’entendait généralement, mais l’idée qu’elle soit, du moins en partie, la manifestation d’une géométrie céleste qui la structure, l’oriente et l’imbibe de sens et de finalité apparaît tout à fait viable. En ce cas le thème natal incarne la modélisation de cette géométrie céleste à l’échelle de l’individu.

vendredi, mai 11, 2018

Mars et Ketu durcissent l’été 2018


Au-delà des phénomènes cycliques qui ordonnent et rythment la géométrie céleste, nos existences sont soumises à la notion de convergence : en effet, certaines portions du Zodiaque sont à certains moments, par occupation directe ou par aspects interposés, le théâtre d’importantes turbulences, à même d’affecter, de surprendre et parfois de bouleverser nos destinées collectives ou personnelles. 
Nul besoin que ces configurations soient spectaculaires, nous avons observé cela récemment lors de la rétrogradation de Mercure sur Saturne et sur Mars (1), dont certains d’entre nous, éventuelles victimes de mauvais choix, subiront les conséquences un long moment, puisque Mercure, le « comment penser », était affecté. 
Cette fois-ci le « durcissement » du ciel est plus évident : dès la fin de ce mois de mai, Mars se conjoint à Ketu (le noeud lunaire sud), une occurence qui quoi que brutale, dure généralement une quinzaine de jours. Or ce qui rend cet été 2018 particulier, est la longue durée de cette conjonction, active jusque début octobre, car Mars entre en rétrogradation alors même qu’il se conjoint à Ketu, avec toutes les conséquences que l’on peut craindre (le Moyen-Orient est plus que jamais une vraie poudrière par exemple).

Pas de catastrophisme cependant : synchroniquement liée à notre psychisme et à nos consciences, la géométrie céleste, subtile et complexe, ne s’interprète pas mécaniquement. Elle échappe à la causalité dure, physiquement mesurable. L’avenir n’est ni figé, ni irrémédiable, car tout est toujours en mouvement, spécialement nos « moi » et nos pensées qui sont les vecteurs majeurs de la matérialisation des évènements. Krishnamurti a sans doute le mieux exprimé ce phénomène par ces mots : « C’est le conflit intérieur qui, projeté à l’extérieur, devient mondial. La guerre est la projection spectaculaire et sanglante de notre vie quotidienne ».  

Inversement, sombrer dans l’angélisme serait une erreur. L’histoire nous enseigne que les rencontres de Mars avec les Noeuds lunaires décuplent les potentialités d’évènements  tragiques, souvent spectaculaires, puisque des centaines de millions de personnes, voire plus, en sont les témoins par médias interposés, comme ce fut le cas le 9 septembre 2001 par exemple. Liée aux Noeuds lunaires, la notion de témoignage (2), abordée plusieurs fois dans ce blog, est plus que jamais d’actualité. 

Les quelques-uns d’entre nous qui se pavanent en haut des marches du pouvoir, ne sont que l’écume de la vague de la conscience collective, dont nous sommes les cellules constituantes. Ainsi, face à cette configuration dangereuse, en tant qu’individus lambdas, anonymes, dépourvus de pouvoirs sociaux particuliers, il nous revient, si nous voulons participer à un apaisement plus que nécessaire, de cultiver la non-violence, qui est avant tout intérieure. Il nous faut pour cela plonger en nous-mêmes et explorer, examiner la nature et le fonctionnement complexe de nos esprits. Peut-être comprendra-t-on alors comment les noeuds lunaires, que l’on peut appeler les noeuds de la pensée, matérialisent sous formes d’actes marquants et d’expériences diverses, l’anxiété et l’insatisfaction liées à des mémoires obscures cristallisées dans le passé de nos consciences et affectant ainsi nos existences.(3)

Ci-dessous : Paris, le 14 juin à 1h29 AM : première conjonction exacte de Mars et de Ketu 


Dates (4)

- Le 22 mai : début de la conjonction, Mars à 2°21 et Ketu à 9°24 du Verseau
- Le 14 juin : première conjonction exacte à 8°12  du Verseau 
- Le 27 juin : Mars entre en rétrogradation à 9°13 du Verseau. Ketu est à 7°30 du Verseau
- Le 18 juillet : seconde conjonction exacte à 6°24 du Verseau
- Le 13 août : Mars rétrograde en Capricorne. Il reste conjoint à Ketu alors à 5°01 du Verseau
- Le 28 août : Mars reprend son mouvement direct à 28°37 du Capricorne. Ketu est à 4°13 du Verseau
- Le 22 septembre : troisième et dernière conjonction exacte à 2°54 du Verseau
- Le 8 octobre fin de la conjonction : Mars à 9°06 et Ketu 2°03 du Verseau


Uranus et les autres

A ces figures particulièrement tendues, l’on ajoutera Uranus, celui qui dans ses bons jours éveille l’intelligence et poursuit la liberté, mais qui dans ses aspects les plus difficiles s’associe au fanatisme, à l’autoritarisme, à la radicalisation mentale et au terrorisme : entré le 15 mai dans le Taureau, soit au carré du Verseau (dont il est le maître) et de la conjonction Mars/Ketu, il participe pleinement, dès la mi-juin à la dangerosité explosive de cette période.  

Quatre mois et demi représentent une assez longue période et de nombreuses configurations mettant en scène les luminaires, Mercure, Vénus et Jupiter s’intercaleront, ajoutant leurs significations à cette conjonction, la nourrissant de sens et déclenchant peut-être des évènements. Les éclipses de Soleil du 13 juillet et du 11 août, ainsi que l’éclipse de Lune du 27 juillet, sont aussi à considérer. 

Le passé

Rappelons ici quelques évènements marquants qui eurent lieu dans le cadre de conjonctions ou de parallèles de déclinaison Mars/Ketu ou Mars/Rahu. On trouvera dans ce blog quelques articles soulignant la dangerosité de ces configurations (5). 

- Le 28 juin 1914: l’assassinat de l’Archiduc d’Autriche à Sarajevo (déclenchement de la première guerre mondiale), Mars à 1°19 en Vierge, Lune à 5°40 et Ketu 8°57 du même signe 
- Le 22 juin 1941: l’invasion de l’URSS stalinienne par l’Allemagne nazie (opération Barberousse), Mars à 23°54 et Ketu à 27°03 des Poissons
- Le 28 mars 1979 : le plus grave accident nucléaire qu’ait connu les Etats-Unis, Mars à 22°09 et Ketu à 16°40 des Poissons
- Le 11 septembre 2001: les attentats de New York (les plus meurtriers de l’histoire) : Mars à 1°26 et Ketu à 3°06 du Capricorne 
- Le 22 juillet 2011: les tueries de masse (77 personnes) du Norvégien Anders Breivik : Mars à 21°59 et Ketu 21°34 des Gémeaux
- Le 13 novembre 2015 : les attentats de Paris : Mars à 0°34 de la Balance, à moins de 1° de Rahu et au parallèle de déclinaison de Ketu (ce dernier aspect débute exactement la veille qui vit un terrible attentat à Beyrouth. (6)

Si nombre d’attentats et d’évènements violents furent perpétrés lors d’aspects de Mars aux noeuds lunaires, on ne doit pas penser faire face à une loi incontournable. Malgré de longs siècles d’observation, nous ne comprenons que très imparfaitement les subtilités évènementielles de l’astrologie, qui en cela est bien entendu similaire à tous les autres champs d’investigation. 

L’on notera aussi que les thèmes astraux des terroristes sont parfois marqués par ce type de configuration au natal ou encore en transit lors du passage à l’acte et qu’il en est de même pour ceux des les victimes, ce qui élargit les domaines de recherche. (7)

Les individus et la collectivité

Il est possible que vous apparteniez, comme nombre d’entre nous soyez-en certains, à celles et à ceux que cette configuration travaillera au corps : il suffit pour cela que votre thème natal comporte des éléments (Angle, luminaires, planètes, noeud lunaire) situés fin Capricorne ou début Verseau. Les signes opposés (fin Cancer et début Lion) sont également impliqués, puisque Rahu les transite. A un degré peut-être moindre, mais non négligeable, les signes au carré (fin Balance et début Scorpion, ainsi que fin Bélier et début Taureau où sera Uranus), sont également marqués. Ce qui suit vous concerne particulièrement, mais en vérité mieux vaut considérer que tout le monde est impacté, les évènements marquants secouant fortement la conscience collective et la notion de témoignage (voir note 2), étant à prendre en compte. 

Les noeuds lunaires sont les lieux où le libre-arbitre est au plus bas, c’est-à-dire que nous ne sommes absolument pas maîtres des circonstances qui bouleversent parfois nos destinées. Même si l’on s’essaie aux prières et aux rituels dont les croyants, quelle que soit leur foi sont friands, nous sommes démunis face aux guerres, aux catastrophes naturelles, aux accidents collectifs et à un niveau plus personnel à ceux provoqués par l’imprudence, l’inattention et au pire la malveillance des autres. Il est probable que nous assisterons à un ou plusieurs évènements « difficiles » au cours de l’été, les possibilités comme nous l’avons vu dans le passé étant multiples. 

Attitudes à adopter

Que pouvons-nous faire? Sommes-nous capables d’écarter le danger ou sommes-nous impuissants, condamnés à attendre sans rien tenter que Mars et Ketu bouleversent nos destinées, en espérant égoïstement que cela tombera sur le voisin plutôt que chez soi et de préférence dans un autre pays que le notre?  

C’est ici que l’astrologie savante, sérieuse et responsable, se montre inséparable de la philosophie et de l’art de vivre. Les configurations célestes constituent un langage signifiant, qui pointe vers une finalité de la vie et de nos consciences d’êtres humains. Au-delà de l’étude de nos thèmes et de l’exploration de nos sentiers célestes personnels, l’astrologie n’a de sens que si elle nous aide à croître, à comprendre et à guérir en tant qu’humanité toute entière. Elle n’a de sens que si l’on considère que le chaos n’est pas une fatalité et que, contrairement à ce que l’on pourrait croire malheureusement, nous avons pour fonction « d’ordonner le monde ». 

Dans les mois qui s’annoncent, les significations réelles, affinées de Mars et de Ketu sont à comprendre : il ne s’agit pas de compréhension intellectuelle, purement cérébrale et sans impact sur nos vies, mais de compréhension totale impliquant le corps, le coeur et l’esprit, de celle qui permet d’appliquer immédiatement, sans attendre, ce qui semble juste, intelligent et nécessaire. 

En cela, se dégageant de sa brutalité, Mars manifeste la bravoure, l’énergie et le sens de l’action. Il se transforme en serviteur et exprime ainsi le sens chevaleresque, qui est l’utilisation de la force au service des plus faibles. De même Uranus, cessant d’être l’aristocrate dirigeant insensible à la douleur du monde, éveille à la perception directe de la vérité, celle qui permet à la compréhension et à l’action de ne faire qu’une. Il symbolise alors le véritable humaniste. Quant à Ketu, qui lorsqu’il n’est pas compris représente la compulsion aveugle et destructrice, il révèle sa vraie nature dans le renoncement à la dictature du moi et à ses intérêts égoïstes. Il incarne alors la spiritualité authentique, qui est synonyme d’exploration des strates profondes de la conscience et au-delà, de perception des mondes auquel le moi n’a pas accès. 

La rencontre de Mars et de Ketu au carré d’Uranus a de quoi se montrer destructrice au possible. Elle a aussi capacité, si on le désire vraiment, si l’on est prêt à penser, sentir et agir en ce sens, à éveiller le guerrier intérieur, qui est le visage conquérant du héros solaire à même d’affronter ses peurs et qui, les ayant sinon entièrement vaincues, du moins cesse de leur être soumis et transforme ainsi la conscience collective. S’étant conquis lui-même le héros solaire renonce à la guerre intérieure, ce qui est la fondation même de la non-violence. A ce stade, qu’il soit connu ou vive dans l’anonymat, sa simple existence apaise et contrecarre les pulsions brutales et violentes qui empoisonnent notre civilisation. 



(2) « Dans un précédent ouvrage (Entre les anneaux du serpent Dervy-Livres 1986), j’avais stressé la notion de témoignage, dans le sens où ils (les noeuds lunaires) manifestent parfois des événements marquants, possiblement choquants, dont on est témoins sans qu’ils nous concernent personnellement, comme un accident impliquant une ou des personnes inconnues, ce qui nous ramène encore une fois aux mystères de la synchronicité. Ceci explique peut-être pourquoi par exemple, certains événements violents très médiatisés montrent des nœuds lunaires puissamment soulignés par Mars. A l’époque d’internet et du village global, toute la planète devient témoin. » L’astrologie et la mécanique de la pensée (Les noeuds lunaires/ Rahu et Ketu) 

(3) « Quand nous avons l’impression qu’en certaines circonstances nos pensées se matérialisent, qu’il s’agisse d’idées, d’aspirations, d’intentions, de souvenirs, de craintes ou de désirs, comme si nous possédions des capacités psychiques, c’est vers les nœuds qu’il faut se tourner. Ces mécanismes sont inexplicables quoique les hypothèses ne manquent pas (rétributions karmiques et vies antérieures, réalité psychoïde, finalité cosmique concernant la croissance et la floraison de l’être ...) On en est victime où l’on en profite selon les cas. Le processus est la plupart du temps inconscient, même si c’est une des fondations de la magie : visualiser l'objet du désir pour le faire apparaître dans sa vie. D'une façon plus élargie la pensée « matérialise » la destinée, entre autres par leurs intermédiaires. » Ibid. Les noeuds lunaires (les noeuds de la pensée, note 46)

(4) Conjonctions admettant 7° d’orbe. Il s’agit des noeuds lunaires moyens. Les positions données correspondent à midi GMT.


Les noeuds lunaires et le nectar d’immortalité approche Rahu et ketu dans le cadre de la mythologie hindoue, soulignant leurs relations avec les concepts d’attachement et de détachement qui sont la clef de leur intégration. 

(6) Mars, le dragon et la barbarie traite de l’analyse détaillée des évènements parisiens. 

(7) Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l’auteur des tueries niçoises montre dans son thème une conjonction de Saturne  avec Ketu (respectivement 24°57 et 25°01 du Scorpion). Lors de son passage à l’acte Mars transitait à 24°31 du Scorpion et la Lune à 23°40 du même signe. 
Le thème natal de Mevlüt Mert Altintaş, qui assassina l’ambassadeur de Russie à Ankara le 19 décembre 2016, comporte une conjonction serrée (1°18’ d’orbe) de Mars et de Ketu. Il  commit son acte, largement médiatisé, au tout début d’une conjonction céleste Mars/Ketu étudiée dans Les fêtes à l’ombre de Mars et de Ketu
Le thème natal de l’archiduc François-Ferdinand assassiné avec son épouse à Sarajevo comporte une conjonction de Mars (0°54’ du Sagittaire), à 2° de la cuspide de la maison XII (les complots), à Rahu (26°10’ du Scorpion). Les noeuds lunaires et Mars y sont en parallèle de déclinaison, faisant ainsi entrer Ketu dans la configuration.  





















CENTILOQUE

CLIQUEZ SUR LE LIEN pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage publié en 1993 aux Editions Dervy


Extrait :


1- N°5 : caractère et destinée.


« L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère ».


Le mot caractère nous vient du grec « kharaktêr », qui signifie un signe gravé. Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.


Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.


Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, l'espritla sagesse, le pouvoir et l’amour.


Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.


Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.