mercredi, janvier 25, 2017

Donald Trump et l'obscurcissement



Donald Trump né le 14 06 1946 à 10h54 Jamaica NY, USA


L’élection de Donald Trump est symptomatique d’un obscurcissement de « l’esprit du temps » (1), c’est-à-dire du climat intellectuel et culturel de notre époque : peut-être est-ce lié à ce qu’il soit né quelques heures avant une pleine Lune éclipsée? Son thème expose une conjonction très serrée de l’axe des noeuds lunaires avec l’opposition de la Lune au Soleil. Les deux luminaires, en charge des orientations fondamentales et des idéaux (le Soleil), ainsi que des préoccupations mentales, de la mémoire et de la recherche de la sécurité (la Lune), sont assombris, contractés, tourmentés et attirés loin de la quête du héros solaire.

Pour désamorcer cette configuration, une orientation philosophique prononcée est indispensable, laquelle serait « a priori »envisageable, Jupiter indiquant de réelles opportunités d’expansion mentale. Mais quoique possible, ce scénario tend à l’improbable vue l’extrême incidence des noeuds lunaires, d’autant que ceux-ci sont également associés à Uranus (conjoint au Soleil), ainsi qu’à Pluton et Vénus (par le jeu des parallèles de déclinaison). 

Rappelons que
- « Les nœuds lunaires pourraient s’appeler les nœuds de la pensée car ils contractent, obscurcissent et obsèdent (….) 
- Indissociables du petit luminaire qui représente les strates successives de la pensée, les nœuds sont comparables à des éclipses mentales. Là où ils sont situés, le flux lumineux qui normalement irrigue, illumine et régénère est interrompu ». (2)

On répondra qu’ayant considérablement accru la fortune familiale amassée par son père et son grand-père et réussit à se faire élire président des Etats-Unis, il ne s’en tire pas si mal. Mais il existe un abîme entre la réussite sociale et la réalisation de soi, le même peut-être qui se creuse entre l’insatisfaction (Rahu) qui le ronge et la paix du coeur. Le problème reste que les complexités de ce thème natal, risquent d’affecter la planète toute entière.   


Mars au lever, la partie émergée de l’iceberg

Mars possède une visibilité flagrante, car positionné à l’ascendant il soumet le comportement à un caractère impulsif, colérique, querelleur, violent envers lui-même (l’AS) et envers les autres. Son demi-carré à Mercure (la communication), s’illustre par l’art de polémiquer agressivement, par les réactions à vif et par la tentation rarement maîtrisée de réfléchir avant de s’exprimer.

Ce comportement marsien, bruyant et autocrate, n’est jamais que le sommet de l’iceberg. Ce sont les éclipses mentales, les obscurités tourmentées et insatisfaites de la pensée, des pulsions et des émotions qui le font ainsi rugir.

Aspectant harmonieusement le Soleil et la Lune, Mars n’est pas sans lui offrir la vitalité, l’énergie et l’impétuosité, le sens de l’action et de l’entreprise, l’autorité servie par une inébranlable confiance en soi. Il pourrait même, bien orienté, manifester sa meilleure nature qui est le déploiement de l’esprit chevaleresque. Le sens du commandement et de la stratégie lui permettrait alors de combattre pour une cause juste, d’initier des projets altruistes et de les réaliser, ce qui irait dans le sens de son excellent Jupiter (la justice).

Mais parce que soumis aux obscurités du thème que nous allons explorer, ce Mars trop puissant indique visiblement que : « La témérité, la contraction mentale, l’impatience, l’impulsivité et la colère, le désir d’imposer sa volonté à la destinée et la sexualité exigeante affectent le comportement (…) ». (3)

Il reste que l’astre rouge offre, ou non, à Donald Trump la possibilité de conquérir (4) son libre arbitre, car Mars ne connaît la rédemption que dans le service, alors que captif de l’intérêt personnel il ne peut être que destructeur. 


L’imbroglio des noeuds lunaires

Les nombreuses implications de Rahu et de Ketu donnent la mesure d’une destinée autant marquée par les réussites sociales et matérielles hors norme, que par des secrets, des assombrissements et des tourments intérieurs. La compulsion (Ketu), l’anxiété, la colère et principalement l’insatisfaction (Rahu), sont très présentes chez cet homme né et élevé dans l’opulence, qui a réalisé nombre de ses fantasmes, mais qui reste étranger à la sérénité, à des années-lumière du calme de la pensée et de la joie véritable. 

C’est qu’il n’est pas simple d’avoir le Soleil, la Lune, Uranus, Vénus et Pluton (5) associés à Rahu et à Ketu, sans compter toutes les interactions mutuelles : ces astres voient leurs facettes sombres déborder de tous cotés, malgré sans doute de vrais désirs de lumière. 

Ainsi le Soleil, conjoint à Uranus et au trigone de Jupiter tend initialement vers la générosité, l’humanisme (Uranus) et la justice (Jupiter), mais Rahu indique que :  « La volonté de droiture et la noblesse solaire sont ternies par des secrets et des dissimulations (….) avec des conséquences négatives sur la réputation et l’estime de soi ». (6) 

On reconnaît ici le rôle du père (le Soleil) choisi comme modèle. Fred Trump, un promoteur sans scrupules inquiété pour diverses malversations et sans doute un ancien membre du Ku-Klux-Klan, fut associé au pouvoir et à la domination (Pluton), aux machinations (Rahu), aux secrets familiaux (Ketu), à l’autoritarisme (Uranus) et à la réussite (Jupiter). Egalement liée au père, le parallèle Soleil/Vénus souligne particulièrement le désir d’approbation qui constitue un mécanisme important de ses orientations.  

A moins d’un degré de Ketu, la Lune décrit une enfance particulière. Être fils de millionnaire n’est pas forcément un « bon karma ». Cet aspect évoque un stress mental intermittent, des mémoires cristallisées d’évènements et/ou d’atmosphères sombrement ressentis, ainsi que des préoccupations secrètes rendues intenses et obsessionnelles par le parallèle Lune/Pluton. Ainsi assombrie, malgré la droiture naturelle au Sagittaire, les relations avec les femmes sont négativement marquées. Les problèmes plongent directement leurs racines dans le milieu familial (Lune/Ketu en IV), avec de possibles influences héréditaires (Fond du Ciel en Scorpion). 

L’on s’interrogera à ce sujet sur l’influence de sa mère, une émigrée écossaise qui connut la pauvreté dans sa jeunesse et travailla plusieurs années comme domestique avant d’épouser Fred Trump. Peut-être était-elle en ce qui la concerne droite et honnête (Sagittaire), mais malgré tout soumise, par intérêt, à sa nouvelle famille « plutonienne ». Déjà tourmentée par les noeuds (relation à la mère insatisfaisante, épreuves traversées pendant l’enfance) et Pluton (caractère obsessionnel de la pensée), la Lune au quinconce de Saturne, évoque des insécurités vécues très jeune, des mémoires figées et des peurs profondément enracinées. La sécurité affective sera ainsi recherchée plus tard chez Vénus, expliquant l’addiction à la sensualité chez un homme qui par ailleurs ne fume ni ne boit (ce qui est typique de l’influence de Ketu). 


Pluton, le règne du secret

 Pluton au parallèle des noeuds indique que : « La soif d’expériences et de jouissances matérielles est favorisée, mais jamais étanchée et cause d’insatisfaction. On y voit des menaces de fréquentations nocives ou dangereuses, de goût du secret et de l’exercice de la domination, de compulsions vers la puissance, l’enrichissement, l’obscurité, la domination et l’intensité (…). La jalousie, la frustration, la crainte, l’autodestruction, la haine de soi tourmentent le moi ».(7)

Le thème d’un homme extrêmement riche et puissant nécessite en général l’intervention de Jupiter (les opportunités, l’expansion, les soutiens familiaux), ou de Rahu (les « cadeaux » de la destinée) ou encore de Pluton (les puissances financières, le pouvoir, l’obscurité). Donald Trump a les trois à sa disposition. 

Pluton agit dans l’ombre de la maison XII, le caché, l’ennemi secret, mais également le mal que l’on s’inflige à soi-même: au parallèle et au demi-carré du Soleil maître de l’AS Lion, il évoque l’autodestruction vécue comme un corruption de la lumière solaire déjà assombrie par les noeuds lunaires. 

Pluton maîtrise le Fond du ciel en Scorpion, évoquant ici une famille qui favorise le pouvoir et l’enrichissement sur la droiture. Cela n’est pas sans provoquer de graves conflits intérieurs à cause de Jupiter (la justice), maître de la Lune (la mère), en Sagittaire (le jugement), nourrissant à nouveau les rugissements de Mars. 


Uranus et ses tentations

L’uranien, chez Donald Trump se reconnaît à de multiples caractéristiques, entre autres la volonté de se démarquer des camps et des partis, de prendre plaisir à se dresser seul contre tous et d’aller, stratégiquement parlant, droit au but en usant de façon efficace des moyens de communications technologiques les plus modernes. Les significations de la conjonction Uranus/Rahu (8) résument assez bien les orientations contradictoires :  
« Volonté d’accomplir une mission, de vivre une destinée hors du commun (….) Goût de la domination, autoritarisme, radicalité et indépendance excessive. » 
Ainsi, « Des sommets sont brusquement côtoyés mais la chute peut s’avérer tout aussi soudaine », d’autant qu’un « mental iconoclaste, radical, électrique et brusque dans ses choix et ses orientations provoquent des épreuves et des difficultés relationnelles. »  (9) 

Uranus est l’astre de l’éveil. Une de ses fonctions est de se débarrasser des structures sclérosées afin de laisser la place à de nouvelles idées et de nouveaux moyens d’action. Sa puissance incontrôlée, ce qui est le cas ici, le rend dangereux, surtout quand Pluton le corrompt : les idéaux humanistes sont minés par l’intérêt personnel et le goût de la domination. Les principaux défauts de l’astre, qui sont la certitude d’avoir raison et l’autoritarisme prennent alors le pas, persuadant le moi d’être génial et investi d’une mission. 

Le problème provient pourtant d’un manque d’intelligence, car Uranus n’éveille vraiment que lorsque le moi comprend que les changements extérieurs se doivent d’être des aboutissements de profondes transformations intérieures. Si cette clarté ne se fait pas, l’uranien, de « révolutionnaire », se transforme invariablement en dictateur. Les institutions américaines empêcheront sans doute une telle évolution, mais les dégâts pourraient être importants, car le nouveau chef de l’Etat le plus puissant du monde est bien trop marqué à la fois par Mars (la brutalité du comportement) et par Uranus (l’autoritarisme et le fanatisme). On comprend l’admiration mêlée d’envie qu’il porte à Vladimir Poutine, dont la liberté d’action est bien plus vaste. 


Vénus, de l’importance du plaisir

Puisque la Lune est captive de Saturne et de Ketu, dans le sens où l’affectif est mal vécu pendant l’enfance, Vénus prend le relais, accordant une importance particulière à la poursuite du plaisir, recherché dans le luxe et la sensualité. 

Sa maîtrise du Milieu du Ciel (l’élévation) et la complexité de ses aspects indiquent comment les craintes et les dépendances affectives, la gourmandise, l’ambition, l’enrichissement, la quête de d’approbation et la recherche globale du plaisir sont inextricablement associés. 

Son parallèle à la Lune (le mental), imbibe la pensée de mémoires et d’anticipations liées aux sensations de plaisir. Cette pensée que nous avons vue obsessionnelle encourage le besoin accentué d’expériences (Vénus/Rahu). Elle alimente une quête affective (la sentimentalité, la nécessité de se sentir aimé), indissociable de l’avidité sensuelle et du luxe (parallèle aux noeuds et carré à Jupiter). 

Son lien à Uranus implique une détestation de la routine, une permissivité et un désir d’exaltation permanent libéré des contraintes morales, ce qui va à l’encontre de sa conjonction à Saturne qui favorise plus la sécurité affective dans le cadre du couple et de la famille. Cette contradiction entraine des situations sentimentales complexes et parfois dissimulées qui empoisonnent la destinée. 

Jupiter au carré de Vénus et de Saturne amplifie le désir d’amour et de jouissance et se heurte au besoin de structures (les mariages), provoqué par la poursuite de la sécurité que nous avons vue associée à la Lune ainsi qu’une crainte marquée de la souffrance affective (Vénus/Saturne). La vie sentimentale s’en retrouve soumise à des situations d’étouffement et de dépendance, alors que simultanément la poursuite compulsive du plaisir, une éventuelle addiction sexuelle et le désir compensatoire d’être aimé affectent la destinée. 

Le parallèle de Vénus à Rahu accroît la popularité et la prospérité, de même que la facilité à manipuler, le goût du luxe et de la vie facile, d’autant que Donald Trump n’a jamais manqué de moyens. Ce même aspect pourtant montre que malgré de nombreuses gratifications, l’attachement (Rahu) au plaisir (Vénus) s’accompagne d’une insatisfaction marquée : quoiqu’il fasse ou réalise, il ne peut-être satisfait, ce qui va de pair avec la puissance de Rahu. Dans ce même cadre on notera aussi des épreuves liées à la perte ou à l’absence de personnes aimées.

Outre la quête de l’approbation, le parallèle Vénus/Soleil évoque la volonté d’être quelqu’un de « bien », souhait qui se heurte à des pulsions et à des préoccupations secrètes (Lune/Pluton), à des mensonges et des dissimulations (Mercure au carré de Neptune) et à des comportements brutaux (Mars au lever), difficiles à maîtriser. 

En définitive le désir de plaire, de briller et d’être envié, ainsi que l’attachement aux plaisirs constituent des motivations centrales aux actes de Donald Trump, mais Saturne (le contrôleur) et Ketu (le conditionnement maternel peut-être) imposent des freins obligatoires contre lesquels Mars au lever se débat. Pour le bien il faudrait comprendre que la peur, présente dans les strates profondes de la conscience, se nourrit de la recherche permanente des gratifications.  


Mercure et Neptune

En charge de la communication, des choix et de l’argumentation, Mercure, maître du Soleil Gémeaux et de l’essentiel de la première maison en Vierge (le moi), ainsi que de la cuspide de la maison II (les possessions) et de la majeure partie de la X (l’élévation), joue un rôle majeur. 

Si son demi-carré à Mars au lever illustre l’impulsivité fréquente du langage, il souligne également le tranchant et l’art de la stratégie d’un mental qui ne cesse de planifier pour s’élever et s’enrichir. 

Son carré à Neptune, incidemment en maison II, évoque la faculté de manipuler par le biais des paroles, de jeter de la poudre aux yeux, de tromper autant ses adversaires, que ses associés (Neptune maîtrise la VII) et de convaincre les foules grâce à une inspiration verbale empathique. 

Si la dissimulation (telle sa feuille d’impôts) est un mode de vie nécessaire à sa carrière (la X) et à son enrichissement (la II), sans qu’il ne le réalise peut-être tout à fait, ce même aspect lui fait entretenir des illusions sur son propre compte en s’identifiant à des idées, des conditionnements et à des personnages archétypaux qu’il cherche à incarner.

Il n’est pas anodin d’ajouter, dans le cadre de cet aspect actif chez un homme de pouvoir dont les actions reposent en grande partie sur les motivations que nous avons examinées, des significations telles qu’une inattention aux détails et à l’environnement immédiat, des opinions et des choix dictés par les émotions, de l’indolence intellectuelle, une propension à user de médisances, d’artifices, de propagande et de manipulations diverses.

Le remède à cet aspect passe par la droiture, la clarté et la transparence, d’autant que Mercure est lié à la ruse et Neptune à la dissimulation : si la pensée est sinueuse, les actes ne peuvent être justes. C’est sans doute difficile pour un homme d’affaires doublé d’un politicien, mais ça n’est pas impossible s’il comprend que posséder un gratte-ciel à Manhattan, un Boeing 757, un Yacht et sans doute des milliers d’autres possessions coûteuses, n’empêche pas de mener une vie étriquée, puisqu’il n’a pas idée des vraies richesses que recèle une conscience éveillée. 


Et maintenant ? Les transits de Saturne et des noeuds lunaires

Qu'en est-il se demande-t-on d’un président qui débute son mandat avec Saturne transitant sa conjonction Lune/Ketu (jusqu'en novembre 2017), en opposition à sa conjonction Soleil/Uranus/Rahu? 

Ces configurations saturniennes ne présagent rien de bon, ni pour lui, ni pour Le monde. Saturne sur Ketu n’est favorable qu’à condition de s’orienter vers la simplicité, voir la spiritualité … . En cas contraire la destinée souffre d’adversité, de secrets révélés, d’étouffement dans une structure inadéquate au caractère, d’une difficulté à trouver sa place, d’un refus des responsabilités. A cause d’un certain retrait imposé par les circonstances, prisonnier d’une structure plus inamovible qu’il ne l’aurait pensé, puisque le voilà placé au coeur de l’attention publique, Donald Trump perd la liberté de n’en faire qu’à sa tête. 

Le seul moyen de s’en sortir est de développer une disposition au travail sérieux et à la réflexion profonde. En est-il capable? Saturne lui impose de brider ses instincts et de supporter une existence qui manque de fantaisie, alors que des tendances mentales anxiogènes minent ses émotions et son organisme. Le mieux qu’il ait à faire est de lui obéir. Quoiqu’il en soit, il n’est pas facile d’expérimenter une vraie joie de vivre dans ces conditions. 

Malgré les efforts produits, les risques d’échecs, de projets non-aboutis, d’objectifs pénibles à atteindre ou entravés par des circonstances adverses sont élevés. Le désir d’imposer sa vision du monde est présent et Saturne y apportera sa détermination,  mais le soleil maîtrise la maison XII, indiquant que des problèmes liés à des dissimulations, de puissants ennemis secrets, des craintes de révélations et des désillusions, pourraient le miner ou encore entraver sa capacité d’action. 

Il en est de même de l’opposition à Uranus, qui risque d’enliser les promesses de campagne, lesquelles se heurteront à des résistances lourdes, nombreuses, difficiles à contourner. Les deux astres maîtrisant le descendant (associations), on s’attend à des relations difficiles avec ses adversaires politiques bien sûr, mais également avec des politiciens de son propres camp : de ce coté là il pourrait même y avoir « trahison », Neptune dominant la majeure partie de la VII. 

Principal responsable de son élection, car transitant sur lui-même et aspectant harmonieusement les luminaires, les noeuds lunaires et Uranus, Jupiter lui est pourtant particulièrement propice toute l’année, infléchissant cette vision pessimiste. Il en est de même d’Uranus d’ailleurs, l’astre révolutionnaire en situation de soutien expliquant la soudaineté de cette  élévation. 

Sa vie personnelle par contre prétendra difficilement à de vraies satisfactions, la condition étant de changer intérieurement du tout au tout. Sinon, emprunte de frustrations en ce qu’elles n’offre pas les satisfactions escomptées, cette période saturnienne pourrait apporter lassitude et résignation, sans compter une chute qui reste envisageable. 

Rahu sur l’ascendant et sur Mars : le danger

À ce transit saturnien vient s’ajouter Rahu, le nœud lunaire Nord, qui transite l’AS, puis Mars pendant une période qui s’étend jusqu’en novembre 2017. 

La première « prophétie » d’un Rahu au lever est déjà réalisée : le moi prend une ampleur comme jamais (Rahu augmente, amplifie) et la destinée semble lui faire un magnifique cadeau. Mais attention les cadeaux de Rahu sont empoisonnés, à moins d’être spirituellement orientés, c’est-à-dire de vivre dans le détachement. 

Rahu ainsi placé montre comment une réussite soudaine a capacité à perturber la destinée, ce qui vient de se passer, mais simultanément l’attachement, le goût du secret, l’obsession, la colère, une anxiété chronique et l’insatisfaction, influencent négativement le comportement. 

Le danger de chute est ainsi renforcé, surtout dans la relation de Mars au comportement. L’intégrité physique est également menacée, tant par un attentat que par un surcroît d’agressivité,  d'impulsivité, de colère et de pensées obsessionnelles, sans compter la sexualité exigeante et insatisfaite de nature, alors que des indiscrétions et des divulgations de secrets le feront trembler. Rahu, lié de nature aux secrets, aux complots, à l’espionnage et à la poursuite des jouissances matérielles et sensuelles pourrait lui faire passer certaines limites.

Simultanément la philosophie de la fin qui justifie les moyens est encouragée ainsi qu’une agressivité dirigée contre les « étrangers », car Mars domine la maison IX qui leur appartient.

La question est de savoir si les aspects favorables d’Uranus et de Jupiter suffiront à désamorcer ces transits combinés de Saturne et des noeuds lunaires? Lui-même pourrait, s’il le voulait vraiment, sans doute arranger un peu les choses en transformant son Mars-guerrier au lever en serviteur, mais on a l’impression que ça n’est pas gagné. 

Pour finir 

Donald Trump incarne pleinement le monde contemporain : l’arrogance aveugle de l’être humain qui détruit la planète à son profit, la modernité des technologies de communication qui occultent les débats de fond, le matérialisme triomphant, l’appauvrissement des fondations philosophiques et spirituelles, le mépris et l’irrespect envers les femmes, le populisme, le durcissement mental, le retour des nationalismes …. A nous de comprendre que de tels êtres prennent le pouvoir parce qu’ils sont portés par la vague collective. « Je suis le monde, le monde c’est moi », signifie que nous appartenons à cette vague, qu’elle fait partie de nous et ainsi que l’anonyme le plus faible, le plus insignifiant a pouvoir de la transformer. 



(1) Le « Zeitgeist » des philosophes


(3) Ibid. (Mars à l’ascendant)

(4) « La réponse à la question du déterminisme est ambiguë. S’il n’est pas irrévocable, peu lui échappent! Pour le dire autrement la liberté s’acquiert, une appropriation rendue possible par la connaissance de soi. L’astrologie devient alors un instrument au service de la conquête du libre-arbitre, qui en ce sens est synonyme de sagesse ». L’astrologie et la mécanique de la pensée (L’astrologie et la pensée/A propos du déterminisme. 

(5) Uranus est conjoint à Rahu et parallèle aux deux noeuds lunaires. Vénus et Pluton leur sont parallèles.

(6) L’astrologie et la mécanique de la pensée (Les aspects des noeuds lunaires/Le Soleil)

(7) Ibid. (Les aspects des noeuds lunaires/Pluton)

(8) Barrack Obama possède également cette conjonction

(9) L'astrologie et la mécanique de la pensée (Les aspects des noeuds lunaires/Uranus)
















CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.