jeudi, novembre 04, 2010

La mort soudaine de Georges Frêche

Georges Frêche le 9 juillet 1938 à Puylaurens (81) 3H00.

Le décès de Georges Frêche

Une lectrice de ce blog se demandait si le décès soudain de Georges Frêche était (pré)visible dans les transits planétaires le concernant. La question s'est révélée intéressante, exposant clairement les liens surprenants (la simultanéité) existants entre les astres et nos destinées.

Remarques préliminaires :
- Ce texte ne se veut pas une étude de la personnalité politique de Georges Frêche.
- Il ne traite pas non plus de l'art de prédire la mort, mais souligne les liens entre le terrain, c'est-à-dire le corps du natif vu à travers le thème de naissance et la crise cardiaque qui l'emporta.

Le Soleil qui représente le coeur (ainsi que la colonne vertébrale) en astrologie médicale est très attaqué :
- Il est au carré de Saturne. Un Soleil affligé par Saturne met d'entrée le coeur en danger.
- Ceci est d'autant plus vrai que Saturne est maître de la maison VIII, qui est celle de la mort, située en Capricorne.
- Le Soleil quand à lui maîtrise le Fond du Ciel qui symbolise la tombe. Cela signifie pas que la crise cardiaque était inéluctable, mais que le coeur présentant une certaine faiblesse gagnait à être protégé par un mode de vie adapté.
- C'est ici que le caractère s'en mêle : le Soleil est conjoint à Mars qui est lui aussi au carré de Saturne, indiquant la violence d'une personnalité portée sur l'action conflictuelle avec ses lots de victoires (Jupiter est culminant) et de frustrations (Mars au carré de Saturne alors que ce dernier, avec Uranus, domine le Milieu du Ciel en Verseau).
- Le problème est que Mars, le désir, domine l'essentiel de la maison VI en Scorpion qui est celle de la santé, indiquant l'action négative du stress et des émotions fortes sur le coeur.
- Cette dernière configuration est nettement renforcée par le fait que le Soleil soit au parallèle de déclinaison de Mars et de Pluton, les deux maîtres de la maison VI! Mars conjoint et au parallèle de Pluton indique une forte tendance à l'autodestruction qui une fois encore agit sur le coeur puisque les deux astres attaquent le Soleil.
- Le Soleil, Mars et Pluton enfin sont au parallèle de l'ascendant. Celui-ci, qui représente l'attitude et le comportement, entretient des liens privilégiés avec le corps, ici particulièrement le coeur, et la façon dont on le traite. Cette configuration violente indique que le caractère (l'ascendant lourdement affligé) met le corps en danger, l'autodestruction dont il vient d'être question, une impression consolidée par la conjonction Uranus/Kétu en maison XII (nervosité et forte tension de la volonté), le lieu où l'on se fait du mal à soi-même.
- Ajoutons pour terminer une Lune au carré de Jupiter : la Lune maîtrise le Cancer (le signe solaire) ainsi que la maison II (la propriété), ce qui indique une forte gourmandise dans tous les sens du terme.

Voilà pour le terrain :
- Un Soleil très affligé par Mars, Saturne et Pluton maîtres de la VI et la VIII, deux maisons très dangereuses pour le corps, ne peut qu'affaiblir le coeur. Si d'autres dangers guettent la santé (accidents, coups à la tête, anévrisme ou encore MST qui accompagnent généralement les Mars difficiles), le coeur est en première ligne.
- De même que le Soleil, l'ascendant est attaqué par Mars et Pluton, soulignant le stress, l'autodestruction et les comportements négatifs et dangereux dans la façon de traiter le corps. On peut douter que Georges Frêche ait eu un mode de vie exemplaire en ce qui concerne la santé, ce qui aurait dû lui être conseillé. Jupiter au carré de la Lune poussait sans doute vers les excès alimentaires (sel, viandes, graisses, alcool étaient à déconseiller fortement).

Georges Frêche (décès) le 24 octobre 2010 à Montpellier à 18H45

Concernant le décès, les transits de la journée du 24 octobre sont clairs. Voyons d'abord les aspects lourds:
- Pluton, maître de la VI et astre mortifère s'il en est, est conjoint à la cuspide de la maison VIII (la mort). Cet aspect menaçait le corps depuis au moins deux ans.
- Rahu, la tête du dragon en VI de naissance, indiquant un ou des événements en relation avec la santé, est aussi sur la cuspide de la VIII, conjoint à Pluton!
- Saturne de son coté entame un carré au Soleil natal et une opposition à lui-même. On n'oublie pas que le Soleil, s'il est le coeur est aussi le souffle de vie, ici affaibli par le transit saturnien.

Ces indicateurs étant en place, les astres plus rapides précipitent la conclusion:
- Le Soleil (le coeur), Vénus (qui maîtrise la santé avec Mars et Pluton car il domine la cuspide de la VI et l'essentiel de la XII) et Mercure (maître de l'ascendant) sont tous les 3 conjoints en début de la maison VI natale!
- Cette maison est particulièrement chargée ce jour là puisque Mars s'y trouve aussi! Non seulement cet important indicateur de la santé de Georges Frêche transitait chez lui en Scorpion et en VI, mais il était conjoint au Rahu de naissance!
- Mars et Rahu adressent un carré au Vénus natal fin Lion: cela nous indique un pic d'activité en ce qui concerne le climat émotif et le tempérament, qui ont pu agir violemment sur l'organisme.
- Le rôle de Rahu, toujours difficile à bien comprendre est intéressant à partir du moment où Pluton et Rahu sont conjoints sur la cuspide de la VIII ce 24 octobre, alors que Mars transite au même moment sur le Rahu natal. Peut-être peut-on y lire le phénomène autodestructeur qui arrive à son terme car Rahu et Kétu sont des « astres karmiques », indicateurs à la fois de la destinée et de nos responsabilités envers elle.
- La Lune enfin, la trotteuse des astres conclut le tableau : ce 24 octobre à 18H45 elle transite en Taureau dans la XII de naissance, connotant un accident, mais aussi une ombre, voire un secret ou un mystère (l'arrêt cardiaque fut-il déclenché par une émotion forte?)
- Elle est d'ailleurs au carré du Vénus natal, ce qui renforce cette sensation.
- Elle est conjointe à Kétu et opposée à Mars sur Rahu, figurant une fin violente, surprenante et teintée d'un certain mystère.
- Elle est enfin conjointe à l'Uranus natal, figurant la soudaineté de l'événement!

Pour terminer quelques remarques sur le reste du thème:
- L'ascendant Gémeaux indique une double nature soulignée par le demi-carré de Saturne à un beau Jupiter en Poissons. Le caractère est à la fois saturnien (sérieux et solide, très déterminé, mais aussi très dur à cause de son carré à Mars) et jupitérien (dominateur, jouisseur, ambitieux, généreux, porté sur les débordements matériels).
- Cette même double nature figure une capacité altruiste à se battre pour des causes parallèle à une tendance marquée à l'autocratie.
- Mercure, maître de l'ascendant est troublé par un demi-carré à Neptune soulignant une raison troublée par l’émotion, de mauvais choix, des dissimulations et de possibles malversations.
- Sa conjonction à Pluton indique un esprit rusé, manipulateur, amoureux du pouvoir.
- Son joli trigone à la Lune, doublé d'un parallèle, figure un intellect vif et délié malheureusement souvent tourné vers l'argent et l'accumulation des biens (Lune maître de la II).
- Son quinconce à Jupiter culminant indique culture et instruction ainsi qu'une certaine générosité d'intention.
- Mercure toujours lui est également connecté au Soleil et à Mars (ainsi qu'à Pluton) par l'intermédiaire de l'ascendant qu'il domine. En tant que maître du langage (utilisé comme une arme) il est responsable de l'art de la formule et des dérapages verbaux.
- Saturne en XI (la maison des amis), presque en XII (les ennemis secrets, les épreuves, les complots), au carré de Mars et du Soleil (conflits et frustrations), éloigne et fâche les amis et durcit le relationnel, malgré une vraie fidélité affective (Saturne au trigone de Vénus). Cette configuration pointe vers le coté dur et violent du thème.
- Le quinconce de Saturne à Neptune indique des trahisons de la part de certains amis ainsi qu'une souffrance secrète d'être séparé et de ne pas appartenir. Par rebond cette douleur justifie intérieurement des comportements brutaux, égoïstes et douteux.
- Jupiter au carré de la Lune indique de grands rêves et une complaisance à l’auto-illusion.
- Uranus en XII au sextile du Soleil et de Mars et au trigone de Neptune souligne un sincère désir de transformer la société et une vraie capacité révolutionnaire, d'où l'action politique.
- Cette orientation, sans doute présente chez de nombreux politiciens au début de leurs carrières, ne sut cependant résister à l'attrait de l'argent et du pouvoir (Soleil en II, Lune maître de la II carré à Jupiter en X, Pluton au parallèle de l'ascendant, de Mars et du Soleil)

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.