jeudi, mars 05, 2009

Mercure et Neptune

Ce jeudi 5 mars à 9H40 GMT, conjonction Mercure/Neptune, planètes doubles s'il en est, qui peut s’interpréter de deux façons diamétralement opposées.

Si Mercure représente la structure de l'intellect, et donc une bonne part de l'intelligence, ainsi que l'expression, le discernement et l'ordre (l'ordre naturel, logique, qui possède la beauté esthétique des mathématiques, pas l'ordre névrotique imposé par la pensée, les émotions mal gérées et les conditionnements provoqués par la peur), il est aussi le dieu des voleurs et sait se servir de la parole à son avantage. Rusés, astucieux, parfois hypocrites, les mercuriens sont des manipulateurs nés, et s’il le faut n'ont aucun scrupules à mentir, quitte à le faire avec art et distinction.

Neptune, quoique maître des Poissons, qui est au carré des Gémeaux et opposé à la Vierge, les deux signes mercuriens, est en ce sens tout à fait similaire.
Cet astre de sentiments et d'émotions, qui purifié peut symboliser l'amour (ce qui ne connaît ni faiblesses, ni frontières, ni limites, ce qu’il y a de plus élevé en nous), est aussi associé aux tromperies, aux trahisons et aux dissimulations. Neptune qui agit avec moins d'astuce que Mercure, joue plus sur le registre des émotions et de l’apitoiement, à moins qu’il n’avance complètement masqué, sachant parfaitement se présenter pour ce qu’il n’est pas. On le croit sur parole, on est pris au piège de son pouvoir empathique, de ses vibrations franches et ouverts, et lorsqu’on réalise à qui on a affaire, il est trop tard.
Le neptunien négatif est aussi voleur, car il est dans sa nature d'ignorer les frontières psychiques et affectives, mais aussi matérielles, qui délimitent son territoire.

Ainsi, il est naturel que la conjonction de ces deux astres soit doublement lisible : on pourra parler d'inspiration spirituelle et artistique, peut-être de génie en certains cas, l'esprit semblant capable d'exprimer précisément et subtilement les sensations les plus profondes. La parole, elle-même inspirée, verra son pouvoir décuplé, car Neptune provoque l'identification qui unit les peuples et les masses, qui en font des entités collectives. La poésie, les textes mystiques les plus parlants (comme certaines Upanishads par exemple) appartiennent à Mercure/Neptune, avec sans doute un fond uranien pour ce qui est l'intelligence pure qui les anime.

Mais voilà le danger, on a vu des discours chargés d'émotions enflammer des peuples et envoyer des générations entières aux abattoirs de la guerre. Si le pouvoir (Uranus, Pluton) est présent, lové dans des mots (Mercure) qui visent le coeur (Neptune), les populations se laissent facilement manipuler. Neptune est d'ailleurs associé à l'image : la télévision est sans doute la technologie de communication (Mercure) la plus neptunienne qui soit, puisque des millions de personnes, confrontées aux mêmes émissions et spectacles, sont appelées à vibrer chaque jour au même moment.
Mercure et Neptune s’associent aussi aux faussaires, aux faux et usages de faux, aux mystifications et tromperies (entrent dans cette catégorie les devins, « astrologues », gourous en tous genres et tous les spécialistes es religions, car leurs paroles (Mercure), sont emplies d’artifices, de rêves, de promesses d'immortalité et d'illusions (Neptune).

Comme Mercure représente aussi le choix, dans un thème de naissance cette conjonction aboutit souvent à de mauvaises orientations de la part du natif, qui laisse la pensée, le discernement (Mercure) être influencée par l'émotion et les sentiments mal gérés (Neptune).

Pour y voir clair justement:
- Utiliser le pouvoir d'observation de Mercure, lui qui est l’ordre et la clarté. Cela signifie être conscient, sans porter de jugements bien entendu, de la place des émotions négatives (peur, envie, colère....) dans nos réflexions et nos orientations.
- De cette façon s’ouvrir au pouvoir positif de Neptune, c’est-à-dire d’abord comprendre que la sentimentalité (les sensations égoïstes que procurent les émotions), n'est pas l’amour.

Puisque cela ne se fait pas en un jour (on a besoin de Saturne, la patience et la détermination), on se méfie (encore plus que d'habitude), au moins pour une semaine encore, de tous les discours, qu'ils proviennent des hommes politiques, des animateurs télé, ou des «maîtres es religion».
Plus important encore, dans sa vie privée, on cherche à être droit, à ne pas mentir, que ce soit à ses proches ou à ses voisins bien sûr, mais d'abord et avant tout à soi-même, afin que devenu transparent, l'intellect (Mercure) déchire le voile de l'illusion (Neptune) et que nous puissions obtenir la vision (Mercure) des mystères (Neptune) qui nous habitent.
Le travail n’est certes pas facile, d’autant que Mercure est actuellement très proche de Mars (voir Mercure, Mars et Jupiter en Verseau), ce qui rend agressif et agite parfois violemment la surface de nos esprits. Mais si s’observer soi-même, tel que l’on est, sans déformation d’aucune sorte était aisé, il y a longtemps que nous aurions résolu nos problèmes et notre planète serait en bien meilleur état.

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.