jeudi, juin 02, 2011

Du fatalisme astral à l'astrologie créative

Une pratique intensive de cet art merveilleux qu'est l'astrologie pose obligatoirement la question du fatalisme astral: même si adeptes du libre-arbitre, nous répétons avec l'ensemble des modernes la maxime attribuée à Saint Thomas d'Aquin Astra inclinant, non necessitant, les astres inclinent mais ne déterminent pas, même si nous sommes d’accord avec Tycho-Brahé quand il écrivait dans le langage de son temps que l’homme porte en lui quelque chose qui est au-dessus des astres ; il peut surmonter les mauvaises influences astrales, nous nous demandons pourquoi nous sommes si facilement le jouet des planètes?

Pourquoi, en d'autres termes, alors que nous sommes censés être libres, créatifs, indépendants, intelligents et réfléchis, nous exprimons nos thèmes astraux de façon si mécaniques et que bien souvent, trop souvent, nous tombons dans les pièges qu’ils nous tendent ? Cette question, à laquelle je ne prétends pas tenter de répondre ici, est essentielle à explorer, car elle crée toute la différence entre une astrologie fataliste et donc déterministe car enchaînée à une causalité inéluctable (telle position astrale entraîne tel effet, sans que nous n’y puissions rien) et une astrologie sagace, créative, intelligente, capable au contraire de nous aider à bâtir notre destinée.

Quoique, répétons-le, la plupart des astrologues modernes penchent heureusement pour une astrologie de libre arbitre, ils se trouvent de fait confrontés au fatalisme astral, même s’ils évitent soigneusement les prédictions : en effet, face à un Mars puissant et affligé, on conclura immédiatement à un tempérament violent. Si Saturne prédomine négativement à partir de la maison XII, on sait que la solitude, l’isolement et sans doute de graves épreuves guettent le natif. Ce sont ces lois de synchronicité qui permettent à l’astrologue de travailler. Il n’a même pas besoin, normalement, de rencontrer la personne qu’il étudie, tant elle est reflétée et souvent avec une précision effrayante, par la carte du ciel qui est la sienne.

Ensuite, à partir du moment où l’on connaît précisément les mécanismes d’une personnalité, ses rouages et ses engrenages décrits par les astres et leurs aspects, il est relativement simple de « deviner » comment réagira celle-ci confrontée à tel ou tel stimuli planétaire. Si l’on ne veut plus parler de prédictions mais de prévisions, le principe reste le même. Le problème est que cela marche trop bien, à chaque transit facile ou difficile ou presque, nous réagissons de façon prévisible : dans 95% des cas, les prévisions s’avèrent correctes, d’où la question du fatalisme astral !

Prenons l’affaire DSK par exemple: voilà un homme au sommet du monde (socialement parlant) qui pour simplifier à l’extrême, actualise une chute prévue, presque annoncée (Uranus en XII au carré de la Lune au Milieu du Ciel), au moment où elle devait se produire (transit d’Uranus sur la Lune). On sait bien que la chute n’était pas obligatoire, que nous ne sommes pas prisonniers d’un fatum tout puissant : s’il avait travaillé sur lui, appris à se connaître, tenté de comprendre et de soigner ses violentes pulsions d’homme de pouvoir, la chute ne se serait sans doute pas produite. Cependant les faits sont là, inscrite dans son thème, elle s’est produite!

Jamais avare d’événements fascinants à étudier, l’actualité nous offre en ce moment un bel exemple de ce phénomène avec Luc Ferry, cet ancien ministre qui avec des moitiés de révélations lance une nouvelle pierre dans la mare aux scandales actuels.

Il est toujours intéressant de poser la grille de lecture astrologique sur le fait et d’essayer d’y voir clair intuitivement, avant de regarder ce que les astres ont à dire de précis (lire à ce sujet Michael Jackson vie et mort selon les astres. Le « philosophe » Luc Ferry, par définition quelqu’un qui aime la sagesse, déclare à la télévision qu’un ancien ministre français se serait fait « poisser » il y a quelques années dans une vilaine affaire de pédophilie au Maroc. Cette histoire (vraie ou fausse, cela importe peu) sent de très loin un Mercure (la parole, le bavardage) peut-être touché par Mars (l’impulsivité) ou par Saturne (mauvaise orientation de la pensée). Neptune, toujours associé aux secrets, aux possibles mensonges et manipulations, est très probablement de la partie et possiblement associé à Jupiter, si cela doit déboucher sur un vrai scandale. Enfin, comme il s’agit de pédophilie, c’est-à-dire de sexualité pervertie, Pluton a sans doute son mot à dire.

Luc Ferry le 1/1/1951 à 9H25 Colombes (France)

Grâce au miracle d’Internet il me faut ensuite trente secondes pour trouver et afficher le thème astral de Luc Ferry. Trente autres secondes ensuite pour m’apercevoir que :
- Saturne à 10°35 de la Balance transite sur sa Lune natale (11°48) et au carré de son Soleil en Capricorne (10°06), ce qui indique que cette histoire ne peut que lui faire de l’ombre. Disons qu’il n’est pas au top de sa forme.
Mais surtout, Saturne transite actuellement au carré de son Mercure situé à 11° du Capricorne.
- Le Soleil et Mercure de naissance sont en XII, ce qui sied à un philosophe je suppose, puisque c’est dans cette maison que l’on étudie les mécanismes secrets de l’existence et de la destinée.
- Mais Pluton, actuellement très proche de ce Mercure et donc lui-même au carré de Saturne, guide la pensée vers les recoins les plus obscurs de la vie : sexualité pervertie donc, affaires gardées secrètes dans les alcôves du pouvoir (Pluton).
- Mercure est le maître de la parole et celle-ci, à cause du carré à Saturne se nourrit de motivations profondes incomprises, d’autant que la présence de Pluton indique un possible ressentiment personnel, voire un désir de vengeance que Luc Ferry n’a pas su analyser ni même percevoir à temps.

- Pour Neptune c’est très simple, il est de naissance au carré de son AS (tempérament empathique, la confusion naît de l’émotion), et au carré de son Vénus au lever (association amour/souffrance et peur de ne pas être aimé). Il joue ainsi un rôle majeur dans le thème. Or le voilà qui transite en ce moment même sur le Jupiter natal en Poissons, la combinaison la plus facilement associée aux scandales : même si Luc Ferry n’est pas l’objet du scandale, il y a toutes les chances pour que cette histoire en devienne un fameux. On remarque aussi que Jupiter est le maître de la cuspide de la maison XII : les secrets sortent de leur boîte.

La question est pourquoi exposer maintenant, qui plus est sur un plateau de télévision (Neptune) des faits de nature scandaleuse (Neptune) et sexuelle (Pluton et Vénus) ?
- Le Soleil et Mercure sont en XII, indiquant une nécessité d’exposer l’obscurité à la lumière. Voilà un secret qui lui pèse sans doute sur la conscience depuis longtemps, même si l’on peut parier simultanément sur d’autres mobiles moins nobles.
- Saturne domine une grande partie de la XII or celui-ci est conjoint à la Lune dans le thème de l’ancien ministre, ce qui peut indiquer une sensibilité particulière relative aux enfants (et cela à cause de sa propre enfance).
- Luc Ferry s’est sans nul doute fait piéger par son empathie négative (Neptune carré AS et Vénus), en relation à l’atmosphère de grand déballage qui prévaut depuis l’affaire DSK.

Le but de l’exercice n’est pas interpréter son thème, mais plutôt de réaliser que Astra inclinant, non necessitant ou pas, cet intellectuel philosophe, censément brillant et circonspect, a réagi de façon tout à fait conforme à ses configurations astrales de naissance actualisées par les transits du moment !! On remarque même que lors de sa sortie TV, la Lune était en Taureau, conjointe à Mars et au carré de son Mars natal ( !), ce qui explique son impulsivité : le secret, trop longtemps gardé, est sorti trop vite.

La question qui se pose, et sur laquelle chacun doit réfléchir, est comment faire pour échapper à une cette fatalité de comportement qui semble inscrite dans nos thèmes de naissance, quoi qu’on en dise?

Ainsi que l’exprime le physicien F.David Peat (Synchronicité/Le pont entre l’esprit et la matière édit. Le Mail p. 247) : « Tandis que la source de tout le réel est une créativité sans condition, il semble que la société des hommes et chaque être pris individuellement fonctionnent le plus souvent de façon mécaniste et qu’ils répondent à de nouvelles situations selon des positions relativement figées et non créatrices ».

Nous sommes pourtant, c’est certain, capables d’exprimer notre thème de multiples façons, ce qui permet de transformer, de transmuter les configurations négatives. C’est la seule façon de pratiquer l’astrologie : user des astres, des aspects, des configurations, pour nous connaître nous-mêmes et ainsi mener des vies aventureuses, audacieuses, le plus possible libérées des peurs et des comportements destructeurs. Cela signifie creuser, fouiller, explorer la matière céleste avec créativité et intelligence. De cette façon on réalise que l’on n’est pas prisonnier de son thème et qu’au contraire il est un instrument capable de nous libérer de nos conditionnements. La partie n’est pas gagnée, loin de là, mais que faire d’autre si nous sommes en quête de la liberté?

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.