samedi, novembre 28, 2015

Quand Jupiter chevauche le dragon


Il a beaucoup été question de Mars et du dragon des nœuds lunaires depuis fin octobre (lire Le Temps du dragon). Le fort fort climat de violence présagé par cette rencontre s’est malheureusement avéré exact, quasiment au jour prés (lire: Mars, le dragon et la barbarie).
Rahu et Ketu (les nœuds lunaires), sont d’évidence bien plus qu’une boussole indiquant notre « bagage karmique » et les orientations que nous sommes censés suivre au cours de cette existence, afin de croître spirituellement. Un examen attentif de leurs aspects, tout spécialement des conjonctions, dans les thèmes astraux de naissance suffit à nous en convaincre (1).

L’évidence est également présente en astrologie mondiale :  est-ce un hasard, si l’ultimatum qu’adressa Georges Bush senior à Saddam Hussein expirait le 15 janvier 1991 à minuit et coïncidait avec une quadruple conjonction Saturne/Soleil/Lune et Rahu !?  On a rarement vu une configuration astrale aussi catastrophique! Non seulement une éclipse était de la partie, mais Saturne était au parallèle de déclinaison de Rahu et de Ketu (2). Nous devons nombre des embrasements actuels à cette guerre du golfe qui débuta ainsi. Certes l’on peut remonter le fil des causes et des effets à l’aube même de la civilisation, mais il y a des dates clefs capables de changer ou d’inverser le cours des évènements. Il était certain qu’une telle conjonction promettait des effets néfastes de longue durée (Saturne) pour la planète.


JUPITER ET LES NŒUDS LUNAIRES

Due à la rétrogradation de Jupiter qui débute le 8 janvier 2016 et se termine le 10 mai, le roi du ciel reste conjoint à Rahu des derniers jours de novembre 2015 à la fin juillet 2016. Il adressera un parallèle de déclinaison à Rahu et à Ketu tout à la fin de cette conjonction, du 26 juin au 21 juillet (3

Qu’en est-il de cette association? Jupiter étant « le protecteur », on veut croire en une amélioration de ce climat délétère dans lequel nous baignons depuis un moment, d’autant qu’elle a lieu dans le signe de la Vierge associé à la limpidité, au discernement et au nettoyage. Que la COP21 s’ouvre à Paris (dont le signe est la Vierge) au début de cette conjonction, est sans doute un bon présage. Jupiter doit protéger autant Gaïa, la mère de la vie, que les humains qui la peuplent et l’écologie devrait être notre priorité.

La notion d’ordre est ici essentielle à introduire : Mercure, maître de la Vierge, représente l’ordre (4). Jupiter nous l’avons dit est le protecteur. Toute maladie, mentale, physique ou affective est assimilable à un désordre. La guérison consiste donc à ramener l’ordre, ce que Jupiter en Vierge, conjoint à Rahu qui représente des manifestations matérielles, possède le pouvoir de faire. On peut ainsi s’attendre à une perception et une compréhension accrues des dangers qui menacent la vie de notre planète (pollution tous azimuts, déplétion des océans, réchauffement climatique ….). Ainsi alimenté, le sens pratique de la Vierge pourrait aboutir à des actions vraiment  concrètes, les individus et toutes les organisations (Vierge), gouvernements, ONG et autres associations privées agissant plus généreusement dans cette direction.  

En ce sens le  carré Jupiter/Saturne, actif  de début février à début juillet 2016 a la capacité d’associer l’inspiration (le désir du bien, Jupiter) et la structuration (Saturne). Tout n’est pas gagné pour autant, c’est un aspect tendu et l’optimisme originel (Jupiter) pourrait se heurter aux promesses non tenues pour cause d’usure des esprits et d’obstacles divers (Saturne).

Cette notion d’ordre est tout aussi essentielle à appliquer chez les individus. Si nous saisissons que nous sommes le monde, que le monde c’est nous, il semble évident  que notre chaos intérieur doit être observé, examiné et ordonné puisque le chaos de nos sociétés est une projection de notre chaos intérieur.

Rahu (comme Ketu) est un élément chaotique associé au désordre même s’il offre des cadeaux (5). Il est associé à la colère, à l’avidité mentale, à l’anxiété, à la crainte de ne pas obtenir ce que l’on désire et à celle de perdre ce que l’on a. Il représente une des fondations évidente de notre désordre intérieur. L’attachement qui est son maître mot naît de la peur, la nourrit et conduit à l’insatisfaction. Comme Jupiter amplifie tout ce qu’il touche, nombre d’entre nous ressentiront un accroissement des ambitions personnelles ainsi que du désir de jouissance jamais comblé et s’ébattront encore plus dans la nécessité de devenir, c’est-à-dire dans l’insatisfaction de ce qu’ils ont ou de ce qu’ils sont. La solution est d’ouvrir nos êtres à la philosophie, au sens de la justice, à la compassion et à l’expansion de la conscience (Jupiter), afin de comprendre la prison de l’avidité et de se tourner vers de plus vastes réalisations que les bienfaits matériels. Entre ces deux orientations se manifeste le libre-arbitre propre à chacun.

En ce qui concerne l’événementiel, tout dépendra de la danse incessante des astres, puisque la conjonction s’étale sur plusieurs mois. Cadeaux de la destinée, opportunités, rencontres déterminantes, synchronicités favorables et sérendipité sont à espérer sans doute, car Jupiter et Rahu ont tous deux pour habitude d’offrir. Ainsi, quand Vénus, le Soleil, Mercure ou Mars adresseront d’harmonieux aspects à cette conjonction, des évènements propices aux individus (selon leurs thèmes) et à la collectivité sont envisageables. Il faudra cependant, comme toujours, se méfier alors des attachements générés par ces faveurs d’autant le carré de Saturne à Jupiter s’appliquera aux noeuds de début mars à la mi-novembre …. Plus que jamais il faudra savoir renoncer (Saturne), authentiquement et sans conflit, pour obtenir des bienfaits (Jupiter), sans pour autant s’empoisonner psychologiquement (Rahu). 

On n’oublie pas pour autant le carré Uranus/PlutonPluton (la finance, les multinationales, les marchands d’armes, le règne de l’intérêt personnel) stimule la précarité et l’insécurité et facilite le développement d’états d’esprits destructeurs. Corrompu par le carré, le révolutionnaire Uranus symbolise alors la technocratie aveugle, la radicalité, le fanatisme, l’autoritarisme)

Ni le carré Saturne/Neptune : « Menace d’une recrudescence d’actions liées à des idées rigoristes : la foi (Neptune) devient captive des lois et des règlements (Saturne). Toute l’atmosphère collective en est imbibée. De nature trop sentimentale, le mysticisme neptunien est instrumentalisé par un Saturne conflictuel qui fait plus de cas des habitudes et des traditions que de la vérité et de l’amour » (La violence dans les astres)

 Car c’est dans ce cadre général que Jupiter et Rahu se conjoignent.                                                 


JUPITER, LES NŒUDS LUNAIRES ET LA QUÊTE INTÉRIEURE

Puisque la fonction majeure des nœuds lunaires est de nous confronter au matériau brut par lequel nous apprenons, souffrons ou nous réjouissons, recevons ou perdons, et qu’ainsi nous soyons, peut-être, pour certains, capable de nous ouvrir spirituellement, cette conjonction est riche en opportunités de nous débarrasser de la peur et de l’attachement, permettant ainsi l'éclosion de Ketu. Loin de n’être qu’un bagage karmique ce dernier, certes liés aux épreuves et aux compulsions lorsqu’il n’est pas « éveillé », pointe vers une des indications les plus spirituelles du thème.

Dans le mythe du barattage de la mer de lait, les dieux se tiennent à la queue du Serpent (analogique à Ketu), non parce qu’ils sont bons et les démons mauvais comme dans les religions judéo-chrétiennes, mais parce que Rahu est lié à l’attachement et Ketu au détachement. Le détachement ne vient à l’existence qu’en absence de peur, lorsque la confiance dans le monde, dans le miracle de la vie est totalement établie. Jupiter, maitre des grands voyages, de la philosophie et de l’expansion de la conscience pourrait ces prochains mois nous accompagner sur ce sentier. Mais s'il est le protecteur, il ne faut pas s'attendre à une entité qui descende du ciel pour résoudre les problèmes à notre place. Il représente plutôt la faculté que nous avons de nous soigner nous mêmes et de guérir ainsi le monde.

Dans L’initiation à la guerre intérieure il est question d’une vision spirituelle commune à toute l’humanité : la vie est une quête, celle de l’immortalité et pour la réaliser il nous faut vaincre le gardien du seuil, le maître de la peur. Il nous faut, tel Râ dans sa barque solaire, vaincre Apophis le serpent des ténèbres, « Dieu des forces mauvaises et de la nuit, personnification du chaos, du mal cherchant à anéantir la création divine. » (6)  Nous sommes tous des héros solaires dont la tâche est de vaincre le dragon de la peur, elle-même mère de l’attachement, de la colère, de la violence, de l’intolérance, de l’égoïsme et de l’indifférence. Sans cette victoire sur la peur, l’amour n’est au mieux qu’entraperçu et la spiritualité reste une vaste illusion.
 
Heureusement, nous ne sommes pas seuls dans ce combat, les dieux nous assistent, eux qui sont les astres du ciel enseignait Aristote. Jupiter leur roi est à leur tête, en ce qu’il représente entre autres attributs l’expansion et l’élévation de la conscience, le sens de la justice et la compassion.

Ainsi, au mieux, idéalement, cette association de Jupiter à Rahu nous offre l’opportunité de réaliser notre quête, celle pour laquelle nous sommes nés, le but de toutes les incarnations depuis l’aube des temps.


 
(1) « Les nœuds lunaires pourraient s’appeler les nœuds de la pensée car ils contractent, obscurcissent et obsèdent. (….) Indissociables du petit luminaire qui représente les strates multiples de la pensée, les nœuds sont comparables à des éclipses mentales. Là où ils sont situés, le flux lumineux qui normalement irrigue, illumine et régénère est interrompu. La pensée se fixe dans la matière, se densifie, se cristallise et se matérialise éventuellement. Gravés dans le psychisme, ces nœuds prédisposent ainsi à des conjurations ou à des convulsions du destin par le biais de situations et d’événements inhabituels, propices ou tragiques selon les cas, capables d’une façon ou d’une autre de magnifier, bouleverser et quelquefois briser le cours normal de l’existence. Leurs manifestations couvrent autant de réussites éclatantes que d’événements consternants (maladies, accidents, deuils, emprisonnements, agressions). (…) S’ils laissent peu de latitude au libre-arbitre, leurs significations concrètes peuvent être atténuées ou vécues symboliquement plutôt que tangiblement, grâce à l’usage de l’intelligence appliquée à la connaissance de soi. Dans ce cadre Rahu (l’attachement), un des responsables majeurs des préoccupations mentales (la Lune), se résout dans la poursuite du détachement (Ketu) afin d’atteindre l’idéal solaire, c’est-à-dire la réalisation de soi. »  L’astrologie et la mécanique de la pensée (Chap. 7 Les nœuds lunaires)

(2) Voir en détail le thème de cette journée dans la troisième partie de cet article : Bagdad, Uraniburg et les thèmes d’élection . Le 15 janvier 1991 à minuit (heure de Bagdad) La Lune, le Soleil, Saturne et Rahu sont en étroite conjonction avec le Fond du Ciel, le foyer ! Lors des fusillades du vendredi 13 novembre 2015, la conjonction Mars/Rahu était conjointe au FC du thème calculé pour Paris …..  C’est là une piste importante à étudier pour ce qui est de la prévision d’événements en astrologie mondiale. 

(3) L’entrée de Ketu dans la danse, pourvu qu’il soit éveillé lors des mois qui précèdent par une approche intelligente de Rahu (attachement et insatisfaction) favorisera le goût de l’aventure et de l’exploration des territoires intérieurs, le détachement, la justice, l’éloignement des traditions religieuses et des rituels pour une poursuite solitaire de la vérité. Attention, cette rencontre ne sera favorable qu’à condition que la spiritualité soit préférée aux inclinations matérielles et carriéristes.

(4) « Si l’on considère que la maladie, soit-elle du corps, du cœur ou de l’esprit est synonyme de désordre, Mercure est indissociable de la thérapeutique et de la guérison, c’est-à-dire de la remise en ordre. (…) Pour laisser s’exprimer les forces vives du thème, c’est-à-dire déployer celui-ci de la façon la plus intelligente possible, la nature de l’ordre dont il est question est à comprendre. Synonyme de clarté, d’harmonie et de sagacité, il s’apparente à l’absence de tourment, à l’apaisement d’un mental vaste et efficace puisque libre et décontracté. Le désir ou la volonté n’ont pas le pouvoir de l’imposer, car il n’est pas une structure rigide ou conformiste inspirée d’un schéma ou d’un système de pensée. De même, les idéologies politiques, philosophiques ou religieuses ne peuvent l’engendrer. Il n’est pas une réaction à la peur, c’est-à-dire une quête de la sécurité, mais il s’établit naturellement, de façon non conflictuelle. Manifestation vitale de l’univers, il éclot seul, du ventre même de l’intelligence. » L’astrologie et la mécanique de la pensée (Chap. 10 La remise en ordre).

(5) Rahu offre mais reprend, laissant l’attachement. Ketu prend mais enseigne le détachement.

(6) Wikipédia. Apophis est décapité par la Déesse Bastet, comme le démon Svarbhanu l’est par le chakra de Vishnou (l’écliptique), donnant ainsi naissance à Rahu et Ketu.   

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.