lundi, septembre 29, 2008

La Terre

La science souvent flirte avec la métaphysique. Peut-être l'astrophysique et l'astronomie, plus que les autres disciplines, sont-elles les plus touchées, car elles jouent avec les grands mystères de l'univers, l'espace, le temps, les origines.
Selon les dernières théories, les exoplanètes (découvertes en dehors de notre système solaire), se compteraient par millions, ce qui ne signifie pas que la vie (et plus que la vie, l'intelligence) existe ailleurs que sur la terre, qui selon les chercheurs, serait une exception. Il semble qu'après avoir informatisé des modèles de systèmes solaires, avec l’ensemble des techniques et compétences de notre époque, on n'arrive pas à en construire un de viable. Très vite (c'est-à-dire après quelques millions d'années virtuelles) le modèle montre des comportements erratiques et se casse proprement la gueule.

Selon les scientifiques (mais ne le savions nous pas déjà?), nous avons de la chance, car nous sommes situés dans la zone habitable du système solaire, c'est-à-dire là où l'eau se permet de n'être ni solide ni gazeuse, mais proprement liquide. Cool! Bizarrement, cette zone se trouve à mi-distance entre Mars et Vénus, ce couple si important pour l'astrologie.

Mais de vivre dans une zone habitable n'est pas suffisant, car on n'est jamais à l'abri d'accidents avec tout ce qui se balade en plein ciel. Heureusement, Jupiter, « celle qui favorise », roi des dieux (ces dieux qui sont les étoiles dans le ciel, expliquait Aristote à Alexandre) joue le rôle de gardien, de protecteur, de bouclier! son énorme masse attire sur lui astéroïdes et comètes, qui vont s'écraser sur sa surface sans lui faire de mal, ce qui ne serait pas le cas pour notre fragile petite Terre (je suppose que les dinosaures seraient d'accord : alors quoi? Jupiter aurait laissé passer une énorme météorite il y a 65 millions d'années, afin de se débarrasser des dinosaures et de permettre aux mammifères de proliférer!? Et voilà, nous repartons vers les grandes interrogations, à savoir toute cette histoire a-t-elle un sens, un but, une téléologie ? Les dinosaures ont eu leur chance de toutes façons, puisqu’ils régnèrent sur les écosystèmes terrestres pendant 160 millions d’années, et qui sait les incroyables histoires qu’ils vécurent en ce temps là !)

Et la Lune? Je cite une toute petite portion d'un article très intéressant lisible ici:
En ce qui concerne le couple Terre/Lune, l'importance du rôle stabilisateur de notre satellite soulève une interrogation. Et si, parmi les conditions nécessaires à l'apparition de la vie sur une autre planète, il fallait ajouter un élément - un satellite massif - lui permettant d'assurer un climat assez stable ? Une telle hypothèse réduirait sensiblement les chances de trouver quelque part autour d'une autre étoile, une planète aussi accueillante que notre bonne vieille Terre.

Et, peut-on ajouter, qu'en est-il de cette incroyable coïncidence qui veut que vue de la terre, la Lune ait exactement le même diamètre que le Soleil, phénomène vérifiable lors des éclipses?

Pour en revenir à la zone habitable, celle-ci doit également se concevoir au niveau galactique : il y a des tas d'endroits de la voie lactée où étoiles géantes, gravitations invraisemblables et autres perturbations difficiles à concevoir pour nos êtres microbiens, balaieraient notre précieux système solaire comme un fétu de paille. Les astronomes, qui s’amusent avec du matériel extraordinaire, ont repéré une nova distante de 7 milliards d'années lumières, c'est-à-dire au cœur d’une galaxie très éloignée de la notre. L'explosion de cette étoile a du être gigantesque pour que nous puissions l’observer à une telle distance (7 milliards d'années plus tard, bien entendu !!) Il paraît que si une telle nova avait lieu chez nous, dans notre galaxie, notre ciel abriterait deux soleils pour un moment, et que si cela se passait à moins de 7000 années lumières (ce qui n’est quand même pas la porte à coté), toute vie disparaîtrait de la surface du globe.

Ces quelques remarques ne démontrent-elles pas qu’une certaine magie, qu’un vrai mystère a présidé à la formation de notre Terre et du système solaire, et contribué à sa survie ?

Nous sommes les enfants des découvertes scientifiques. Face à cet univers si vaste, si dangereux, si incompréhensible, la pensée se perd. N’est-il pas, en définitive, si on y réfléchit bien, bien plus effrayant qu'il ne le fut jamais, bien plus terrifiant que nos ancêtres les plus superstitieux pouvaient le concevoir ? Heureusement que nous sommes cousins des autruches.

Des autruches qui pensent trop : nous humains, nés sur cet astre vivant, cette déesse Terre unique, aimante, protectrice, entourée de ses gardiens, auréolée de magie et de mystère, chauffée, éclairée par un soleil généreux, que faisons nous d’autres, face à ces phénomènes incommensurables, que nous débattre en nous-mêmes jour après jour, submergés par nos souffrances, nos ambitions et nos plaisirs éphémères ? Sans compter que nous sommes bien partis pour détruire cette planète merveilleuse, peut-être qui sait, totalement unique en son genre au cœur de cet univers de milliard de milliards d’étoiles et de planètes.

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.