dimanche, mai 20, 2012

L'éclipse du 20/21 mai et les Pléiades

Le 21 mai 2012 à 1h47AM Paris.

L’éclipse solaire de cette nuit fait couler beaucoup d’encre, sans compter les nombreuses vidéos qui circulent sur Internet. C’est qu’elle a tout pour plaire : n’est-elle pas le premier événement sérieux, à la fois astronomique et astrologique de l’année 2012, tant redoutée et depuis longtemps saturée des spéculations les plus hasardeuses, dont la moindre n’est pas la fin du monde ?

Cette Nouvelle Lune serait donc particulière parce qu’alignée sur les Pléiades et sur Alcyone, l’étoile la plus brillante de cette constellation qui serait selon certain le soleil central de notre univers, on lit même parfois « la demeure de Dieu ». Certains sites (comme celui-ci) assurent qu’elle fut prédites par les Mayas.

Soulignons d’abord qu’il ne s’agit pas d’un alignement avec le centre de la galaxie comme on le lit quelquefois, c’est-à-dire de la Voie Lactée.  Celui-ci se trouve actuellement à 26°52’ du Sagittaire. Alcyone de son coté est à 00° des Gémeaux. Pas vraiment un face à face donc.

Il semble que l’alignement du Soleil et de la Terre avec le centre Galactique ait lieu tous les ans vers la mi-décembre, mais avec peu d’exactitude (plusieurs degrés d’écart) ce qui reporté sur près de 30 000 années lumière a son importance! Voir ici pour les informations astronomiques.

Je ne doute pas personnellement de l’importance astrologique d’Alcyone ou des Pléiades, comme de celle d’Antarès, d’Algol, d’Aldébaran, de Sirius, de Regulus ou d’autres, dans certaines circonstances particulières et très souvent en relation avec les thèmes astraux de naissance comme je l’ai souvent remarqué. Maintenant savoir si Alcyone est effectivement le centre mystique de l’univers ( ?!) ou même si cette notion signifie réellement quelque chose est une autre histoire.

Je me contenterai de souligner qu’éclipse et nouvelle Lune sont au carré presque exact de Neptune, l’astre des mensonges, des illusions et des manipulations médiatiques.

Au cours de sa jeunesse Krishnamurti fut surnommé Alcyone par les Théosophes. C’était avant que n’explose son Uranus dans la neuvième maison (spiritualité, voyages et enseignements) et qu’il ne se débarrasse de toutes formes de croyances, de systèmes et d’idéologies. La raison en était la conjonction exacte d’Alcyone avec Mercure sur son Fond du Ciel, sans doute un des éléments qui poussa l’astrologue local à prédire à son père, un brahmane très démuni du sud de l’Inde, que son huitième enfant deviendrait un célèbre maître spirituel.

Étrangement Alcyone et les Pléiades, quoique auréolées de gloire et de mystères sont assez mal vues dans leurs significations. Depuis Ptolémée on leur attribue une valeur Lune/Mars et on parle à leur sujet de voyages et de vive intelligence mais aussi de cécité, d’ambition, de disgrâce, d’accident au visage et de mort violente. Il semble cependant que bien des « mauvaises influences » attribuées aux Pléiades soient dues à leur association (faites par Manilius) à l’homosexualité, souvent controversée à travers les âges. Leur association avec les luminaires n’est guère meilleure: maux de gorge rhumes, mauvaise vue, blessures au visage, maladie, meurtre, emprisonnement, naufrage, décapitation, infortune, goitre et j’en passe….. De nombreuses informations détaillées ici à ce sujet si vous lisez l’anglais.

Mais en fait là n’est pas la question. L’important n’est-il pas, particulièrement en cette fameuse année 2012, lorsque l’on nous explique que cette éclipse serait, pour des tas de raisons jamais démontrées et totalement infondées, avantageuse et bénéfique pour l’humanité, voire pour nombre d’individus éclairés, car « Les Éclipses du Nœud Sud peuvent nous aider à laisser partir les schémas, les attitudes et les archétypes dépassés » et autres déclarations de cet acabit (lire ici si cela vous intéresse) de comprendre instantanément qu’on nous raconte n’importe quoi ? que ce type de déclaration n’a pas plus de valeur, n’est pas plus intelligent, ni en réalité plus astrologique que l’horoscopie industrielle qui continue à faire les beaux jours des journaux et des magazines ?

Sans doute, nous le saurions, n’est-ce pas l’intelligence qui mène le monde, mais plutôt le besoin d’être rassuré, sécurisé et ainsi pour certains (bien trop nombreux) d’en venir à attendre le deus ex machina, la providence, l’intervention divine, tellement plus facile et moins fatigante qu’un vrai travail à effectuer sur soi-même. Pourquoi réfléchir, travailler, méditer, agir si une éclipse ou un « alignement » planétaire vont tout changer pour nous ?!

C’est non seulement nier les faits, la réalité qui nous entoure et qui n’encourage pas vraiment à l’optimisme délirant, mais c’est également entièrement méconnaître la véritable nature des éclipses dont j’ai déjà parlé ici:  Eclipse du 15 juin 2011 et conséquences . C’est méconnaitre la nature des Nœuds lunaires, tous les deux en général défavorables, de même que le sont toujours les éclipses : les luminaires ne plongent-ils pas dans de terribles obscurités en relation avec nos propres ténèbres intérieures ? Mais en vérité c’est surtout méconnaître notre profonde ignorance à ce sujet.

Rahu et Kétu sont indubitablement d’extraordinaires mines d’informations et de savoirs, remarquables par tous dès qu’on s’y intéresse un peu mais le plus souvent inexpliqués. Si l’on est principalement en quête de sécurité, que l’on se contente d’accepter comme l’expression de la vérité pure des affirmations fantaisistes qui reposent plus sur des exigences symboliques, de la psychologie simpliste et des interprétations tronquées d’écrits hindouistes ou autres on ne comprendra jamais les rouages les plus subtils de la mécanique astrologique.

Sans doute la réalité vécue, vraie, tangible, réelle et tactile est-elle très dure à supporter : meurtres cruels, tortures, dépravations de toutes sortes, destructions systématiques de la nature et de la beauté de la terre, sans compter la peur, les maladies, la vieillesse, la mort …. Mais si l’astrologie ne sert qu’à fuir cette réalité, nous n’arriverons jamais à rien. Au contraire, de plus en plus prisonniers des filets de l’illusion (Neptune négatif), nous nous mentons, nous adorons de faux dieux (obligatoirement faux puisque nés de nos insécurités et ainsi éloignés de nos intelligences) quand nous ne nous contentons pas d’adorer l’argent et le pouvoir. Et ainsi fermés à tout changement nous nous enfonçons un peu plus dans l’ignorance, l'anxiété et la souffrance. 

L’astrologie ne peut  qu’en souffrir car toutes ces prédictions, positives ou négatives, ces analyses sans fondements lui sont attribuées. Comment ensuite la prendre au sérieux, malgré les nombreux adeptes qui font très bien leur travail mais dont on ne parle jamais ?




CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.