vendredi, avril 02, 2010

Thème astral de la découverte d'Uranus

La planète Uranus fut découverte par Sir William Frederik Herschel le 13 mars 1781 (Bath, Grande-Bretagne). D'après un traité d'astrologie datant du début du XIXe siècle, A manual of astrology par A. Raphaël, il était alors 22H00.

Passionné par les étoiles, William Herschel, né le 15 novembre 1738 à Hanovre (Allemagne), professeur de musique, interprète et compositeur de son état, s'initia à l'optique. Après de nombreux essais souvent infructueux, soutenu dans ses efforts par son frère Alexandre et sa soeur Caroline, il parvint à fabriquer des télescopes de qualités supérieures à ceux utilisés par l'observatoire de Greenwich. C'est ainsi qu'il découvrit Uranus, l'astre de la modernité de la pensée, auquel on associe les révolutions industrielles et technologiques, la vitesse, les différents bouleversements politiques et idéologiques ainsi que la quête de la liberté absolue, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire. Herschel, autodidacte, inventeur, théoricien autoritaire et passionné, qui devint astronome professionnel à l'âge de 43 ans fut on s'en doute très uranien (son thème de naissance contient une belle conjonction Uranus/Lune/Vénus).

On s’étonne de constater combien les astrologues de cette époque, alors que comme Raphaël le remarque, aucun d'eux n'avait assez vécu pour observer ne serait-ce que la moitié du cycle de cet astre (84 ans) en action, soulignaient très justement ses propriétés les plus importantes : révolutions et bouleversements, originalité, bizarreries, indépendance et rébellion, événements inexplicables, intelligence....

Après avoir étudié le thème astral de cette découverte, Raphaël conclut que le nouvel astre était mauvais, à proprement parler maléfique (un adjectif non encore tabou à l'époque), ceci à cause de son opposition à Saturne (il ne mentionne même pas son égale opposition à Mars!)

On comprend bien son sentiment, puisque lors de sa découverte à 24°27 des Gémeaux (signe de Mercure auquel il est associé, Mercure représentant l’intellect, l’ordre et l’expression et Uranus l’intelligence et l’intuition) Uranus adresse les aspects suivants:
- Un carré (moins d’un degré d’orbe) au Soleil en Poissons qui traduit la révolte contre les autorités et les puissants et qui sous-entend les concepts d’indépendance et de révolution. - Une opposition à Mars en Sagittaire (1° d’orbe), un aspect qui rend le dieu de la guerre apte à s’enflammer, jusqu’au combat physique, pour des causes religieuses ou politiques. On associe les aspects négatifs Uranus/Mars au terrorisme. - Une opposition à Saturne en Sagittaire (5° d’orbe), signe dans lequel le maître des obstacles est rigide et cassant. Dans ce thème Mars et Saturne sont conjoints à 4 degrés d'orbe, tous deux au carré du Soleil, une configuration dure et violente, frustrante, qui embourbe la quête effrénée de liberté représentée par le carré Uranus/Soleil. On pense à la répression, aux nombreuses violences perpétrées contre les peuples colonisés, les révolutionnaires ou les travailleurs, en quête de meilleurs conditions de vie. - Un parallèle de déclinaison à Pluton et à Mars (équivalent dans ses effets à une triple conjonction) indiquant des luttes (Mars) incessantes pour le pouvoir (Pluton) souvent lié à l’exploitation des ressources naturelles (Pluton), la manipulation des masses par les idéologies (Uranus), la révolution industrielle, la conquête de la matière (Pluton). Pluton, Mars et Uranus, tous trois dignifiés en Scorpion (l’Ascendant du thème), signe de mort, de peurs, de sexualité et de renaissance, sont également reliés à Saturne par les aspects que Mars et Uranus lui adressent, ce qui renforce l’impression de douleurs, d’obsessions, de difficultés puissantes, de capacité d’action bloquée, de frustrations qui se terminent en violentes éruptions (guerres). Le fait que Mars et Saturne soient en II et Uranus en VIII, l’axe financier du Zodiaque, indique l’explosion du commerce mondial et ses funestes conséquences sociales (paupérisation de la population, exploitations accrues des terres et des peuples les moins puissants, esclavage….). Enfin l’autodestruction, cette actualité brûlante de notre époque, est clairement indiquée par le parallèle et le demi-carré de Mars à Pluton, renforcée par la dureté de Saturne (affligé par Mars et Uranus) et par l’autoritarisme uranien. - Un demi-carré à Rahu angulaire, proche de la cuspide de la VII (l’union mais aussi l’ennemi) qui indique des événements cruels (les guerres napoléoniennes qui mirent l'Europe à feu et à sang ainsi que la terreur de la guillotine pendant la révolution française: Étrangement Rahu, symbole de décapitation, est la tête tranchée d’un démon par Vishnou ! - Un quinconce à Jupiter : promesses d’enrichissement global (Jupiter maître de la II), facettes positives de la modernité, ouvertures et révolutions des esprits (Uranus en VIII), éducation (Jupiter maître de la V), libération progressive des obscurantismes. - Une conjonction à la Part de Fortune, qui souligne l’importance de cet astre et qui est, peut-être, le signe que malgré une naissance dans la douleur, celui-ci finira par jouer son rôle véritable qui est celui d’éveilleur de la conscience.
Ajoutons que la Lune est en maison I en Scorpion (tourmentée, magnétique, intense, souvent obscure), proche de Kétu (la queue du Serpent) lui-même au lever (annonçant l'autoritarisme, les naissances laborieuses mais aussi des connaissances innées). Uranus est maître du Verseau qui contient le Fond du Ciel, indiquant les transformations profondes qu’il représente tant dans les esprits que dans les orientations de la société humaine tout entière.

On réalise effectivement Uranus n’est pas né dans la joie et l'harmonie, une vérité amplement démontrée ces deux derniers siècles. Tant pis puisque son apparition marque le vrai début de l'ère moderne avec ses progrès éclatants dans tous les domaines (technologie, médecine, affranchissement marqué des obscurantismes) et ses facettes les plus obscures (idéologies politiques autoritaires et fascisantes, paupérisation de la société, destruction systématique de l'environnement, guerres inimaginablement destructrices......) Alors Uranus, bénéfique ou maléfique? favorable? défavorable?

La plupart des astrologues contemporains répondront sans doute que cela dépend de la façon dont l'astre est compris et utilisé ce qui est vrai au niveau psychologique, même si rien n'est jamais facile avec lui : Uranus puissant rend le caractère métallique et cassant, magnétique et brillant, subtil et parfois génial. Il entraîne le natif dans des remises en question sans fin, des bouleversements soudains, inattendus, des « coups du sort » inexpliqués, comme s'il fallait toujours aller de l'avant et que le repos, la paix n'étaient guère autorisés. Qu'ils le veuillent ou non les natifs touchés (souvent Uranus en contact intime avec un luminaire ou encore l'AS, voire le Fond du Ciel), sont des gens uniques (plus uniques que les autres), indépendants à outrance, originaux au point d'être anti-coopératifs! ils sont intelligents certes, mais au point de penser tout savoir sans l'avoir appris et de refuser de patiemment apprendre les fondamentaux ce qui leur joue de bien vilains tours (Uranus au Milieu du Ciel a le don de bouleverser la destinée et au Descendant de rendre instable, voire explosive les tentatives d'association, mariage y compris).

Qu'en est-il d'un point de vue mondial, de son impact sur la civilisation? Les qualités et les défauts de l'astre apparaissent-ils dans le thème de naissance de la planète? A l'époque de sa découverte, qui correspond aux premiers développements visibles de l'ère du Verseau (bien que celle des Poissons ne soit toujours pas terminée) on remarque de vrais changements:

- Violences et conflits deviennent non seulement économiques (comme toujours) mais de plus en plus idéologiques (Uranus opposé à Mars c'est-à-dire l'imposition des idées par la force ou la terreur)
- La révolution industrielle explose : Uranus et Pluton sont en parallèle de déclinaison (ni Neptune ni Pluton n'avaient été découverts, mais Uranus (octave mercurien) ouvre la voie aux autres trans-saturniennes). Pluton, les énergies « noires » du charbon et du pétrole, est l'énergie inhérente à la matière. Hiroshima et Nagasaki interviendront moins de 15 ans après sa découverte)
- Les sociétés connaissent une vraie révolution des moeurs : grâce à une intellectualisation progressive des populations, Uranus opposé à Saturne, le temps, secoue les anciennes traditions et croyances. On remarque en contre partie la perte d'une certaine innocence (sans tomber dans le mythe du bon sauvage), causée par l’urbanisation, l’alcoolisme qui se répand mondialement….
- Se fait jour un sens plus aigu, plus structuré de la révolte (Uranus au carré du Soleil, le symbole des autorités), qui n'est pas la révolution mais un changement de paradigme et de légitimité de ceux qui détiennent le pouvoir (Uranus au carré du Soleil annonce les dictateurs issus du peuple et de la bourgeoisie, qui appuieront leurs ambitions et assoiront leur pouvoir sur la force des idées (Mao, Staline, voire Napoléon qui se servit de la révolution française)
- C’est le début des révolutions sans cesse avortées et récupérées par le système (Uranus opposé à Saturne, symbole de la sécurité qui s'oppose à l'aventure), que ce soit en France, en Russie, en Chine, à Cuba....

Neptune en Balance, qui représente le peuple (et le plus souvent sa souffrance) n'est pas relié à Uranus dans ce thème : il est cependant au somment d'un Yod qu'il dessine avec Vénus en Poissons et Rahu en Taureau. Ce Yod couvre les 3 signes vénusiens (Taureau, Balance et Poissons). Vénus exalté dans les Poissons (qui appartiennent à Neptune), indique peut-être les innombrables révolutionnaires (Uranus) exaltés, les coeurs purs, qui versèrent leur sang pour ce qu'ils croyaient être un meilleur avenir, de ceux qui ne comprennent jamais que la sincérité n'est pas la vérité ou encore que les révolutions, à moins d’être intérieures, mènent immanquablement aux mêmes erreurs. Rahu d’ailleurs (la tête tranchée d’un démon), comme je l’indiquais, pouvait annoncer la Terreur. Il est situé au Descendant (l'ennemi), opposé à la Lune en Scorpion qui se fait très obscure lorsque le besoin se fait sentir : depuis toutes les révolutions qui suivirent furent récupérées par des maîtres du cynisme tels que Staline ou Mao à qui on doit encore plus de victimes qu'à Hitler (celui-ci, ne l'oublions pas, ayant Uranus au lever dans son thème.)

Difficile donc pour le peuple (Neptune), captif des ambitions des plus puissants (Uranus/Pluton/Mars en parallèles), prisonnier de ceux qui savent faire parler la force (Uranus/Mars), ou de ceux qui sont toujours en quête de sécurité (Uranus/Saturne). Emporté par le tourbillon des évènements (Neptune au quinconce de Rahu) et des bouleversements (Rahu au demi-carré d’Uranus), trahi dans ses alliances (Rahu en VII) et ses aspirations (Neptune en XI), malgré ses sursauts d'amour (Yod reliant les trois signes vénusiens), d'exaltation et de sincérité (Neptune quinconce à Vénus) le peuple ne peut que souffrir.

Heureusement il n'y a pas que de mauvais aspects :
Jupiter adresse un trigone au Soleil en Poissons, signe dont il est le maître traditionnel. Il s’agit d’un Jupiter en I (le moi et son développement) et d’un Soleil en V (la créativité, l'éducation) : il est vrai que l'ensemble de l'humanité s'est mise à la lecture, à l'écriture et au calcul, que pour la première fois illettrés et analphabètes sont en minorité. D'un autre coté ce progrès correspond également aux formes d'asservissement modernes, les serfs ne sont plus dans les champs mais dans les bureaux. Mercure, maître des Gémeaux où se trouve Uranus est opposé à Neptune et au quinconce de la Lune en Scorpion. Il nous parle de tromperies, de mensonges, d'illusions. Les progrès visibles, parfois ambigus (destruction de l’environnements, échanges de situations difficiles pour d’autres qui ne le sont guère moins) sont lents et difficiles mais constants. Au trigone de Pluton et au quinconce de Vénus (progrès sociaux dictés par la compassion), Neptune permet aux masses de bénéficier lentement, après les autres, des améliorations sociales et médicales. Le XIXe, qui voit la découverte de Neptune (compassion, romantisme, sentimentalité) est parsemé de révolutions manquées et l'exploitation du peuple par les classes dirigeantes fut pire que jamais. Mais les idées font leur chemin et le processus, en ce début de XXIe siècle n'est pas terminé.

Jupiter, l’expansion de la conscience, maître des voyages et des pays lointains, relie également Uranus par un quinconce, cet aspect qui allie un carré (difficile) et un sextile (harmonieux). Souvent le carré se manifeste avant le sextile, mais avec le temps, avec l'apprentissage, on finit par obtenir des effets plutôt favorables. Ici Jupiter en Scorpion, le signe de la vie, de la mort, de la sexualité, s'allie à Uranus en Gémeaux, qui parle de curiosité, d'investigation, de découvertes, peut-être tant la psychiatrie et la psychanalyse que le spiritisme et les expériences de morts imminentes. Cet aspect (Jupiter est le maître des voyages) est aussi symbolique d’une Terre qui devient, lentement, petit à petit, malgré les oppositions des nationalistes et autres esprits étroits, un seul pays (la Lune en Scorpion en I, maître de la maison IX, les grands voyages et les grandes découvertes, évoque puissamment cette orientation).

La part de fortune de son coté (ce lieu traditionnel en relation avec les 3 piliers du thème que sont le Soleil, la Lune et l'AS et qui selon les recherches de Robert Hand, pourrait être utilisée comme Ascendant) est conjointe à Uranus: est-ce le signe que le bon coté de cet astre finira par triompher? Uranus n’est-il pas avant tout l'intelligence, cette faculté qui n'est pas intellect surdéveloppé, ruse, manipulation ou astuce, mais plutôt l'art de nous comprendre nous-mêmes, de cesser d'être les victimes permanentes de nos désirs et de nos peurs, de nos ambitions et de nos frustrations ? Bien utilisé par chacun d'entre nous, par chaque individu, Uranus est la clef de notre avenir, capable de rétablir la paix et l'harmonie dans nos coeurs et de nous ouvrir les profondeurs de nos êtres. Incompris, prisonnier de nos défauts, au service de Pluton (pouvoir et manipulation), de Mars (violence et compétition), ou encore des cotés obscurs de Saturne (égoïsme, froideur, peurs, durcissements), il nous mène à notre perte.

Uranus reste en définitive le symbole le plus parfait de la liberté : pas la liberté de faire n'importe quoi mais l'art de vivre sans autorités, en comprenant que la peur, l'envie, la frustration, sont les plus puissantes de toutes les autorités.
Il est possible que ce thème de naissance soumis à de dures épreuves (Pluton/Mars/Saturne qui affligent Uranus et Kétu au lever) mais riche (Jupiter trigone au Soleil) et généreux (Neptune quinconce à Vénus en relation mutuelle de la Balance aux Poissons), qui nécessite d’évidence une transmutation de la pensée (La Lune en Scorpion ne peut se résoudre qu’ainsi), par l’intelligence (Uranus en Gémeaux, Mercure son maître au quinconce de la Lune) et l’inspiration (Mercure opposé à Neptune), symbolise notre tâche : Uranus nous libère des maîtres, des spécialistes, des gourous et nous fait comprendre, par la réflexion, l’investigation, la recherche intérieure, que la liberté (ou encore la sagesse, la paix, la sérénité) doivent être gagnées par chacun d’entre nous, individuellement, en dehors de toute autorité.

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.