dimanche, novembre 01, 2009

Identité nationale et identité astrale

Ca y est, le grand débat sur l'identité nationale est lancé, assez paradoxal dans un monde où l'identité même de l'individu est si peu connue: ne ferions nous pas mieux d'essayer de nous connaître en profondeur, plutôt que de chercher à nous créer absolument un sentiment d'appartenance?

Le dictionnaire nous apprend que l'identité est le caractère permanent et fondamental de quelqu'un. Quand à l'identité sociale (très proche de l’identité nationale) c'est le sentiment ressenti par un individu d'appartenir à tel groupe social, et qui le porte à adopter certains comportements spécifiques.

Ainsi, débattre de l'identité nationale c'est un peu commencer par la fin. Ne devrions pas nous interroger d'abord sur notre identité tout court (ainsi que sur le désir et la nécessité d’une identité), en tant qu'êtres humains, en tant qu'individus (dont la racine signifie indivisible), nous qui naissons et mourons dans l'ignorance de ce que sont la vie et la conscience, de leurs causes et de leurs buts? que possédons-nous de réellement permanent et fondamental en nous-mêmes, alors que nos corps, nos esprits, nos émotions ne cessent de se transformer, de se modifier, de changer, au fil du temps, des circonstances et des expériences?

Avant de parler d'identité, surtout nationale, il est important de souligner que sommes tous des êtres humains, fondamentalement identiques (qui ne diffèrent en rien des autres) quels que soit nos gènes, nos cultures et nos conditionnements divers, car tous nés bâtis sur le même modèle, dans le sein du même cosmos. Les mêmes astres, le même Soleil, la même Lune, les mêmes étoiles, quoique différemment distribués, nous définissent astrologiquement et nous rendent parfaitement similaires et égaux dans les profondeurs de nos êtres. Seul le relief extérieur change d'un individu à l'autre, bien vite nivelé par la mort, la grande égalisatrice.

Grâce aux portraits astrologiques extrêmement précis qu'elle est capable de générer, l'astrologie nous propose une carte d'identité céleste qui est la description et (souhaitons-le) la compréhension de l'ensemble de nos mécanismes psycho-émotifs, constitution y compris. Un Soleil en Lion n’envisage pas la vie comme un Poissons ou un Taureau, et la Lune en Scorpion génère des contenus de pensées bien différents de la Lune en Gémeaux ou en Vierge. A fortiori, l'ensemble des positions planétaires, par signes, par maisons et par aspects, définit cette structure unique, particulière, qui correspond à l’identité astrale d’un individu.

A l'instar des hommes et des femmes qui les peuplent, les pays se définissent aussi astrologiquement, quoique les identités soient nettement plus floues par manque de thèmes de naissance véritables (les thèmes dressés au jour et à l'heure des déclaration d'indépendance, des ratifications de constitutions, des sécessions ou des révolutions, ne peuvent décrire le caractère profond, organique, d'une nation dont les racines multiples s'enfoncent dans les brumes mystérieuses du passé.

Il existe cependant des relations évidentes entre nations et signes solaires, évidentes parce que prouvées par le temps et l'observation. Certaines de ces analogies remontent à Ptolémée qui découpa géographiquement et astrologiquement une bonne partie du monde connu en son temps. D'autres finissent par s'imposer d'elles-mêmes. En voici une très courte liste :

Bélier : Grande-Bretagne, Allemagne, Danemark, Japon
Taureau : Iran, Grèce, Irlande, Pologne, Canada
Gémeaux : USA, Belgique
Cancer : Hollande, Nouvelle Zélande
Lion : France, Italie
Vierge : Suisse, Turquie, Brésil
Balance : Argentine, Chine
Scorpion: Algérie, Maroc, Norvège, Israël
Sagittaire : Australie, Arabie, Espagne
Capricorne : Inde, Afghanistan, Tibet
Verseau : Russie, Suède
Poissons : Portugal, Égypte

Il existe bien d'autres pays, dont on ne connaît pas les signes avec certitude, voire pas du tout. L’astrologie mondiale en reste à ses balbutiements. Il est d'autres contrées par contre dont on peut, à force de séjours sur place, de réflexions et de raisonnements analogiques, définir l'ascendant (ainsi il semble que l'Inde soit Capricorne/Poissons, la Russie Verseau/Poissons, la Chine Balance/Verseau, le Japon Bélier/Vierge, l'Italie Lion/Balance, les USA Gémeaux/Lion, Israël Scorpion/Gémeaux ....)

La France quand à elle est Lion/Verseau, ce qui signifie que les Français sont, de part leur éducation, leur alimentation, leur histoire, leurs conditionnements et leurs traditions, touchés de près ou de loin par ce cadre général astrologique.

Lion de tradition, ce qui lui va fort bien: longtemps soumise à des absolutismes (mais c'est loin d'être une particularité), ses deux chefs tribaux les plus marquants furent louis XIV, le Roi-Soleil (l'astre maître du Lion) et Napoléon Bonaparte, un Lion assurément. Le pays souffre d'évidence de centralisation excessive, car le Lion est un roi, un seigneur dont la vision du monde nécessite un centre d'attraction. Pour cette raison tout tourne autour de Paris la Ville Lumière, que les Français considèrent comme la plus belle ville du monde, elle-même abritant les Champs-Élysées, la plus belle avenue du monde (sic)!! La France/Lion ignore l'humilité et s'éblouit elle-même dans le miroir de son passé et de ses fastes qui furent pourtant réservés à l'infime minorité aristocratique de la population. Le Français moyen, manquant de points de comparaison car souvent ignorant des autres langues et cultures, s'enorgueillit de parler la plus belle langue du monde, comme il s'enorgueillit d'être champion du monde du sexe et de posséder les plus beaux terroirs, de produire les meilleurs vins et de manger la meilleure cuisine (que certains rêvent de faire entrer au patrimoine mondial de l'UNESCO!).

Le Français Lion est dominateur, hédoniste, arrogant, indépendant et orgueilleux. Il est également sophistiqué, à la mode (aimant présenter), plutôt froid, snob et impoli, joueur, créatif, enclin aux arts et très sensuel, dans le sens où il accorde une grande importance aux plaisirs de la table et du lit. L'existence se doit d'être la plus agréable possible, on doit en jouir maintenant, d'où un record mondial de vacances accordées aux enfants et aux travailleurs. Il ne manque ni de générosité ni de noblesse, mais seulement à partir du moment où les choses tournent bien pour lui, sinon son égoïsme foncier prend le dessus. Le Français Lion aime la lumière et la gloire et quand ça ne va pas, il ne se laisse pas faire, descend dans la rue, n'hésite pas à faire entendre sa voix, ou alors se réfugie dans l'alcool et les antidépresseurs, incapable qu'il est de faire face à une réalité trop grise ou trop sordide. Il est possible (comme c'est le cas chez de nombreux individus Lion) que l'alcoolisme et la toxicomanie médicamenteuse très répandus en France, soient dus entre autres raisons à ce désir de lumière et de noblesse (Lion) qui se heurte trop souvent aux sordides réalités de l'existence et donc à l'incapacité de s'accepter tel que l'on est (bien moins noble et lumineux qu'on aimerait l'être).

Qu'en est-il du coté Verseau? car il est bien Verseau, signe humaniste, intellectuel, universel, révolutionnaire, qui appartient à Uranus l'astre des bouleversements, ce Français abonné aux frondes, aux jacqueries, aux révolutions, si amoureux de son indépendance! n'a-t-il pas inspiré (malgré la Terreur et ses horreurs) les révolutionnaires du monde entier? la France n'est-elle pas la patrie de Descartes, de Montesquieu, de Rousseau, de Diderot et D'Alembert et de leur fameuse encyclopédie (le Verseau est le signe de la connaissance universelle)? N'est-elle pas la patrie des Droits de l'homme, de la devise liberté/égalité/fraternité, si humaniste, si intrinsèquement Verseau, si ardue hélas à appliquer? Il y a d'ailleurs, au coeur des principes de la culture française, qui foisonne de penseurs, de scientifiques ou encore d'écrivains qui ouvrent (ou qui ouvrirent) de nouvelles voies à la littérature (tels Dumas, Balzac, Flaubert, Proust) une prétention à l'universalité (Verseau). Mais il faut aussi compter avec la face négative de ce signe, qui rend le Français autoritaire, métallique et cassant, hyper intellectualisé, persuadé de son bon droit au point de menacer la liberté de penser d’autrui (paradoxe du Verseau/Uranien révolutionnaire), parfois fanatique et dictatorial. Sinon on se rappelle du récent passage d'Uranus en Verseau, qui vit entre autres faits marquants la dissolution surprise du parlement par Jacques Chirac, ce qui mena le pays à une cohabitation intéressante (un vote prévisible à l'époque justement à cause de la présence d'Uranus en ce signe) et la Coupe du Monde de Football, remportée par une équipe Black/Blanc/Beur, on ne peut plus Verseau dans sa composition bariolée.

Si ce qui fait le français, astrologiquement, ne dépend ni du sang ni du sol, mais bien de la culture, il est vrai qu'à l'origine, et cela reste mystérieux, c'est la terre elle-même qui détermine le signe : mais justement, la France, vaste territoire aux multiples facettes, est géographiquement loin d'être entièrement Lion. Traditionnellement la Bourgogne est Bélier, les Flandres sont Gémeaux, la Savoie Balance, la Provence Sagittaire ainsi qu'une bonne partie de l'ouest du pays, et la Normandie Poissons ! Mais petit à petit, même si les particularités régionales subsistent, par la force des écoles, des églises et des armées, les pouvoirs royaux, impériaux et républicains procédèrent au grand nivellement, et l'ensemble de l'hexagone devint Lion/Verseau.

Ainsi le Français est ce drôle de panachage entre le Lion esthète, égocentrique, dominateur et sensuel, chrétien plus conventionnel que mystique, et cet animal politique Verseau, indépendant, épris de luttes sociales, de philosophies diverses, toujours mécontent, porté à l'agnosticisme quand ce n'est pas à l'athéisme, révolutionnaire autoritaire et cassant qui refait quotidiennement le monde, tant il apprécie les joutes et les polémiques.

Le fait que les deux signes soient en opposition explique le coté tendu, parfois explosif, colérique et mordant du caractère, qui sait se montrer très désagréable lorsque l'argent manque, qu'on le dérange dans son royaume personnel, qu'on le frustre de ses plaisirs, ou que les vacances s'achèvent. Il sait être à la fois respectueux des hiérarchies organiques (Lion), se soumet facilement aux différents pères de la nation dont il pense ressentir la nécessité (Lion), mais s'anime de pulsions anarchistes, révolutionnaires, voire régicides (Verseau).
Le Français est doublement individualiste, dans le sens où le Lion est surtout en quête de son propre plaisir et que le Verseau (uranien de nature) déteste se plier aux règles communautaires (on retrouve ici la vieille tradition Gauloise).
Toujours en quête de sensations plaisantes (Lion), qu'il trouve abondamment au coeur des débats et des enjeux politiques (Verseau), il prend beaucoup de plaisir (Lion) à polémiquer et à critiquer (Verseau), que ce soit en famille, au bistrot ou sur les scènes de la vie publique.
Il apprécie non seulement le vin et l'alcool (Lion), mais tout ce qui stimule le corps et l'esprit, médicaments divers, cocaïne, amphétamines (Verseau). Cependant il se grille facilement nerveusement (problème Soleil/Lion et Uranus/Verseau, manifestant trop de nervosité, d'ambitions personnelles, de désirs de succès et de brillance) et devient ainsi champion du monde des antidépresseurs.
Son rêve reste d'être roi, même si ce n'est que chez lui, bref de posséder villa et belle voiture (Lion), mais aussi de compter dans le monde (Lion) grâce à des prétentions universelles (Verseau), ce qui le fait gloser à propos des Droits de l'homme et de l'écologie tout en pillant les ressources africaines et en nucléarisant son électricité, sans songer une seconde à la pollution et aux blessures infligées à la terre et aux autres nations. C'est que le Lion/Verseau n'en est pas à une contradiction prêt.

Les deux signes Lion et Verseau qui se font face forment l'axe le plus individualiste du zodiaque au travers duquel le Soleil et Uranus s'affrontent sans merci.

Le vrai problème est que les deux signes souffrent d'autoritarisme : le Lion aime être le roi et le Verseau aime imposer son mode de pensée, ce qui en fait le type même du dictateur. Ainsi la face négative du Lion (le complexe du roi, le centralisateur forcené) s'additionne à la face négative du Verseau (autoritarisme, besoin d'imposer son mode de pensée aux autres).

Cette juxtaposition mène aux régimes politiques fondés sur des idéologies soi-disant humanistes (Verseau) qui camouflent les désirs de puissance de l'ego (Lion). Les aristocraties de sang (Lion), et les castes dirigeantes (Verseau) imposent leur volonté à la population. La France n'est une vraie démocratie, d'ailleurs très présidentielle (Lion) que depuis 1965.

Intérieurement, psychologiquement, on peut parler chez le Français de pulsions autodestructrices, d'excentricité et d'outrances. L'orgueil du Lion mêlé au complexe de supériorité intellectuel du Verseau crée un mélange redoutable. Le Français dépend de deux astres brillants, indépendants et mégalomanes. Oublieux de Vichy et d'autres épisodes fâcheux de son histoire (la France Afrique, l'abandon des Harkis, les tortures en Algérie....), dans le sens où ils s'opposent à la noblesse du Lion et aux idéaux Verseau, le Français ferme les yeux sur ses propres obscurités (racisme sous-jacent à son nationalisme, chauvinisme et étroitesse d'esprit). Il a l'art de s'éblouir dans son propre miroir déformant, tant il désire ressembler à cette image idéale où il se voit noble et valeureux (Lion), courtois (Lion), révolutionnaire et réformateur (Verseau), à la pointe du progrès (Verseau), penseur humaniste et philosophe (Verseau).

Être français, culturellement, astrologiquement, c'est donc cela : participer à l'ensemble de ces conditionnements de pensée, parce que l'éducation reçue, les moeurs, les traditions nous font accorder une importance démesurée à l'histoire, au passé, à la naissance, au sang, à l'appartenance à la terre. Parce que le minuscule miroir dans lequel nous nous contemplons nous éblouit des reflets que l'on y a déposés, on oublie de se tourner vers ce qui est vraiment important, non pas le petit bout de terre sur lequel nous vivons tant bien que mal, mais cet univers immense, inimaginablement vaste et plus encore nos esprits qui contiennent des espaces infinis, illimités. Ces espaces ne deviennent accessibles que lorsque l'on en a fini avec des concepts aussi étroits que l'identité nationale, qui comportent de graves dangers qui ont pour nom séparation, comparaison, compétition, friction, luttes, et en définitive conflits, guerres, violences et les souffrances que tout cela comporte. N'est-ce pas cher payer pour de simples conditionnements?

Pour l'exprimer astrologiquement, le Français, conscient de son universalité, qui saisit vraiment la nature solaire, illuminatrice du Lion (associé à la noblesse, à la lumière) et la nature uranienne du Verseau (révolutionnaire, intelligente, en quête de la liberté absolue), et qui se libère suffisamment de ses conditionnements parce qu’il travaille (explore, comprend) son propre thème astral d'individu unique, ne pourra se définir par rapport à une identité nationale quelconque, sachant qu'il ne peut y trouver que peurs, obscurités, recherche débilitante de sécurité psychologique et germes de violence.







CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.