lundi, juillet 14, 2008

Ingrid Bétancourt

Ingrid Bétancourt, née le 25 décembre 1961 à 14H15, Bogota, Colombie.

C'est une maison IX très chargée que celle d'Ingrid Bétancourt, ce qui semble normal, c'est la maison de l'étranger, du lointain, des hautes études et des publications et enfin de la religion. Mars/Soleil/Mercure sont conjoints début Capricorne (Mercure est sur la cuspide de la IX) et Saturne se trouve à la fin du signe, toujours dans la même maison. Rien d'étonnant à ce qu'elle ait trouvé support et consolation dans la Bible alors qu'elle croupissait dans la jungle.
On remarque aussi que Mars est le maître de la XII, la maison des emprisonnements. Potentiellement le thème montre la possibilité d'un emprisonnement à l'étranger, mais cela peut être lu différemment : la XII est aussi représentative des monastères et des couvents. L'orientation mystique est ainsi très visible, ainsi qu'une attirance certaine pour la réclusion sous forme de retraite spirituelle. Ingrid Bétancourt appartient à ce type de prisonnier qui transforment la privation de liberté physique en épreuve envoyée par Dieu (Chaque jour, je suis en communication avec Dieu, Jésus et la Vierge (...). Ici, tout a deux visages, la joie vient puis la douleur. La joie est triste. L'amour apaise et ouvre de nouvelles blessures... c'est vivre et mourir à nouveau).

Tous les éléments d'une riche maison IX sont ici rassemblés :
- Le Soleil qui représente l'idéaliste. Le trigone à Uranus indique une orientation originale et révolutionnaire de son action.
- Mars conjoint au Soleil représente le courage mais aussi la témérité (elle se retrouve aux mains des FARC par imprudence alors que Mars transitait sa maison XII) et la capacité d'aller se battre en terre étrangère (après une bonne partie de sa jeunesse vécue dans le luxe parisien). Ce même Mars (représentatif de toutes les organisations militaires) est le responsable direct des années de prison (maître de la maison XII)
- Mercure en IX, symbolise l'écriture et les publications, ainsi que les hautes études (Sciences Politiques)
- Saturne quand à lui représente l'isolement, la solitude et la philosophie. Cet astre en IX, maître chez lui, indique une inclination naturelle à l'austérité.
Le thème est donc naturellement orienté vers la religion, bien que Mars conjoint à Vénus (maître de l'ascendant Taureau) rende la nature charnelle puissante. Il a fallu l'épreuve que l'on sait pour déclencher chez cette femme une orientation réellement saturnienne (repli sur soi, méditation forcée, évasion de la prison par l'intérieur). On comprend bien ainsi un christianisme devenu militant (Le Soleil en IX pousse à la religion ou vers tout ce qui est loin. Mars en IX maître de la XII indique comment la purification par l'épreuve physique, joue un rôle essentiel dans la croyance. Mercure donne le besoin d'enseigner et de partager ses expériences et des connaissances et tout cela est soutenu, sous-tendu par Saturne, celui qui a fait mûrir, par le temps et la solitude, de vagues inclinations en croyances ferventes).

Le descendant, le lieu de l'union et des associations joue un rôle extraordinairement important dans ce thème à cause de la présence de Neptune.
- Déjà le descendant est en Scorpion, dominé par Mars en IX (l'étranger) lui-même maître de la XII (les épreuves) : on ne peut que s'attendre à des problèmes douloureux de ce coté là. Cela concerne d'abord la vie amoureuse, puisque Mars est conjoint à Vénus et à Mercure, entre autre choix impulsif, guidé par la passion (Vénus au trigone d'Uranus ou les rencontres ardentes), du ou des compagnons, et des disputes surtout verbales.
- Le vrai problème est cependant Neptune, exactement conjoint au descendant. C'est un astre trouble, confus, doté d'une double nature qui le rend souvent ténébreux. Dans cette position il n'apporte guère le bonheur dans le cadre du couple, malgré un intense désir de fusion : les émotions sont violentes et le compagnon qui est mal perçu a lui-même une double nature qui le rend peu fiable

Chez une politicienne, si cette position de Neptune indique dans le meilleur des cas une résonance empathique envers le peuple (compassion pour ceux qui souffrent), il est surtout indicateur d'associations peu claires, voire même ténébreuses qui mènent à des mensonges, des dissimulations et des trahisons.
Neptune étant le maître de la XI, la maison des amis, la confusion s'étend à cette sphère. Ingrid Bétancourt compte des ennemis secrets chez ses amis et ses associés proches (Mars maître de la VII et de la XII plus Neptune maître de la XI conjoint au DS).
Sans doute faut-il rechercher ici les causes matérielles directes de cette longue réclusion.
Neptune est également au carré de Jupiter au Milieu du Ciel (cette belle planète excellemment placée à laquelle elle doit sa réussite et sa notoriété), un aspect qui indique des générosités envers des gens qui ne le méritent pas, ce qui est étrange pour un tel caractère, si marqué par Saturne et la IX qu'il en semble incorruptible. On doit blâmer la sentimentalité (qui n'empêche pas un véritable amour de l'autre), et l'aveuglement causé par Neptune au descendant qui enlumine chez les autres (associés, compagnons, amis) ce qu'ils ont de meilleur, mais rend aveugle à leurs facette ténébreuses.

Pour parfaire le tout, Jupiter est opposé à la Lune en Lion (belle, artistique et passionnée, amoureuse du plaisir), un aspect un peu difficile pour la santé, la digestion entre autres est touchée), à laquelle Neptune fait un carré.
On voit ici à nouveau que les émotions sont tourmentées et qu'elles poussent à de mauvais choix (Neptune/Lune), à de mauvaises associations (trop de confiance mal placée dans un univers de mensonges et de tromperies), en bref trop de candeur.
Jupiter maître de la maison VIII (mort et renaissance) connote comment Ingrid Bétancourt faillit mourir de maladie et vécut une sorte de renaissance spirituelle dans les jungles colombiennes, après que Neptune (mensonges et trahisons) s'en soit mêlé.
Neptune et Jupiter sont les deux maîtres de la maison des amis : certains d'entre eux connaissent sa candeur et son idéalisme et n'hésitent pas à la manipuler.
Dans ce thème le danger vient donc des associations proches et des amis ou supposés tels (elle est enlevée lors d'une conjonction Mercure/Neptune sur son Jupiter au Milieu du Ciel, magnifique figure de mensonge et de trahison).
Ingrid Bétancourt est une idéaliste qui croit facilement que les autres, du moins ceux avec lesquels elle travaille, avec lesquels elle cherche à changer le monde, sont comme elle. Sa confiance est souvent très mal placée.

La libération :
Elle n'était pas facile à prévoir et nombre d'astrologues s'y sont cassés les dents. Remarquons cependant ce faisceau de transits intéressants :
- Pluton (le pouvoir) est passé en Capricorne en début d'année et sa conjonction au Soleil correspond à sa libération, ce qui indique bien que des puissances secrètes y ont œuvré (difficile de croire entièrement au conte de fée officiel).
- Jupiter, l'astre qui favorise, également en Capricorne, y est bien sûr pour quelque chose, n'était-il pas le 2 juillet à 9° de son Mercure, la planète de la chance et accessoirement au parallèle du Soleil et de Vénus ?
- Peut-être doit-on y voir aussi la main de Mars (maître de la XII, la prison) à 0° de la Vierge, exactement sur Uranus de naissance (maître de la X, la réussite, le succès), qui indique un événement soudain en relation avec les deux maisons.
- Saturne et Mars d'ailleurs, conjoints début Vierge sont actuellement au trigone de la conjonction Soleil/Mars/Mercure.
- On se doit de constater que les figures correspondant à son kidnapping le 23/02/2002 (Mars en XII, Mercure/Neptune conjoints) ne sont pas si mauvaises (Jupiter/Lune conjoints au trigone de Vénus/Soleil en Poissons par exemple). Ingrid Bétancourt, purifiée au feu de la souffrance, y a gagné un brillant aura de célébrité et de popularité.

En guise de conclusion:

La vie et les aventures d'Ingrid Bétancourt posent un problème récurrent, qu'il serait temps de résoudre si nous voulons que notre planète commence enfin à guérir: est-il possible de changer le monde, voire même de le réformer un tant soit peu, par l'instrument politique?
Les dictateurs, les terroristes, les assoiffés de pouvoir, les militaires, les grands capitalistes et tous les méchants que nous avons pour habitude d'accuser, ne sont-ils pas d'abord et avant tout des personnages de nos théâtres intérieurs?
N'est-ce pas la conscience de l'humanité qui est à d'abord à changer? Est-il possible de connaître la paix, de stopper la pollution et l'exploitation des démunis tant que tous autant que nous sommes poursuivons nos ambitions, mus par le désir, la peur et l'avidité? Tant que nous ne comprenons pas comment nous fonctionnons?
La seule révolution, l'unique moyen de vraiment changer le monde, ne passe-t-il pas par la transformation de nos propres consciences?

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.