dimanche, août 21, 2011

Mars versus Saturne danger

Voici que depuis quelques jours nous traversons cette période dangereuse décrite dans l'astrométéo du cœur de l'été: « Du 15 août au 8 septembre, Mars transite au carré de Saturne : cet aspect très tendu s’associe à des circonstances adverses ou difficiles, des actions freinées ou bloquées, des possibilités de violences, de désirs exacerbés (par les circonstances contraires) et de frustrations. Sur les routes les risques d’accidents mais aussi de pannes mécaniques et de ralentissements sont particulièrement importants. Il est essentiel de « bien penser », c’est-à-dire sans être dominé par l’émotion, d’éviter l’autodestruction (de respecter le corps), de faire preuve de patience et de savoir, s’il le faut, renoncer plutôt que de se battre contre des circonstances trop adverses. »

Nous sommes à la fin du mois d'août, en pleine canicule et les dangers sont réels : à la mer, à la montagne, sur les routes, dans les bars, les fêtes et même à la maison (pensons aux personnes âgés, aux violences et aux accidents domestiques) les circonstances peuvent soudainement se durcir et transformer la fin de l'été en cauchemar.

Pour résister à ces tendances difficiles, notre meilleure arme est l'attention : voilà qu'on pousse un peu trop la voiture, qu'on double dangereusement pour gagner quelques minutes, parce qu'on est impatient (Mars) et qu'un conducteur plus lent (Saturne) nous bloque. Une forme de colère, de frustration nous envahit et nous prenons des risques, nous mettant en danger, ainsi que notre famille, nos amis peut-être et les autres usagers.
C'est important à savoir : accidents graves et morts violentes se multiplient lors des afflictions Mars/Saturne. L'attention, au moment même où l'énervement et l'impatience nous gagnent est la meilleure des protections: l'intelligence illumine la vision intérieure et l'on réalise soudain qu'on va risquer son intégrité physique et celle des autres pour des bagatelles. Les hôpitaux sont emplis de victimes qui revivent ainsi quelques secondes fatidiques et donneraient beaucoup pour revenir en arrière.

Et il en va de même pour toutes sortes de circonstances, surtout peut-être celles qui concernent le relationnel avec nos proches, nos voisins, nos amis et pire encore, évidemment, nos rivaux, nos « ennemis », nos « supérieurs » ou ceux que nous n'apprécions pas. La violence conjugale quand à elle est à son comble, car lors des périodes Mars/Saturne en affliction, la frustration et la violence font beaucoup plus facilement leur apparition. On s'énerve, nos processus de pensée se durcissent et nos paroles ou parfois nos actes échappent à notre contrôle. Là aussi l'observation et la vigilance sont essentiels et doivent nous éviter de méchantes fâcheries, des paroles blessantes qu'on ne rattrapera jamais et au pire des actes violents dont les conséquences sont toujours imprévisibles. Ainsi pratiquée, sans jugement, l’attention nous permet de comprendre les mécanismes de ces fonctionnements destructeurs et peut-être de nous en libérer.

Certains sont plus touchés que d'autres, cela dépend des particularités de leurs thèmes. Il s'agit en ce moment d'un Saturne qui transite vers le milieu du signe de la Balance et un Mars au milieu du Cancer : tous ceux dont les thèmes sont marqués par le coeur des signes cardinaux (Bélier, Cancer, Balance et Capricorne) sont dans le collimateur, quel que soit leur signe de naissance. Une Lune aux environs des 15° du Bélier par exemple évoquera de la dureté mentale, des circonstances adverses et des frustrations, voire des problèmes de santé. Mercure dans cette position poussera à la méchanceté, à la cruauté et aux mauvais choix. Vénus apportera la passion, les disputes amoureuses et en définitive la frustration.

On comprend incidemment pourquoi l'horoscopie industrielle ne peut fonctionner: elle ne peut deviner où se trouve votre Mars, votre Saturne, votre Mercure de naissance. En d'autres termes une journée excellente pour un Lion né en 1975 peut-être tragique pour un autre né 2 ans plus tard, voire même 2 jours plus tard (à cause du mouvement lunaire) et possiblement quelques heures plus tard (par le changement de l'ascendant). Si l'art extrêmement complexe de l'astrologie ne fonctionne que dans l'individualité, il nous permet cependant de repérer les grandes tendances qui animent les circonstances, comprenant que celles-ci sont mondiales: elles ne s'arrêtent pas aux signes, c'est-à-dire aux soleils de naissance, mais elles couvrent l'ensemble de la communauté humaine : l’humanité est un vaste organisme.

Pour ceux qui désirent approfondir les afflictions Mars/Saturne et tenter de les solutionner, lire dans le Centiloque (Commentaires 1-III): Mars et Saturne en affliction mutuelle.

Extraits:

N°43: Lorsque Mars et Saturne s’affrontent, le désir (Mars) cherche à violer le temps et les circonstances (Saturne).

(....) La situation du détenu décrit précisément la phase aiguë d’un combat entre Mars et Saturne. Le détenu est celui à qui l’on interdit ou délimite (Saturne), l’expression physique (Mars). Son espace est réduit au minimum. Son corps (Mars) enfermé entre quatre murs, est privé (Saturne) de sa capacité d’action. Le pouvoir de décision lui est retiré et il ne peut s’exprimer sexuellement de façon satisfaisante. La frustration est insupportable. Il tourne en rond comme un fauve en cage. Il est Mars, face à un Saturne inamovible, dont les moyens de pression sont la privation de liberté, le temps, l’interdiction, l’isolement. Pour lui, c’est se soumettre, faire preuve de patience et de discipline, ou être brisé. Le suicide ou la folie sont les solutions négatives ultimes à ce combat (….) Mars doit obéir à Saturne. Le guerrier doit se soumettre à l’intelligence. Mars ne s’exprime pleinement qu’ainsi, d’où son exaltation en Capricorne, le signe de Saturne, où il sert la communauté plutôt que de combattre pour ses intérêts personnels. L’association, harmonique ou non, de Mars et Saturne, ne prend sa valeur et sa lumière qu’incarnée dans le guerrier mystique. Pourquoi guerrier ? Parce qu’il s’agit d’un combat, qui n’est dirigé ni contre les autres, ni contre soi-même. L’ennemi s’appelle la peur, l’égoïsme, l’envie, l’indifférence. Ses armes sont l’intelligence, la subtilité, la passion, la détermination, l’attention. Pourquoi mystique ? parce que sa quête est la découverte et l’exploration de cet espace à l’intérieur du cœur, du sanctuaire où patientent les vérités ultimes.



CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.