dimanche, novembre 15, 2015

Mars, le Dragon et la barbarie


Paris, le 13 novembre 2015 à 21h20

L’astrologue n’est pas un voyant, il n’était pas possible de prévoir avec exactitude les évènements tragiques du 13 novembre. Mais même sans pouvoir offrir un jour ou un lieu précis, nous savions avec certitude, qu’un ou plusieurs évènements particulièrement marquants et de nature violente se manifesteraient. Il fut ainsi question dans le dernier article de ce blog « Le temps du dragon » des dangers potentiels particuliers à ce mois de novembre 2015, causés par la conjonction nocive de Mars et de Rahu (le nœud lunaire nord) et par son parallèle à Ketu (le nœud lunaire sud) :
« Une des caractéristiques des nœuds lunaires est « d’activer » les  faces tourmentées des astres qu’ils côtoient de près ».

Effectivement et malheureusement, la face obscure, tourmentée de Mars (violence, brutalité, guerre, conflit, domination par la force ….) a été activée :
« Comme du 11 au 27 novembre , Mars se lie simultanément aux deux nœuds lunaires par l’intermédiaire d’un parallèle de déclinaison, tout le mois de novembre est concerné par ce qui précède. A partir du 11 novembre  cependant, Ketu joue de sa nature compulsionnelle qui s’avère souvent dangereuse avec Mars, décuplant les risques de violence (….) Ces tendances mondiales, ressenties par des milliards d’individus, sont causes d’intensification  du nombre d’accidents, de violences et d’actes terroristes dont les médias se font le relais » (1)

Sans tomber dans l’excès de pessimisme, on comprend que la période dangereuse en question n’est pas terminée.


MARS ET LE DRAGON
La barbarie, dans l’acceptation la plus usitée de ce terme, appartient à la face obscure de Mars. Elle fait appel à la domination physique, c’est-à-dire à l’emploi de la force pure. C’est par la brutalité, la violence et la coercition physique que l’esclavagiste, le tortionnaire, le violeur et éventuellement l’assassin impose sa volonté perverse à ses victimes. Si, négativement parlant, Pluton a fort à voir avec le sadisme et la domination, Saturne avec la dureté et la sécheresse mentale, Mercure  avec le mensonge, Neptune avec la propagande et la manipulation, Uranus avec le fanatisme et la radicalité, il faut de toutes façons en passer par Mars, Celui qui éveille la crainte comme l’écrivait maître Eckart.

Depuis toujours Mars, le sanglant maître de la guerre, frappe les cœurs et les esprits de terreur, infligeant la souffrance au corps par les coups, les blessures, les mutilations et autres sévices.

Nous venons de le voir (cf. note 1) au pire de ses œuvres, car noirci et corrompu par les nœuds lunaires, Rahu et Ketu, qui représentent des éléments chaotiques semant le désordre dans le cosmos (le monde ordonné).

Ainsi, la conjonction Mars/Rahu manifeste une certaine violence, qui n’est heureusement le plus souvent qu’intérieure, causée par l’attachement, l’anxiété, la colère et surtout l’insatisfaction.
Par le biais de conditionnements et de propagande, chez certains éléments vulnérables, la puissance perturbée de Mars se met au service de motivations obscures, cachées, quelles que soient les justifications mises en avant. (2)

Son parallèle de déclinaison aux nœuds qui s’est installé à partir du 11 novembre a fait alors entrer Kétu, le noeud sud, dans la danse (3). Les attachements et l’insatisfaction (Rahu) n’étant pas résolus, c’est au tour de Ketu de corrompre Mars.  Les faces les plus négatives de Ketu (compulsion) et de Mars (brutalité, violence) se libèrent alors dans une orgie de violence.

Rahu est lié à l’insatisfaction. C’est un démon qui agit dans le secret, avec fourberie; il semble donner, mais c’est pour mieux reprendre et laisser l’attachement et la frustration à la place de ce qu’il y avait avant. Il représente aussi les marionnettistes derrière ces jihadistes qui sacrifient leurs existences au service de croyances tronquées et illusoires

Ketu de son coté, à moins d’être compris, représente la compulsion causée par l’incapacité de se détacher du passé et des conditionnements. Par contre le « détachement » que semblent manifester les terroristes face à leurs propres sorts, tient bien de son alliance à Mars, offrant le courage stupide de la chair à canon. Ce manque d’attachement à la vie, ne naît pas d’une élévation spirituelle, mais de la soumission à une puissante propagande et à la croyance en la renaissance dans un paradis sexualisé à leur goût.


Ce sont donc de vrais matérialistes qui s’ignorent. La spiritualité authentique passe par la mort du moi, par la compréhension de la futilité de ses désirs dans cette existence ou dans une autre. Ils sont ainsi totalement captif du démon Rahu, maître de l’attachement au moi, à son passé, à ses croyances, à sa sécurité psychologique. Née de la peur, cette quête de la sécurité  est si importante qu’ils n’hésitent pas à s’auto-détruire et à détruire le monde pour la conserver. Absurde pensons-nous ? Certes, mais Mars, qui cherche à imposer sa foi par le glaive, n’est pas connu pour sa subtilité spirituelle.


LES AUTRES CONFIGURATIONS

Une fois comprise la relation entre Mars et les nœuds lunaires, on observe comment les configurations des astres lents, forment un canevas leur permettant de s’exprimer: 

- Le carré Uranus/Pluton lié aux grands soubresauts de notre époque, révèle beaucoup des faces les plus négatives de ces deux astres. Pluton (la finance, les multinationales, les marchands d’armes, le règne de l’intérêt personnel) stimule la précarité et l’insécurité et facilite le développement d’états d’esprits destructeurs. Uranus (la révolution, les bouleversements) symbolise alors la technocratie aveugle, la radicalité mentale, le fanatisme, l’autoritarisme.

- Jupiter au quinconce d’Uranus renforce ici ce coté néfaste : le sens de la justice (Jupiter) est corrompu par le fanatisme (Uranus). 

- Le carré Saturne/Neptune. Je renvoie le lecteur à « La violence dans les astres », billet écrit lors de l’attentat de Charlie Hebdo (4) : « On a vu (5) que la rigidité d’un Saturne en Sagittaire au carré d’un très émotif Neptune dans les Poissons, posait la menace d’une recrudescence d’actions liées à des idées rigoristes : la foi (Neptune) devient captive des lois et des règlements (Saturne). Toute l’atmosphère collective en est imbibée. De nature trop sentimentale, le mysticisme neptunien est instrumentalisé par un Saturne conflictuel qui fait plus de cas des habitudes et des traditions que de la vérité et de l’amour ».


LES DIRIGEANTS TERRORISTES

Mars ne représente le plus souvent qu’un bras armé au service d’intérêts et d’organisations puissants. La religion dont se réclame les jihadistes n’est jamais qu’un instrument de propagande dont ils sont les premières victimes : ces jeunes aux esprits malléables et égarés servent les profits de criminels cyniques et endurcis.

Ceux-là s’enrichissent dans les trafics d’œuvres d’art, dans la revente du pétrole, dans les ventes d’armes et le trafic d’être humains. C’est un véritable consortium du mal, dénué de la moindre parcelle de morale, dont les buts sont les plus matérialistes qui soient : le plaisir et les sensations intenses qu’apportent l’argent et le pouvoir. Étrangement, derrière ces comportements vicieux et barbares se profile la peur de la mort, c’est-à-dire de l’anéantissement du moi. Ces chefs, ces criminels qui envoient des jeunes à la mort sont terrorisés par elle car en définitive ils ne croient en rien. Rien d’autre ne compte que leur ego surpuissant, épaissi, insensible auquel ils sacrifient la vie des autres, quelle que soit leur situation.

On retrouve chez eux la problématique plutonienne (qui épaissit le moi) et bien entendu les manigances de Rahu, qui pousse à la jouissance matérielle permanente et ne connaît en définitive que l’insatisfaction car « on n’éteint pas le feu en versant de l’huile dessus ». Il leur faut donc toujours plus de pouvoir, de sensations, de force, même si la bataille est perdue d’avance. Le  détachement ne leur est pas envisageable.


L’ESPOIR

Comme ce fut le cas en janvier, les magnifiques actions de solidarité, les gens ouvrant leurs portes pendant la nuit à des populations effrayées, les milliers de gens allant offrir spontanément leur sang, les déclarations de sympathie originaires du monde entier, l’empathie réelle de centaines de millions de personnes furent et sont encore de belles réalités. Cela aussi était s’inscrit dans le ciel et dessine certains espoirs pour notre avenir, nous aidant un peu à croire que ces victimes innocentes ne sont pas mortes pour rien.

- La Lune au trigone d’Uranus (la perception directe de la vérité), permet à beaucoup d’entrevoir la folie et l’absurdité de ces comportements et ainsi de se libérer des conditionnements étroits qui en sont les fondations.

- Son carré à Jupiter amplifie la générosité et les émotions, avec des débordements sentimentaux malgré tout, et sa proximité à Saturne symbolise les réflexions et introspections que nombre d’entre nous sont amenés à faire sérieusement au plus profond d’eux-mêmes.

- La belle Vénus en Balance, au quinconce et en réception mutuelle avec Neptune dans les Poissons, déploie beaucoup de sentiments ou l’amour se mêle confusément à la sentimentalité. Son Sextile à Saturne cependant aide à déployer une vraie sagesse du cœur, où l’amour se manifeste sous forme de retenue et de dignité face à toute cette douleur. La profondeur des sentiments et paradoxalement de la beauté du cœur humain est ainsi révélée par le feu de la douleur.



(1) : Cette note provient de l’article précédent (Le temps du dragon): « J’ai souvent stressé la notion de témoignage, dans le sens où les nœuds s’associent régulièrement à des événements marquants, possiblement choquants, dont on est témoin qui parfois même ne nous concernent pas personnellement, comme un accident impliquant des personnes inconnues, ou un attentat meurtrier relayé par les médias du monde entier (lors de celui du World Trade Center  ou lors du massacre perpétré par le norvégien Andreas Breivic, le nœud sud était conjoint à Mars. »Ainsi, même sans être capable d’offrir une prédiction précise, ce qui nécessiterait une meilleure compréhension des outils astrologiques, la simple configuration des nœuds lunaires avec Mars suffisait à prévoir un événement d’importance, non pas uniquement par sa nature violente, mais également par son impact médiatique qui rend toute l’humanité témoin.

(2) C’est un autre débat, mais c’est pendant cette conjonction Mars/Rahu que le scandale du dopage organisé en Russie et la suspension de la fédération Russe d’athlétisme a éclaté : cette configuration favorise les exploits, mais les motivations des sportifs manquent souvent de noblesse et les moyens employés d’honnêteté. Les cadeaux de Rahu (médailles, récompenses) sont souvent repris.

(3) Si notre attention est focalisé sur Paris, le 12 novembre Beyrouth fut le théâtre d’un réel carnage : « En fin d'après-midi, vers 18 heures, heure locale, deux hommes ont successivement fait détoner leurs ceintures explosives dans une rue commerçante bondée du quartier de Bourj al-Barajné, au sud de Beyrouth. L'attaque a été revendiquée par le groupe djihadiste Etat islamique (EI). L'attentat a fait au moins 41 morts et environ 200 blessés, selon un bilan encore provisoire de la Croix-Rouge libanaise ». Voir ici.   
Rappelons aussi la destruction de l’avion russe au-dessus du Sinaï qui eut lieu le 31 octobre, au tout début de la conjonction Mars/Rahu.

 (4) Il ne s’agissait pas de Mars conjoint à Ketu ce jour-là, mais d’Uranus conjoint à Ketu, configuration très liée au fanatisme et également présente lors de la fusillade de Columbine High School en avril 1999.

(5) Se reporter à Saturne au carré de Neptune et aussi à Saturne en Sagittaire, mode d’emploi 2015



CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.