mercredi, janvier 26, 2011

Alerte Mercure/Saturne

Nous voilà en pleine alerte Mercure/Saturne : exact aujourd'hui 26 janvier, le carré entre les deux astres actif depuis déjà au moins 3 jours, se perpétue jusqu'au 30.
Passage rapide mais forcément important, puisque la raison est facilement confuse et troublée alors que fusent les méprises, les malentendus et les quiproquos.
Qu'on ne s'étonne pas de se retrouver dans des conflits relationnels inextricables où les explications, quoique semblant claires et logiques nous enfoncent encore plus dans l'incompréhension.
C’est que le verbe, la logique, la clarté, le discernement font face à l’obstacle de cerveaux contractés par la volonté, l’égoïsme et l’entêtement.

Mauvais temps pour les personnages publics qui ont intérêt à se taire plutôt qu'à faire des déclarations irréfléchies, mal orientées, mal formulées ou qui seront incomprises et se retourneront contre eux.

Au pire, chez ceux qui y sont prédisposés (beaucoup de personnalités politiques, hélas) et qui se laissent prendre au piège de raisonnements tronqués, les effets de ce carré poussent à la dureté d'esprit, au renfermement, à la méchanceté et à la cruauté.

L'essentiel cependant reste d'éviter toute erreur grave, de ne pas prendre de décision importante et comme toujours d'interroger les mobiles et les désirs secrets, les motivations profondes qui président à nos choix, nos paroles et nos actions. C’est souvent dans ces périodes que des orientations négatives pour nos destinées sont validées.

A un niveau plus concret les déplacements sont plus souvent qu'à leur tour marqués par des attentes, des ralentissements, afin que Saturne en profite pour nous imposer une de ses leçons favorites, la patience.

En fait c'est tout le domaine des communications (qu’il s’agisse du langage, de la radio, du télévisuel, d'internet, des moyens de transport, du téléphone ou de l’ordinateur) qui peut causer par différents moyens nombre de désagréments.

Dans cette configuration particulière Saturne est totalement aux commandes, exalté qu’il est dans le signe de la Balance et maître de Mercure en Capricorne.

Comme il est de toutes façons incontournable, la sagesse est de lui obéir, c'est-à-dire :

- Patience à tout propos
- Équanimité d'esprit (si possible)
- Suspendre les choix et décisions importants
- Éviter d’envenimer les situations potentiellement conflictuelles



CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.