jeudi, juillet 31, 2008

McCain 2- Interprétation

John McCain né le 29 août 1936 à 9h00 am, Cocosolo Panama

On peut fonder l'essentiel de l'interprétation du thème de John McCain sur la maison XII, si 9H00 du matin est bien l'heure de naissance exacte (on peut toujours hélas douter, cf heure de naissance), où sont situés Mercure au tout début Balance, ainsi que la conjonction Neptune/Vénus en Vierge, ces deux derniers astres étant opposés à Saturne.

On notera de façon anecdotique, que le candidat à la présidence, célèbre pour ses croyances superstitieuses, est très attaché à des amulettes qui ne le quittent jamais semble-t-il, un comportement typique de Mercure en XII.

Mercure, maître de la Vierge et de la XII, la maison des épreuves, lui-même en XII, maîtrise également la maison IX, celle de l'étranger : d'entrée nous nous dirigeons vers des épreuves en relation avec l'étranger, mais aussi causées par l'orientation de la pensée, ses conditionnements, ses conceptions morales et religieuses. La maison XII, que les anglo-saxons appellent celle du self-undoing, symbolise avant tout le mal que l’on s’inflige à soi-même.
Mercure, qui a fort à voir avec la pensée, est au carré des noeuds lunaires situés dans l'axe III et IX, des maisons qui symbolisent la mentalité et les idéaux.
A cause de ce rapport à Mercure, Rahu et Kétu, les noeuds lunaires, sans parler obligatoirement de « karma », se manifestent ici physiquement par des événements types maison XII, c’est-à-dire des épreuves, surtout que respectivement en Capricorne et en Cancer, ils appartiennent à Saturne et à la Lune, deux astres créateurs de difficultés dans le thème :
- Saturne, l’astre des obstacles, opposé à Neptune et à Vénus (affectivité, sentimentalité, association amour/souffrance), est conjoint à la cuspide de la VI (problèmes en relation avec la santé, les contraintes du travail, le service).
- La Lune, qui représente le contenu de la pensée (la mémoire entre autres), soumise à Saturne puisque en Capricorne, une position ambitieuse, est opposée à Pluton, un aspect qui parle d’autodestruction, de manipulation, de descente aux enfers, de pulsionnel ténébreux. L’astre lunaire est aussi au parallèle de Mars, ce qui entraîne un esprit agressif, vindicatif et téméraire.

Les conditionnements (Mercure) et les émotions (Neptune/Vénus opposés à Saturne) jouent un rôle essentiel dans la destinée de John McCain, malgré un Mars si puissant (situé en Lion, au trigone de Jupiter en Sagittaire, au carré d'Uranus en Taureau, au parallèle de déclinaison de la Lune) que nombre d'astrologues voient surtout un guerrier en lui.

Vénus, maître de l'ascendant Balance, situé en XII, signifie que John McCain est son propre ennemi, quoiqu'il ne le sache pas lui-même, car la XII est la maison des ennemis secrets, au contraire de la VII qui représente les ennemis déclarés.
Ses choix, attitudes et comportements, sont très influencés par ses émotions, elles-mêmes dominées par Vénus et Neptune en XII, symboliques de douleurs secrètes et d’association amour/souffrance. Si la peur d’aimer est forte (car aimer mène à la douleur), paradoxalement la nécessité absolue d’être aimé (renforcée par l’ascendant Balance) est tout aussi puissante, ainsi que la peur de ne pas l’être.
On peut parier que McCain, adolescent et jeune adulte, a vécu de sérieux traumatismes, des déceptions et des frustrations en relation avec les femmes, qu’il a enfoui des peines profondes dans le secret de son être, mais que celles-ci jouèrent et jouent encore un rôle déterminant dans son existence.

Peut-être lui a-t-il fallu dissimuler une nature hypersensible (voire lui refuser le droit de s’exprimer), dans une famille de tradition militaire, où lui-même avait la réputation d'être un dur à cuire ? La conjonction Neptune/Vénus, émotive, empathique, désire séduire afin d'être aimé et de se libérer de l’angoisse de ne pas l'être. La Lune saturnienne, opposée à Pluton et attaquée par Mars, indique un manque de tendresse vécu pendant l’enfance, ainsi que certaines formes d’insécurités affectives, qui sont difficiles à supporter pour un être très marqué par l’empreinte Neptune/Vénus). Les manœuvres de séduction qui résultent de cette situation empruntent même le visage de Mars : il faut être un héros, prendre des risques, montrer qu'on en a pour être digne d’amour mais aussi pour exorciser la peur, qui malgré un courage indéniable, ne cesse d’imposer sa présence.

On sait que pour des raisons d'éthique militaire, alors qu’il était détenu depuis plusieurs mois par les nord-vietnamiens, John McCain refusa d'être libéré avant ses compagnons d'infortune, opportunité que ses geôliers lui offraient en vue de propagande, ayant appris qu'il appartenait à une famille prestigieuse. Ce refus lui valut d’être battu, torturé, et de subir cinq années de détention, dans de terribles conditions. Cette décision courageuse, qui accessoirement lui offrit un statut de héros, peut être interprétée, à la lumière du thème, comme une forme de martyre volontaire : Neptune, qui représente la souffrance, l'empathie et le sacrifice, la sentimentalité et la culpabilité, est conjoint à Vénus le maître de l’ascendant, ce qui indique le besoin d'être aimé et la peur de ne pas l'être. Cela se passe dans la maison XII, analogique au secret, au caché, à la purification par la douleur. La Lune plutonienne, qui condamne à une descente aux enfers (et dans ce cas présent ce n’est pas une expression métaphorique) est aussi impliquée.
La question qui se pose est de savoir si c'est bien pour les raisons officiellement connues, que John McCain a accepté de vivre ce martyre? Quelles furent ses motivations profondes, que lui-même ne reconnut sans doute pas ? Voulut-il « payer » pour l'accident qui impliqua son avion et coûta la vie à 132 de ses compatriotes (cf McCain 1) alors que lui s'en sortit admirablement ? ou encore, pourquoi pas, la partie la plus sensible de son être voulait-elle expier pour les bombardements meurtriers auxquels il participait activement ? Après l’éjection de son avion, les villageois qui le découvrirent les membres cassés le couvrirent d’insultes, crachèrent sur lui, démontrèrent brutalement leur haine à son égard, un fait choquant pour un ascendant Balance très marqué par Neptune. Ainsi marqué sentimentalement, le thème ne peut que donner naissance à une bonne dose de culpabilité, qui reste cependant enfouie dans les secrets de la maison XII qui sont triples : ce que l'on nous cache, ce que l'on cache aux autres et les plus ravageurs, ce que l'on se cache à soi-même. C’est ce genre de mécanisme qui pousse, inconsciemment, à se punir.

Ce fils et petit fils d'amiraux, de nature guerrière comme tous les hommes de sa famille, conserve au fond de lui, dissimulé derrière des attitudes de soldat, un coeur extrêmement sensible, qui ne cadre pas avec un métier qui consiste à larguer des bombes à tout va, faisant de cruels dégâts tant chez les civils que chez les militaires. Dans son opposition à Vénus/Neptune, Saturne en VI, qui représente les contraintes du travail, durcit le cœur de John McCain et fait taire les scrupules qui pourraient naître.
La partie masculine, marsienne du thème, cherche à étouffer la partie féminine, vénusienne. Elle y réussit d’une certaine façon, on se trouve face à un guerrier dans toute sa splendeur, mais celui-ci paie très cher (emprisonnement, santé) le refus de la moitié de son être.
C’est que la partie marsienne est puissante. L’homme est colérique (alliance Mars et Jupiter), belliqueux (Mars/Lune). Il déclare avoir adoré lâcher des bombes et mitrailler à tout va (Mars/Uranus), ou encore être prêt à rester 100 ans en Irak . Pourtant on sent toujours l'empathie neptunienne cachée, dissimulée derrière ce Mars éblouissant, le contrôlant d’une certaine façon, ce qui explique le désir d'être traité comme tout le monde (peut-être ici l’ancienne culpabilité d’être un patricien). Un exemple, plus positif de cette orientation chevaleresque Neptune/Mars est, à ce qu’on raconte, la défense qu'il apportait facilement dans sa jeunesse aux plus faibles.

L'ensemble de cette complexe maison XII (qui implique donc Rahu et Kétu, ainsi que Saturne et la Lune) le fragilise, d'où les blessures et accidents, les grandes épreuves physiques et morales et les maladies (cancer de la peau entre autres). Enfin les trahisons, qui appartiennent à la XII et à Neptune, ne sont pas de reste. Si McCain est d'abord son propre ennemi secret (maître de l’ascendant en XII), il doit aussi faire face à Neptune : en 2000, lors des primaires contre Bush, les électeurs du sud se voyaient demandé par téléphone s'ils voteraient pour un candidat qui avait eu une enfant métis avec une femme noire, quand la vérité est qu'il a adopté une petite fille du Bangladesh. Les marécages pluto-neptuniens sont cependant des deux cotés, on trahit et on est trahi, surtout avec un Pluton dans la X, qui ne recule devant rien pour réussir. A la même époque McCain s'était associé avec un certain Segretti (surnommé Dirty Tricks, c'est-à-dire Coups Tordus) un ancien employé de Richard Nixon.

Saturne
C’est Saturne qui nous explique ce qu’il aurait fallu faire : dans le cas de John McCain, certainement pas une carrière militaire. Sans doute n’a-t-il pas su échapper à l’atmosphère familiale, Uranus, l’astre qui pousse à la révolution et à l’indépendance, n’a pas fait son travail malgré un beau trigone au Soleil.
L’ambition (Lune en Capricorne opposée à Pluton) était trop puissante, ainsi que la nécessité de plaire, de séduire, et donc d’une certaine façon, malgré renâclements et nombreuses indisciplines, de faire ce qu’on attendait de lui. Force est de constater qu’à bientôt 72 ans, John McCain n’a pas encore appris sa leçon.
Saturne, sur la cuspide de la VI, nous indique que cet homme aurait du servir, au vrai sens du terme, non pas militairement pour aller massacrer de soi-disant ennemis à l’autre bout de la planète, mais utiliser sa force, sa puissance (ce magnifique Mars de feu, ce beau Jupiter en Sagittaire, ce trigone Soleil/Uranus), au service de la communauté. Seul le service (et donc l’obéissance à Saturne), aurait pu exorciser les facettes négatives de Neptune/Vénus en XII, et déclencher un véritable épanouissement intérieur, en empruntant la voie royale de cette maison, la purification des émotions. Ce thème, qui ne manque ni d’amour ni de compassion invitait au voyage intérieur. En ce cas les souffrances eussent été bien moindres, et les joies incroyablement plus profondes.

John McCain ferait-il un bon président ?
Au vu de son thème natal, on a l’impression que John McCain n’est peut-être pas le meilleur candidat au titre d’homme le plus puissant de la planète. Nous l’avons vu agressif, vindicatif et téméraire, des traits de caractère qui ne semblent pas s’être adoucis avec l’âge. La notion de «vieux sage», c’est-à-dire de l’individu apaisé par le temps et les expériences, comme il en existait dans les peuples du monde entier, semble avoir complètement disparue de la politique moderne, là où elle serait la plus utile (mais un sage se battrait-il pour se positionner au sommet de la pyramide sociale ?)
Mars n’est cependant pas le plus important : j'ai stressé le plus possible les significations de la maison XII, ainsi que celle de l’opposition de Neptune/Vénus à Saturne, pour montrer que c’est moins l’astre de la guerre qui est à craindre chez lui, que la faiblesse d’un homme qui ne se connaît pas suffisamment, dont les émotion enfouies, mal comprises, tourmentées par la peur et la sentimentalité, pourraient prendre le pas sur la raison.
Si employées au mieux, c’est-à-dire comprises et purifiées, Neptune et Vénus sont synonymes de beauté et de compassion, il n’est pas aisé d’en arriver là. Il faut d’abord passer par la purification des émotions, qui est le troisième niveau de la maison XII, après les grandes épreuves et la compréhension des mécanismes cachés qui influencent nos destinées, c’est-à-dire le pourquoi de ces épreuves.
Or, si un profond travail «spirituel» n’a pas été fait (et l’on peut douter que ce soit le cas chez cet homme favorable à la peine de mort, au port d’armes, au capitalisme libéral et à l’aide sociale minimaliste), la purification des émotions est mission impossible ! Dans ce cas, une maison XII très chargée reste surtout synonyme de peurs et d’angoisses enfouies, qui influencent le comportement et mènent au self-undoing, parce que l’on a été incapable de se comprendre.
La sentimentalité, dont nous avons beaucoup parlé, est très éloignée de l'amour car elle est un excès de sentiments égoïstes. Les sensations émotives, auxquelles on s’attache perversement, endurcissent l’âme et le cœur. Comprendre, épanouir la maison XII consiste à se débarrasser de la sentimentalité afin de trouver l’amour. Cette maison qui fait peur (parfois à juste titre car elle remplit les hôpitaux et les prisons), est aussi celle où les Hindous ont placé l’illumination ! c’est là où ultimement on se comprend soi-même, où tous les secrets sont levés, où l’on cesse d’être l’éternelle victime des peurs, des ambitions et des désirs.

Les thèmes où Vénus et Neptune sont à la fois puissants et ligotés comme c’est le cas ici, peuvent aboutir à des personnalités dures et cruelles, très éloignées de ce qu’elles auraient du produire. C’est là qu’ensuite, vu sous cette lumière, Mars au carré d'Uranus peut effectivement faire peur, car cet aspect a des relents de fanatisme : Uranus, la puissance des idées, n’hésite pas à se servir de Mars, la force, pour convaincre et imposer ce qu’il croit être juste.
A-t-il une chance ?
Nous aurons le temps de revenir sur ce point, même si ce genre de prédiction est une exercice périlleux : il ne s’agit pas uniquement de deux candidats face à face et que le meilleur gagne. L’ensemble d’une nation y participe, et s’agissant de l’unique superpuissance, l’ensemble du monde. Cela signifie qu’on ne peut se fonder uniquement sur les thèmes individuels.
On remarquera cependant, pour nourrir la réflexion, que les deux thèmes se rejoignent sur deux endroits sensibles.
- Le Vénus de John McCain est à 22° de la Vierge
- Le Mars d’Obama est aussi à 22° de la Vierge.
On parlerait de passion s’il s’agissait d’amants, mais avec le Saturne de McCain en opposition au Mars d’Obama, la relation entre les deux hommes est très dure (pour aller au bout de la comparaison, ce serait un couple voué aux déchirements, aux disputes et peut-être à la violence).

- La Lune de McCain est à 27° du Capricorne
- Le Saturne d’Obama est à 25° du Capricorne (conjoint à Jupiter à 0° du Verseau).
Voilà un Saturne qui peut faire mal à son ennemi !

Le 4 novembre 2008, jour des élections, Saturne sera au dix-neuvième degré de la Vierge et Jupiter à dix-sept du Capricorne….

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.