vendredi, avril 15, 2016

Mars rétrograde attaque


« Le fier et belliqueux Mars pourvoit les natures fortes de courage guerrier et les faibles d’un tempérament bilieux et querelleur ». C.G. Jung (Paracelse)

« La pensée marsienne s’oriente vers le service, l’aide et la protection autant que vers la compétition, la domination, la rivalité, le conflit et la rupture ». L’astrologie et la mécanique de la pensée 

De même que Saturne, Mars a perdu sensiblement son étiquette de maléfique, nos contemporains favorisant une finalité universelle orientée vers le Bien, interprétant les épreuves subies comme des opportunités de croissance psychologique et spirituelle. Sans désavouer cette grille de lecture, il faut pourtant admettre que la planète rouge est également, indéniablement, liée à la violence, à la brutalité, à la domination, à la guerre, au terrorisme et aux douleurs qui les accompagnent. Associé au noeuds lunaires Mars est capable de terribles dégâts, comme ce fut le cas en novembre 2015 à Paris, à NewYork  en 2001 ou en Norvège en juillet 2011 (1), entre de trop nombreux exemples. 

Pourtant sans les valeurs de Mars pas de survie possible, car il représente l’énergie, le courage, la bravoure, le sens de l’action et de l’entreprise. Correctement intégré il incarne le serviteur plutôt que le guerrier, le chevalier plutôt que le truand, l’amant plutôt que la brute.
Les défis qu’il pose nous amènent à comprendre que le libre-arbitre, dont on fait si grand cas, n’est pas donné. La pratique astrologique démontre que la majorité d’entre nous sommes les jouets de nos thèmes, agissant sous la contrainte de nos conditionnements, de nos peurs et de nos désirs, plutôt que par souci de droiture, de compassion et de justice. Nous ne sommes pas libres tant que nous sommes les jouets de nos configurations de naissance et Mars représente l’ardeur et la bravoure nécessaires à la conquête du libre-arbitre. 

LA RETROGRADATION : du 17 avril au 30 juin

Comme le veut l’astrologie, il y a différents niveaux de lectures à sa rétrogradation. Certaines difficultés sont obligatoires, ne nous y trompons pas, Mars appuyant plus longtemps que d’habitude là où ça fait mal, spécialement cette fois-ci dans ses rapports tendus avec Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton. Simultanément l’opportunité de se déployer dans l’action juste, fille de l’intelligence, se manifeste également. Ainsi certains seront confrontés à plus de violences, voire à des dangers d’accidents ou d’inflammations de toutes sortes, sans compter les poussées d’autodestruction, alors que d’autres s’orienteront vers le service, la conquête de soi et une véritable non-violence. Comme nous ne sommes que des cellules de la collectivité humaine, chaque individu, dans son relationnel personnel avec Mars, participe aux mouvements de guerre et de paix qui agitent notre planète.  

LES SIGNES

Mars rétrograde en Sagittaire jusqu’au 27 mai 

Mars en Sagittaire évoque l’explorateur, l’aventurier, le voyageur, vivant d’audace et d’action, mais parfois téméraire et se mettant en danger en cherchant à se dépasser. Le corps est ainsi parfois brutalisé par le désir et la volonté. L’archétype héroïque se manifeste souvent car le Sagittaire est lié à la justice, mais cela n’empêche pas le guerrier (Mars) d’être manipulable et manipulé et de faire preuve de violence en croyant défendre le bien, possiblement assimilé à une croyance ou une idéologie. Le désir sous toutes ses formes est exigeant troublant la double nature du signe de Jupiter et poussant l’individu à se juger négativement. Ainsi la bravoure, l’énergie et parfois l’héroïsme cohabitent avec une certaine rigidité mentale responsable de violences, parfois envers soi-même. 

Mars rétrograde en Scorpion du 27 mai au 30 juin (il quitte le Scorpion le 2 août pour le Sagittaire)

Il s’agit du Mars solaire, du guerrier bâti pour explorer les contrées obscures et instinctives du moi, là où les pensées, les émotions et les désirs ne connaissent ni lois ni morales. Le héros doit descendre aux enfers afin d’y affronter le dragon de la peur et de se purifier avant de remonter vers la lumière. Cependant, s’il s’agit de mourir et de renaître, c’est-à-dire de se transmuter, l’autodestruction menace. L’objectif est donc de se libérer des peurs primordiales liées à la mort, à la sexualité et au désir, sans se détruire au cours de ce processus. La lutte contre les autorités, le père, les traditions, Dieu même peut-être, est souveraine, mais l’on doit comprendre que le seul véritable ennemi est la peur. Peut-être alors le Serpent réussit-il sa mue et devenu Aigle s’envole vers les cieux. 

LES ASPECTS  

Les aspects parlent plus que les signes qui sont le terrain, la toile de fond. Mais les dialogues, les confrontations, les mésententes, les combats et les alliances entre les astres qui figurent l’agitation de nos consciences et se répercutent sur nos actions, tant collectivement qu’individuellement, sont décrits par la géométrie des aspects. Or Mars traverse des phases difficiles qui le confrontent à Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton. Il souligne ainsi des dangers de violences, de colères et de durcissements, sous fond de quête de justice et de compassion, mais aussi de manipulation et de propagande …. 

Mars conjoint à Saturne (depuis la fin mars) jusqu’au 14 mai 
(Mars est au parallèle de déclinaison de Saturne jusqu’au 9 juillet. Il se conjoint à nouveau à Saturne du 2 août au 12 septembre (en mouvement direct). L’analyse qui suit est ainsi également valable pour ces dates).

La capacité d’action (Mars) est souvent bloquée par des circonstances adverses (Saturne). Le temps, la durée sont pesants. On veut agir, se lancer, réaliser des projets, mais on est forcé à attendre, à patienter. On se sent parfois tel le prisonnier plein de sève (Mars), qui tourne en rond entre les murs de sa cellule (Saturne). Il ne sert à rien de se débattre, au contraire il faut savoir se poser, se calmer et se tourner vers l’intérieur. Le grand voyage associé au Sagittaire s’exprime alors en exploration de soi et l’on approche peut-être le noyau de l’être, là où les pensées, les craintes et les désirs prennent naissance.

Les solutions des rapports tendus entre ces deux astres sont liés à la renonciation et au service. Renoncer (sans se résigner), parce que l’intelligence nous dicte de ne pas nous battre contre les circonstances adverses qui nous empêchent de réaliser nos désirs. Savoir attendre et réaliser qu’ils ne sont pas si essentiels. Servir car c’est ainsi que Mars cesse d’être une brute et développe l’esprit chevaleresque. Alors, étrangement, les conditions s’assouplissent et les désirs se réalisent parfois. La peur cesse d’être alimentée et la sérénité perce dans l’accalmie de la pensée.

Si l’on n’y arrive pas, ou du moins si l’on n’essaie pas au moins de s’orienter un peu dans cette direction, ce qui est souvent la règle hélas, les mots-clefs sont alors brutalité, frustration et possiblement destruction. Les conflits imbibent chaque individu et se répercutent sur l’ensemble de la société. Il est essentiel de ne jamais perdre de vue cet aspect de la vie, car c’est ainsi que nous sommes responsables des violences qui tourmentent le monde. 

Mars carré à Jupiter (depuis la fin mars) jusqu’au 17 mai

Le mot-clef est colère, Jupiter amplifiant la révolte conflictuelle de Mars. Jupiter en Vierge, toujours lié à Rahu (lire Quand Jupiter chevauche le dragon) oriente vers la remise en ordre, sociale, collective et individuelle. La lutte contre l’injustice est à l’ordre du jour, mais l’illusion et la propagande (Neptune) jouent un grand rôle et manipulent les différents combats. Nous vivons d’ailleurs une époque difficile, car par le biais d’internet on croit avoir accès à toutes les informations, alors que celles-ci sont en grande partie manipulées par les puissances financières et les services spécialisés de différentes nations (qu’il s’agisse des USA, de la Russie, de la Chine ou des pays Européens…).

Mars au carré de Jupiter amplifie le besoin d’action, de luttes à mener souvent dans la témérité. Malgré les injonctions de Saturne (citées ci-dessus) il est difficile de patienter et de ne pas se battre corps et âme contre les circonstances adverses, pavant la voie pour encore plus de révolte et de frustration. Plus que jamais le guerrier (Mars) se mêle de religion et de philosophie et s’imagine être gardien de la vérité ou de la foi (Jupiter). 

(…) complémentaires, les notions d’action juste et de non-violence sont à cultiver. Directe, intuitive et spontanée, libre de la crainte, du désir et des mobiles secrets, l’action juste est étroitement liée à la non-violence qui implique en premier lieu de ne pas se battre contre soi-même, c’est-à-dire de ne pas se juger, de ne pas se comparer ou se conformer à un idéal, de s’observer tel que l’on est sans s’affronter ». (2) 

Pour ce qui est de l’action collective, il est important de ne pas tomber dans les pièges de Neptune (voir ci-dessous) et bien entendu de ne pas céder à la violence.

Mars carré à Neptune (depuis début avril) jusqu’au 13 mai

Le sens de l’action (Mars) est affaibli par l’émotion, la confusion, l’excès de sensibilité et l’empathie négative (Neptune) c’est-à-dire les influences collectives. La volonté d’héroïsme et de sacrifice (Neptune en Poissons) se heurte à l’exagération des dangers et à une éventuelle lâcheté, causant honte, culpabilité (Neptune) puis durcissement (Mars/Saturne) et témérité (Mars/Jupiter). La violence (Mars) envahit l’imaginaire par le biais de la littérature, des actualités, du cinéma et de la télévision (Neptune). Les révoltes et les combats (Mars) peuvent être soumis à  l’illusion, l’identification (à une idéologie quelconque) ou encore à la propagande (Neptune). Individuellement se méfier des risques d’accidents de toutes sortes, d’autant que Jupiter et Saturne amplifient et durcissent Mars. De même gare aux rassemblements violents. Cela n’empêche, des activités parfois spectaculaires et héroïques associent les qualités des deux astres, car la capacité à se dépasser est présente. 

Neptune est l’astre qui nous fait comprendre que « je suis le monde et que le monde c’est moi ». On le sait au carré de Saturne jusqu’à la fin de l’année, enflammant la souffrance de se sentir séparé. (Lire Saturne au carré de Neptune). Plus que jamais, alors que Mars s’en mêle, il s’agit de comprendre que c’est en se changeant soi-même que l’on changera le monde : 

« Comment comprendre et ressentir que le monde c’est moi et que je suis le monde ? Neptune représente la communion et Mars sépare par le conflit. La cohabitation des deux astres est difficile sauf si Mars entre au service de Neptune, définissant ainsi le héros. (…) Le héros ne se pose pas de questions, il est connecté au centre du monde et lorsque les circonstances le réclament, il agit. Son action est avant tout intérieure et rarement spectaculaire. L’héroïsme n’est pas recherché, il se révèle par le biais de l’action.  Quoique confronté à la peur, le moi n’a pas le choix, dès lors qu’il reconnaît la nécessité et l’urgence de ne pas être séparé, afin de ne plus craindre et de ne plus agresser. La confiance, qui est un état d’esprit profond, étranger au bavardage mental qui soumet à l’émotion, à la mémoire et à la « connaissance » du danger, est essentielle : l’action juste a lieu quand le mental calmé laisse la confiance éclore.  La confiance ne peut être contrainte, ni même invitée. Elle se manifeste lorsque l’on comprend comment la séparation et la résistance rendent l’environnement menaçant, comment le danger provient d’un mental effrayé, ce que l’histoire de l’humanité prouve amplement. La résolution de cette affliction au niveau personnel a des répercussions collectives immenses, car elle va dans le sens de l’apaisement de la violence collective. » (3)

Mars au quinconce d’Uranus du 7 juin au 26 juillet (rétrograde jusqu’au 30 juin puis en mouvement direct)

Le quinconce entre ces deux astres violents ne doit pas être sous-estimé : Uranus en Bélier (signe de Mars) au quinconce de Mars en Scorpion (son domicile et l’exaltation d’Uranus), les risques d’explosion, de radicalisation, d’éruption sont à prendre au sérieux, tant collectivement que personnellement. 

La pensée, les opinions, les croyances, les idéologies tendent à se radicaliser et à user de la force (Mars) pour s’imposer. Le fanatisme, l’extrémisme, la combativité, le désir de bousculer l’ordre établi, de se changer soi-même ou de changer le monde souvent trop impulsivement sont favorisés. Ainsi les risques de bouleversements des destinées individuelles et des révolutions sociales sont accrus. 

Les risques d’accidents sont multipliés par le goût de la vitesse et des sensations fortes, l’impatience, le désir du tout maintenant. On cherche également à s’explorer profondément et à se libérer de la peur, parfois par le biais de méthodes nouvelles, non-conventionnelles, possiblement téméraires et dangereuses, dans le but avoué de vivre intensément et d’expérimenter des changements conséquents. 

« Plutôt que de se révolter violemment mieux vaut faire la révolution au sein de la pensée, c’est-à-dire se libérer des autorités intérieures. Le dictateur à renverser ne réside pas dans les différentes hiérarchies sociales, mais dans la structure de l’esprit qui lui donne naissance: c’est le moi cristallisé au centre du paysage mental qui s’impose aux autres fragments de la pensée ». (4)

Les parallèles de déclinaison

Pendant toute sa rétrogradation (et au-delà) Mars adresse un parallèle de déclinaison à Saturne (jusqu’au 9 juillet) et à Pluton (jusqu’au 23 juillet), perturbant grandement l’atmosphère ambiante.

Ainsi liés les trois astres représentent une structure complexe, faite d’interdits et de transgressions, de blocages et d’autodestructions. Les pulsions se heurtent aux conditionnements, les désirs et l’avidité à l’éthique et à la morale. Profondément enracinées dans la mémoire collective, les craintes héréditaires liées à la sexualité et à la mort sont renforcées par ce combat entre le pulsionnel (Pluton) et les nécessaires obligations sociales (Saturne). Mars verse de l’huile sur le feu par le désir d’action et d’expérimentation alors que Saturne contrôle, délimite, réduit et interdit. Les fantasmes, les obsessions, la culpabilité, l’égoïsme, le sadisme et le masochisme sont renforcés. De possibles actions violentes, explosives, nées de toutes ces pressions sont possibles, spécialement lors du quinconce Mars/Uranus capable de mettre le feu aux poudres. Le retour de Mars sur Saturne, les deux astres adressant un carré aux noeuds lunaires (fin août et début septembre) sera sans doute également dangereux, mais nous en reparlerons. 

Le Soleil, la Lune, Mercure et Vénus

L’opposition au Soleil (active toute la seconde quinzaine de mai) associée aux luttes contre les autorités, les nombreux aspects lunaires figurant des moments d’hyper-activité mentale et physique, l’opposition de Vénus (du 20 au 30 mai), liée à l’incandescence des désirs et des passions, l’opposition de Mercure (du 3 au 14 juin), promettant des communications conflictuelles et des décisions impulsives délimitent des périodes où Mars se révèlera plus facilement au grand jour, au cours desquels on mesurera plus tangiblement ses significations. Une excellente pratique consiste à compulser les éphémérides chaque matin (cela ne prend que quelques minutes), afin de savoir ce qu’annonce la journée pour le monde et pour soi-même. ce n’est pas une démarche superstitieuse ou sécuritaire mais un moyen de relier notre quotidien au rythme du cosmos tout comprenant mieux nos fonctionnements.

POUR TERMINER 

Face aux tourments qui agitent la conscience et l’inconscient de la collectivité, il n’est guère d’autre réponse que de se pencher sur soi-même tout en observant avec vigilance et sagacité les dégâts réalisés par nos conditionnements, nos craintes et nos limitations sur l’ensemble de la planète. Le moi, le mental ne peut guère agir, car aveuglé par lui-même il ne sait que réagir dans un cadre donné. Il en est de même pour les gouvernements qui ne sont que l’extension de nos orientations et de nos limitations. La seule réponse possible à cette agitation dont Mars n’est qu’un élément, est spirituelle, au véritable sens du terme c’est-à-dire loin des croyances, des maîtres à penser et des religions organisées, mais associée à la quête de la vérité qui se déroule dans le coeur de chaque individu. 

Mars, trop souvent brutal et violent, se doit d’incarner le chevalier, à la fois guerrier intérieur, protecteur des faibles et serviteur de la collectivité. Le héros solaire, ce que nous sommes tous potentiellement, a capacité à changer le monde en se conquérant lui-même, c’est-à-dire en terme astrologique, en conquérant son thème et par cela même le libre-arbitre. Tous les transits dont nous avons parlé sont des opportunités de réaliser cet idéal.


(1) Massacre perpétré par Anders Behring Breivik


(3) Ibid.

(4) Ibid.

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.