lundi, janvier 02, 2012

Bachar el-Assad

Le Times magazine a nommé Mohammed Bouazizi homme de l'année: véritable incarnation de la misère dans laquelle se débat une grande partie de l'humanité, le sacrifice tragique et spectaculaire de ce petit vendeur ambulant a provoqué le printemps arabe. A l'autre bout du spectre social, le titre de vilain de l'année revient sans conteste au dirigeant syrien Bachar el-Assad, qui avec le soutien de ses sbires massacre sa population dont il torture même les enfants! Comment alors, en étudiant son thème astral, ne pas s'interroger sur les significateurs astrologiques de la cruauté?

Bachar el-Assad, le 11 septembre 1965 à Damas calculé pour 12h00, l’heure de naissance est inconnue. L’absence de l’AS (l’attitude, le comportement) crée une incertitude obligatoire: on ne peut croire tous ceux nés ce jour particulier capables des mêmes actes.

Les fondations :
- La soif de l’exercice du pouvoir apparaît dans la conjonction Soleil/Uranus/Pluton où le Soleil (l’idéal, la domination, l'orgueil) est nourri et obscurci par Pluton, l'astre du pouvoir et des obscurités.
- Uranus conjoint au Soleil cristallise le goût de la dictature dont l’opportunité lui fut offerte par Pluton (hérédité et népotisme, l'homme est une créature de son père).
- Uranus et Pluton en conjonction générationnelle, mêlent la technocratie et l'autoritarisme (Uranus), aux intérêts matériels, au pulsionnel, à la jouissance des sensations et à l'absence de principes (Pluton).
- Quoiqu’un peu éloigné, Mercure chez lui en Vierge, normalement garant d'ordre et de rigueur, est relié à cette triple conjonction par la translation de lumière qu'offre Saturne en opposition à partir des Poissons. Son lien à Pluton figure la ruse et l'astuce, une certaine rouerie et de possibles compromissions financières. L’intelligence qui devrait résulter de sa proximité à Uranus est obscurcie par l’opposition de Saturne à celui-ci (obsessions sécuritaires, peur de la liberté)

Mars/Neptune:
- La conjonction Mars/Neptune, symbole d'agressivité qui naît du besoin de se défendre (le monde/Neptune est une arme/Mars dressée contre moi), est puissante : Neptune (l'empathie) est pénétré et détruit par les valeurs de Mars « celui qui éveille la crainte », ce qui s'avère très dangereux pour la population (Neptune), voir à ce sujet La théorie du centième singe, quand une telle configuration est présente dans le thème d'un dictateur. Mars, ici dans son domicile Scorpion, représente l’emploi de la force physique, c'est-à-dire la police et l'armée. Ajoutons que les natifs Mars/Scorpion tendent à utiliser leur propre corps comme un champ de bataille et que Neptune dans ce signe pousse à la haine de soi, ce qui nous ramène au comportement criminel d'un homme qui assassine son propre peuple.

Vénus :
- Le thème du dictateur syrien montre pourtant un beau Vénus maître en Balance soutenu par un parallèle (P) de déclinaison à Mercure ce qui indique le raffinement intellectuel d’autant que tous les deux sont en domicile. Avec Jupiter en Gémeaux au sextile de Mercure (études poussées et connaissances variées) et au trigone de Vénus (plaisir, harmonie) le caractère aurait pu s’exprimer différemment. Bachar el-Assad d’ailleurs ophtalmologiste, Mercure (la vue) en Vierge (la santé), semblait ne pas nourrir d’ambitions politiques avant la mort accidentelle de son frère.
- Ce Vénus ne joue pas obligatoirement en sa faveur car cet astre entretient d'intimes relations avec la cruauté: on est frappé par les « beaux » Vénus de certains criminels comme Marc Dutroux (Vénus/Balance) ou encore du docteur Petiot (Vénus/Poissons) par exemple, individus dont le potentiel séducteur couvre la noirceur intérieure. Vénus, facilement associé à la cruauté, devient négatif s’il n’est tourné que vers la recherche du plaisir et la quête de la sécurité.
- Ce Vénus est également au demi-carré de la conjonction Uranus/Pluton, entremêlant le pouvoir, l’argent, la séduction et une certaine décadence.

Entrevue hypothétiquement une naissance dans l’après-midi (vers 16h00) activerait un quinconce entre la Lune et Vénus, évoquant un être émotivement instable, insécurisé et tourmenté, très attaché aux plaisirs et à la sensualité. L’AS serait Capricorne, stressant la dureté mentale et l’indifférence résultant de la conjonction Saturne/Lune. Neptune et Mars culmineraient au MC, incarnant parfaitement l’image publique d’un dirigeant brutal (Mars), menteur et paranoïaque (Neptune)

La Lune et Saturne:
Conjointe à Saturne et pleine dans les Poissons, opposée à Uranus et Pluton, la Lune souffre beaucoup. Symbolisant le contenu de la pensée, l’enfance et l’instinct de protection elle éclaire beaucoup le développement complexe du caractère :
- La Lune en Poissons déploie une double nature obligatoire : si Soleil/Uranus/Pluton évoquent la force et Mercure l’ordre, Saturne et la Lune en Poissons symbolisent une enfance insécurisée, la crainte du chaos (tant au dedans qu’au dehors) ainsi que l’isolement, la froideur, la dureté mentale et la quête de la sécurité dans une citadelle intérieure.
- Également au carré de Jupiter la Lune stresse l’instinct de protection (développé par la paranoïa Mars/Neptune) et oriente vers la quête d’un refuge.
- Cette complexité lunaire (peut-être renforcée par un émotif quinconce à Vénus) favorise l’émergence de sentiments complexes qui entremêlent la nécessité de plaire et de séduire (Vénus/Balance), la crainte de souffrir émotionnellement (Lune/Saturne en Poissons), le refus de changer des schémas de vie « ordonnés », l’angoisse du chaos (la Lune en poissons), la difficulté à résister aux autorités, le père d’abord, ce puissant Soleil/Uranus/Pluton puis ses anciens collaborateurs. Plutôt que de s’opposer aux Faucons du régime, comme le voudraient Jupiter/Mercure/Vénus, et sans doute une importante partie uranienne, il est plus facile de fermer les yeux, de nier la réalité des faits et de laisser la clique au pouvoir depuis des décennies, continuer à terroriser la population.
- Sans efforts, sans travail sur soi, la Lune en Poissons (décuplée par sa plénitude et apeurée par Saturne) est foncièrement influençable, sinueuse et encline à se réfugier dans des mondes et des pensées illusoires. 
- Son opposition à Pluton évoque des obsessions et des obscurités mentales en relation avec des interdits inculqués pendant l’enfance.
- Les multiples aspects défavorables de cette Lune pourtant neptunienne indique un mental trop occupé à se défendre pour ressentir une empathie considérée comme une ennemie. La pleine Lune exprime profondément le signe où elle a lieu : ainsi marquée elle semble rassembler dans ce thème les pires aspects des Poissons lorsqu'ils sont effrayés (trahison, lâcheté et cruauté).

Une possible jalousie par rapport à son frère, l’héritier choisi disparu prématurément, a-t-elle influencé négativement le caractère en générant un sentiment d’échec et un complexe d’infériorité ? Pour cette même hypothétique heure de naissance (vers 16h00), la maison III (frères et sœurs) est en Bélier, dominée par Mars conjoint à Neptune qui culminerait au MC : le frère incarnerait alors un idéal hors d’atteinte avec qui les rapports étaient conflictuels, peut-être secrètement haineux. Mars/Neptune signifient également sa fin tragique.

Les oppositions de Saturne:
- Bachar el-Assad a sans doute nourri un temps de vraies intentions réformatrices (Soleil/Uranus/Mercure), d’autant que Jupiter et Vénus le sensibilisaient à la compassion. Rapidement balayées par Pluton qui représente les puissances derrière le pouvoir (les multiples intérêts personnels qui composent l’administration du pays depuis le temps de son père), les bonnes intentions furent figées par l'opposition de Saturne (indifférence, peurs profondes, soumission aux pressions, aux conditionnements héréditaires et aux interdits).
- Pluton et Saturne qui affligent tous deux le Soleil symbolisent l’obscurcissement, le refroidissement et la perte des idéaux.
- La crainte des changements, la peur de l’aventure et la frilosité sont symbolisés par l’opposition de Saturne à Uranus qui marque le rendez-vous complètement manqué avec l’Histoire. N’avait-il pas la possibilité d’incarner positivement cet astre (le progrès, la révolution, la transformation profonde) plutôt que l’Uranus négatif (l’autocratie) ?
- L’opposition de Saturne à Mercure représente en ce sens l’aspect typique des mauvais choix dictés par une ignorance feinte ou réelle des mobiles secrets et des motivations profondes précédemment cités (craintes, pressions extérieures, jalousies, lâcheté, froideur et indifférence).

Etoiles fixes :
Un détail important (peut-être stressé par l’AS et le MC hélas inconnus) est Mars en Scorpion conjoint à une étoile difficile, Zuben Algenubi (Alpha de la Balance), associée à la malveillance, à un caractère impitoyable et au déshonneur. Morse parle à son sujet de « massacre de psychopathes qui ont commencé sous le couvert de l'amour »!!!
Ajoutons un axe des Nœuds lunaires (qui marquent souvent la destinée) conjoint à l’opposition Aldébaran/Antarès : le nœud nord Rahu est sur Aldébaran, étoile martienne que Manilius associe aux émeutes et aux révolutions et le nœud sud Kétu est proche d’Antarès, le Cœur du Scorpion, étoile guerrière et empoisonnée!

Pour en revenir à la cruauté :
- Si Mars (ici en Scorpion, dur, violent et paranoïaque) représente la brutalité, Vénus même favorable en soi oriente vers la cruauté : Bachar el-Assad ne torture sans doute pas lui-même, mais l’indifférence dont il fait preuve, son retranchement dans un monde protégé et raffiné, est la pire des cruautés.
- Cette indifférence est sans nul doute causée par la Lune en Poissons conjointe à Saturne (froideur, indifférence) qui s’emploie à le protéger de ses problèmes émotifs et de la peur de la souffrance qu’il a choisi de fuir plutôt que d’affronter.
- Les aspects Mercure/Saturne défavorables, responsables des mauvais choix, orientent régulièrement, selon les circonstances et le reste du thème, vers la méchanceté et parfois la cruauté.

Les transits :
- Saturne transite sur ce Vénus fin Balance jusqu'en octobre 2012 ce qui favorise sans doute l’indifférence sur l’empathie même si Saturne dans ce signe peut s’associer à la justice.
- Neptune de son coté entame une longue opposition à Mercure, symbolisant la raison et le pouvoir décisionnel troublés par les émotions.
- Mars en Vierge  avec ses transits sur Saturne et ses oppositions à Soleil/Uranus/Pluton joue évidemment un rôle de premier plan, peut-être annonciateur d’une vraie guerre civile. Il faudrait que le dirigeant syrien comprenne les leçons Mars/Saturne en aspects défavorables, concernant et symbolisant des circonstances adverses, et qui s’appellent le service et la renonciation. En d’autres termes servir le peuple en renonçant  au pouvoir. Sans cette compréhension, il mène son pays au chaos et se met lui-même physiquement en danger (ce qu’on ne saurait pronostiquer sans AS).
- Jupiter (le sens de la justice et la compassion) favorable jusqu’en mars 2012 constitue le mince espoir des syriens. Son opposition à Mars au début du printemps est par contre signe de colère et d’aveuglement.

Mohammed Bouazizi et Bachar el-Assad:
- Voici face à face deux Lune en Poissons influençables, émotives, flottantes….
- Né dans l’opulence et le pouvoir le dirigeant syrien est déchu de son humanité. Le petit vendeur tunisien, privé du minimum vital redonne à cette même humanité sa dimension tragique et sa noblesse.
- On constate chez le premier une conjonction Saturne/Lune en Poissons symbolique de peur, de repli sur soi, de dureté et de froideur mentale.
- Chez le second Vénus et la Lune en Poissons, symbolisent un profond amour pour l’humanité et un authentique sens du sacrifice.
- Bachar el-Assad souffre d’une conjonction Mars/Neptune en Scorpion dont on a entrevu les effets pervers.
- Mohammed Bouazizi avait Jupiter conjoint à Neptune en Capricorne, symbolisant le sacrifice et la compassion mais aussi une générosité mal orientée. Le Soleil au carré de ce Neptune soulignait chez lui le besoin d'expansion, d'échapper à une prison matérielle qui lui niait toute possibilité de croissance. Le syrien quand à lui, riche de toutes les possibilités du monde, ne sait que s’enfermer dans la peur et l’indifférence !

Bachar el-Assad et Dmitri Medvedev :
Nous étudierons bientôt le thème du président Russe en exercice, création de Vladimir Poutine comme Bachar el-Assad est celle de son père : les deux hommes sont nés à 3 jours d’écart et l’on se demande avec angoisse, si confronté aux mêmes circonstances, tout à fait envisageables vues les transits d’Uranus et de Neptune (la Russie étant Verseau/Poissons), le russe se montrerait aussi impitoyable que le syrien.

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.