mardi, décembre 04, 2007

Nicolas Sarkozy

Né le 28/01/1955 à 22h00 Paris.

Évidemment, on ne devient pas président par hasard. C'était le sentiment commun, il le désire tellement entendait-on qu'il finira par l'avoir ce poste. Mais s'est-on demandé, et lui en premier, pourquoi un tel désir? D’accord c'est sans doute une question conne, pourquoi ne pas se demander pendant qu’on y est si l'ambition, l'opportunisme et la compétition aident le monde à s'en sortir, ou au contraire l'enfoncent un peu plus tous les jours dans les marécages où il est déjà à moitié enlisé.

Le centre, le noeud du thème astral de Nicolas Sarkozy, autour de quoi tourne tout le reste, est le carré de Mercure à Saturne. Tout part de là, et tout risque de mal tourner (pour lui et pour l'État dont il est le timonier) à cause de cet aspect, qu'il partage bizarrement avec son épouse, qui définit les êtres marqués par les mauvais choix, c'est-à-dire dont le jugement d'une façon ou d'une autre est faussé, et dont la capacité de discernement est troublée.
L'ensemble du thème est soumis à ce Mercure tronqué, maître de l'ascendant Vierge (l’ascendant nous livre l'attitude et le comportement), d'autant que le rôle de cet astre est de juger, au sens d'évaluer, les situations.
C’est un Mercure au multiples connexions, dont l’étude nous dépeint les diverses facettes du natif : outre le carré à Saturne (mauvaise orientation de la pensée, possibilité de méchanceté, voire de cruauté), nommons le sextile à Vénus (charme, finesse d’esprit), le trigone à Neptune (inspiration, habileté de l’orateur qui sait sentir les foules que Neptune symbolise), l’opposition à Pluton (ruse, cynisme, manipulation, goût du pouvoir), le quinconce à Jupiter/Uranus (intellect réformateur, cassant, intuitif et métallique, cultivé mais dont les connaissances manquent de fondations solides car parsemées de nombreuses lacunes) et enfin le demi-carré à Lune/Mars (agressivité et impulsivité pas toujours contrôlées, surtout au niveau des paroles et des déclarations, mental guerrier).
Ce Mercure extrêmement sollicité, explique la brillance du sujet, sa complexité, ses multiples masques et facettes, sa ruse et son astuce. Le Soleil en Verseau, idéaliste et entreprenant, créatif en maison V, est servi par l'habileté et le pragmatisme de l’ascendant Vierge, au sextile de la conjonction hyper-énergique Lune/Mars en Bélier. Comme Mercure, le maître de l'ascendant est aussi le maître de la maison X (l'ascension sociale), qui est en Gémeaux, Nicolas Sarkozy qui bénéficie de l'aide de puissants amis (Jupiter/Uranus en XI), réussit beaucoup par ses propres efforts.
Attention à ce sujet, cette lecture est double, car Mercure au carré de Saturne et opposé à Pluton indique une chute toujours possible, causée par de mauvais choix de sa part ou par le retrait de soutiens occultes.

Le carré de Neptune au Soleil, de la maison II (l'argent) à la maison V (la recherche du plaisir), indique des pertes, des gaspillages et des plaisirs coûteux, souvent en relation avec la maison VII que domine Neptune (l’épouse, la compagne, l’amante). Le Soleil maître de la XI, la maison des amis, indique que ceux-ci sont liés aux grandes puissances de l'argent et aux multinationales (Pluton le ténébreux, maître des pouvoirs cachés, est à la fin de la XI et la conjonction Jupiter/Uranus est proche de la cuspide de cette maison.)

La Lune quand à elle, qui représente le mental, le contenu de la pensée, est mal en point. Pour une part elle est en ordre de bataille, conjointe à Mars le dieu de la guerre, ce qui fait du natif un guerrier, en tous cas cérébralement parlant, agressif, parfois méchant (une des conséquences de Saturne/Mercure, de même que les tendances à la cruauté), toujours sur le qui vive, désireux de compenser et de super compenser les problèmes de l'enfance (la Lune est l'enfance, et la conjonction à Mars montre qu'il a été soumis à des attaques, des rebuffades, des vexations, des insécurités). De plus Mercure, toujours lui est au demi-carré de Mars. Comme cette conjonction Lune/Mars est en maison VII, les conséquences les plus négatives retombent sur la sphère des associés et du(des) couple(s). L'impulsivité et l'agressivité détruisent le rapport aux autres, trop plein de domination et de conflit. La maison VII symbolise également l'ennemi connu, celui qu'on a en face de soi. Ce sont bien sûr ses adversaires politiques, mais aussi des anciens associés et d'une façon ou d'une autre ses deux épouses. Il semble que la première, qui refusa longtemps le divorce, soit de caractère plutôt vindicatif et Cécilia (une femme Scorpion ascendant Lion, n'est pas en reste). On ne peut douter que dans la sphère associative, Nicolas Sarkozy ne soit quelqu'un de difficile, d’impatient, un agressif aux désirs exigeants (Mars/Lune).

L'ascendant Vierge, dominé par Mercure, décrit obligatoirement une double nature :
- L’une est plutôt gentille, sensuelle et idéaliste : Vénus, l’amour et la tendresse est en Sagittaire, le signe des voyages, conjoint au Fond du Ciel (le foyer, la famille). Nicolas Sarkozy a rêvé (en rêve-t-il encore?), sans doute marqué par l'exemple de son père, d'amours lointaines et exotiques, de ces femmes épicées qui épanouissent autant l'âme que le corps. Vénus est de plus au sextile de Mercure (appréciation de la finesse d'esprit), de Neptune (séduction, inspiration, besoin farouche d’être aimé et peur de ne pas l’être) et au quinconce de Jupiter/Uranus (signe de nombreuses aventures amoureuses).
- L’autre est marquée par Saturne, qui domine la seconde partie de la maison IV (la famille), et au carré de Pluton. Il y a ici peur, froideur, réalisme et cynisme. La personnalité a beau être courageuse (sextile Mars/Soleil), les peurs sont nombreuses et profondes, dues entre autres à l'abîme existant entre un pulsionnel exigeant (Pluton) et les restrictions obligatoires (Saturne), dues aux conditionnements de l’éducation et à sa carrière politique. Pluton très proche de la maison XII (les secrets enfouis) fait également craindre des révélations toujours possibles. La peur est aussi dans la mémoire (Lune), d’insécurités ou d’agressions (Mars) vécues pendant l’enfance (Lune).

A propos de la maison XII, Mercure qui en est maître est en V, dans la maison du plaisir et dans celle de l'enfance. Les ennemis secrets sont nombreux, à commencer par lui-même (Mercure maître à la fois de la I et de la XII, indique qu'il est son pire ennemi, qu'il risque à tout moment, par des paroles imprudentes, impulsives, des jugements hâtifs, des mauvais choix et décisions, de se couler lui-même). Les ennemis secrets existent aussi au sein de sa propre famille avec Saturne maître de la IV, de même que chez ses associés passés et présents.

Jupiter en Cancer est excellent. Conjoint à Uranus (l’astre de la révolution), tous les deux situés en fin de maison X, il souligne le coté politicien réformateur, en rupture comme il aime à l'exprimer, énergique et omniprésent, cassant s’il le faut, mais aussi victime d'une pléthore uranienne : le natif s'éblouit lui-même et se persuade d'avoir toujours raison. Jupiter est aussi au carré de Neptune, un aspect qui indique toujours de la générosité envers des gens qui ne la mérite pas ! Les amis riches (Jupiter exalté en Cancer) savent se montrer généreux et le trigone à Saturne inscrit ces amitiés dans la durée. Cependant non seulement Nicolas Sarkozy a besoin d’être aimé (Neptune au sextile de Vénus au Fond du Ciel), mais l’opposition de Mercure a Pluton indique qu’il est sous la coupe de puissances avec lesquelles on ne rigole pas. Si besoin est, des deux cotés, la nature vénéneuse de Neptune peut provoquer des trahisons. Les risques de scandales (toujours Jupiter /Neptune) ne sont pas négligeables dans ce thème, pas uniquement à cause de Cécilia. Neptune et Jupiter sont les maîtres de la maison VII, où se trouvent la Lune et Mars et soulignent ainsi la grosse faiblesse de Nicolas Sarkozy : les associés, de même que ses compagnes (épouses, amantes), peuvent être les responsables de sa chute, après l'avoir manipulé, voire trahi (selon la loi qui veut que celui qui manipule est manipulé). Mercure, maître de la X au trigone de Neptune, montre que le succès est du pour beaucoup à des partenaires puissants (Neptune représente les grandes compagnies, il est au sextile de Pluton situé entre XI et XII où il symbolise la puissance d’amis cachés), mais les scandales rôdent, d’autant que Mercure est opposé à Pluton. Décidément les ennemis secrets sont extrêmement influents et le prix de la réussite pourrait s’avérer difficile à payer.

Conclusions :

1- L'aspect Mercure/Saturne ne se soigne (ne s'intègre pour utiliser un terme plus à la mode) que dans la compréhension et l'acceptation totale des désirs secrets et des motivations profondes, puisque ce sont eux qui prennent les décisions et qui sont donc à la base des mauvais choix. Dans ces conditions Nicolas Sarkozy doit toujours se demander : qui décide ? la peur ou la passion ? la recherche de la sécurité ou l’amour ? Encore une fois, la question est posée : une destinée soumise à l'ambition et à la compétition, même si elle aboutit à la présidence de la république, est-elle une éclosion des promesses du thème, un épanouissement de ses meilleurs valeurs, ou au contraire n'est-elle que l'expression de peurs profondes qui hantent la personnalité, c’est à dire de ses aspects les plus négatifs ? Pour le dire autrement, la réussite sociale n'est peut-être pas tout. La sérénité, la paix du cœur, la floraison de l’être n'ont souvent pas grand chose à voir avec elle.

2- Remarque : lors des élections présidentielles, en observant ce thème, je me disais qu'un homme marqué par un aspect Saturne carré à Mercure ne devrait pas devenir président, dans le sens où cela n'est pas bon pour la nation, car les immenses possibilités de mauvais choix se répercuteront sur le pays tout entier. A moins bien entendu que le natif fasse le travail qu'un tel thème demande (voir 1 ci-dessus).

3- Remarque subsidiaire : Nicolas Sarkozy a été élu alors que Saturne (le temps, l’obstacle, les problèmes de toutes sortes) transitait fin Lion, en opposition à Neptune en Verseau (le flou, le chaos, le peuple), un aspect qui ne présage rien de bon pour ce dernier. Faut-il en conclure que la France s'est doté d'un nouveau président à une mauvaise époque, d’autant que c’est un pays Lion/Verseau ? Quelles en seront les conséquences ? Du travail en perspective pour les spécialistes d’astrologie mondiale.

4- la Lune sur Algenib, Jupiter sur Pollux, Uranus sur Procyon, Pluton sur Alphard et Vénus sur Rasalhague montrent que les étoiles fixes ne sont pas de reste dans ce thème, ce qui était prévisible, car elles indiquent toujours sinon une personnalité extraordinaire, un destin hors du commun.

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.