vendredi, juin 02, 2017

Donald Trump dans les griffes de Rahu


« Pour user d’une terminologie mythologique, les nœuds sont des démons qui introduisent un élément chaotique dans l’ordre cosmique ». 


Le populisme consiste à flatter les bas-instincts de la population captives de la peur. Ainsi le « moi d’abord », affublé de toutes sortes de déguisements, devient le leitmotiv défendu par nombre de politiciens et l’intérêt personnel, le nationalisme, le racisme, l’égoïsme et l’indifférence deviennent les orientations mentales dominantes. Et en conséquence celles-ci, qu’on le réalise ou non, sont à l’origine des souffrances occasionnées par la destruction de l’environnement, les totalitarismes, les conflits armés accompagnés comme le veut leur nature de massacres, de viols et de tortures, sans compter les 140 milliards d’animaux tués chaque année pour notre consommation alimentaire. 

Astrologiquement l’ensemble des astres, qui constituent le squelette psychique de l’être humain, sont concernés lorsqu’ils expriment leurs significations les plus sombres : à titres d’exemple citons succinctement Pluton et le goût du pouvoir, Neptune et la propagande, Uranus et l’autoritarisme, Mars et la brutalité ou encore Saturne et la froide indifférence. Et même les corps célestes considérés comme plus propices ne sont pas innocents puisque Jupiter s’associe alors à la justice corrompue, Vénus à la quête égotiste du plaisir, Mercure au machiavélisme, la Lune à la prison des préoccupations mentales et des mémoires tourmentées et le Soleil à l’orgueil aveuglant de toutes et de tous, en tant qu’individu et en tant qu’espèce menacée par ses propres agissements.

Restent les noeuds lunaires, particulièrement liés à nos destinées, individuelles et collectives et à nombre de nos obscurités, par le biais des compulsions, des suspicions et des craintes aux origines oubliées (Ketu, le noeud sud) et de l’attachement, de l’anxiété, de colères empoisonnées et des insatisfactions (Rahu, le noeud nord). Quoique la nature la plus élevée de l’être humain, liée à la quête du « nectar d’immortalité » soit inscrite en eux, ils représentent la plupart du temps la matérialisation de nos tendances mentales les plus sombres, captives de nos peurs et de nos ignorances. 

Donald Trump, qui se débat contre des procédures qui menacent sa position, son élection ne l’oublions pas est un cadeau empoisonné de Rahu (1), subit de plein fouet le transit de celui-ci sur son ascendant et sur son Mars (2). 

Prisonnier qu’il est de ses promesses de campagne, de ses appuis occultes et de ses manoeuvres secrètes (Rahu), comment s’étonner de sa décision de révoquer les accords de Paris, se désolidarisant ainsi du reste de la planète dans le combat essentiel à mener contre le réchauffement climatique? Dans le cadre délimité d’une situation tendue, au natal et dans ses transits, Rahu agit semblablement à une éclipse mentale qui obscurcit la droiture et écarte les idéaux (le Soleil) et détruit la fonction fondamentale de la Lune (la protection) et c’est bien ce qui se passe ici. Le problème est que voilà l’humanité toute entière tombée, par l’intermédiaire du président du pays le plus puissant du monde, un peu plus encore sous la coupe de Rahu qui représente le besoin irrépressible de jouir de la matière, quel qu’en soit le prix (quitte à en perdre le droit de goûter au nectar d’immortalité.) Cette tendance mentale, vécue par des milliards d’êtres humains, ne peut-être combattue que par l’intelligence, afin que nos esprits endormis comprennent que les jouissances immédiates que nous poursuivons (à la façon des politiciens qui privilégient leurs intérêts carriéristes à la nécessité de sauver le monde et les générations futures), ne sont que l’expression de l’ignorance, de l’abrutissement mental ou encore de ce que certains nommèrent le mal.

L’on ne peut ainsi en vouloir uniquement à Donald Trump, symbole d’ignorance s’il en est, ni au peuple américain qui l’a « élu » (3), car il n’est jamais que l’écume de la vague collective : pourquoi, doit-on se demander si l’on comprend que l’humanité est une, l’homme le plus puissant du monde montre-t-il dans son thème des noeuds lunaires aussi puissants et accède-t-il au pouvoir alors que Rahu lui inflige un transit aussi destructeur qu’opacifiant ? Ce pourrait-être parce que l’éclipse mentale est collective, qu’elle déploie son ombre sur chaque individu depuis de nombreuses années, d’où la situation dans laquelle nous nous trouvons maintenant. L’on doit donc, si nous voulons aller mieux, non pas perdre notre temps à pester sur les « responsables » de nos malheurs mais observer en nous-mêmes le pourquoi de l’attachement, de l’anxiété et de la colère, le pourquoi de la crainte permanente de ne pas obtenir ce que l’on veut ou de perdre ce que l’on a, le pourquoi enfin de l’insatisfaction qui reste la manifestation la plus évidente de Rahu, si visible chez Donald Trump (4). En d’autre termes il est  réellement temps de réaliser que l’humanité est une, que nos consciences sont une et que c’est ainsi que nous changeront le monde. 

Certes, partout dans le monde et jusque dans son propre pays, la plupart des esprits éclairés refusent de baisser les bras, c’est-à-dire de laisser l’obscurité assombrir l’intelligence. Et sous-tendant l’information, l’étude, la réflexion et les changements indispensables de nos habitudes, il n’est d’autre choix que celui de la quête intérieure, à mettre en oeuvre dans le coeur de chacun, dans ce lieu secret où s’affrontent depuis la nuit des temps l’attachement au moi illusoire (Rahu) et la compréhension de sa futilité (Ketu).

Il semble d’ailleurs que les Trump et consorts oeuvrent en ce sens sans le vouloir : de même que lors des attentats terroristes on s’étonne toujours de la solidarité infinie des populations et des actes d’héroïsme de nombreux anonymes qui se dévouent sans rien demander en échange, on voit dès aujourd’hui combien cette révocation des accords de Paris insuffle une nouvelle énergie à la cause climatique, que seuls les plus irresponsables d’entre nous semblent ne pas vouloir défendre : les astres sont aussi du coté du « bien », car nous bénéficions du riche trigone Saturne/Uranus, qui insuffle des fondations de sagesse (Saturne) à la révolution (Uranus) et qui provoque l’éveil de la conscience (Uranus) chez des esprits captifs de la lourdeur des habitudes (Saturne).  Et ce bel aspect est étonnamment associé favorablement à Rahu (trigone à Saturne et à Uranus) et à Ketu (sextile à Saturne et à Uranus), semblant faire, malgré tout, évoluer les évènements dans le bon sens.

Au coeur de cette situation chaotique la symbolique astrologique éclaire notre chemin car, pour vraiment avancer, il faut en passer par les significations lumineuses cette fois, des astres : citons Pluton et la libération des traumatismes, Neptune et l’émulation collective, Uranus et l’éveil des consciences, Saturne et la sagesse de la réflexion profonde, Jupiter et l’expansion de la conscience, Mars et l’esprit chevaleresque, Vénus et la beauté intérieure, Mercure et la brillance créative de l’intellect, la Lune et la richesse si diversifiée de la pensée libérée des craintes liées au passé et le Soleil, le joyau enchâssé dans nos poitrines, à jamais symbole du coeur de l’être humain, c’est-à-dire de l’origine et de la finalité de la quête que sont nos vies.

Quant à Ketu, la queue du dragon, qui lorsqu’il est compris cesse de s’associer aux épreuves et aux compulsions, il symbolise en définitive le détachement du moi, offrant ainsi à l’esprit qui cesse d’être captif de lui-même, la capacité d’explorer les strates profondes de sa conscience, là ou reposent les mystérieuses richesses de sa nature, bien plus satisfaisantes que celles que nous offrent le matérialisme de notre civilisation actuelle, car « Rahu (l’attachement), un des responsables majeurs des préoccupations mentales (la Lune), se résout dans la poursuite du détachement (Ketu) afin d’atteindre l’idéal solaire, c’est-à-dire la réalisation de soi ». (5)  


(1) « S’il symbolise quelquefois la prospérité et une réussite sociale plus évidente encore que celle promise par Jupiter dans ses meilleurs moments, rien n’est jamais acquis car Rahu s’associe également, de façon souvent mystérieuse, à la perte, à la suppression et à la chute. Ses bienfaits peuvent être ôtés à tout moment. » L’astrologie et la mécanique de la pensée (Les noeuds lunaires/Rahu)

 (2) « (…) L’attachement, le goût du secret, l’obsession, la colère et une anxiété chronique , des mémoires liées à l’enfance et l’insatisfaction malgré les succès obtenus, influencent négativement le comportement »(…) . L’astrologie et la mécanique de la pensée (Les aspects à l’ascendant/Rahu au lever)
« (…) La volonté de succès est impérieuse et la fin justifie les moyens. (…) Des pensées secrètes, pulsionnelles et coléreuses empoisonnent l’organisme. Colère envers soi-même associée à des craintes, des frustrations et des insatisfactions. Des indiscrétions ou des divulgations de secrets provoquent des conflits et des inimitiés ». L’astrologie et la mécanique de la pensée (Les aspects des noeuds lunaires- Mars/Rahu)

(3) Trump a perdu le vote populaire de 3 millions de voix et ne doit sa victoire qu’au système des grands électeurs.

(4) Rahu au natal conjoint au Soleil et à Uranus, parallèle à la Lune, à Vénus et à Pluton : la soif des sensations de pouvoir (Pluton), d’autoritarisme (Uranus), de sensualité(Vénus), de domination (Soleil) et de croissance du moi (la Lune) est quasi impossible à étancher. 








CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.