dimanche, septembre 20, 2015

Mars sur le sentier de la guerre


Les aspects de Mars incitent à l’action et à la compétition. Ils inspirent l’esprit chevaleresque ainsi que la crainte et le courage de l’affronter. Mars fut longtemps baptisé « la petite maléfique » mais lorsque la férocité de ses désirs embrase, contracte, dessèche et cannibalise la pensée, il n’y a rien de petit en lui. Maître des champs de bataille, il anime les nombreux conflits entre le penseur et la pensée. (1)

Ces prochaines semaines, Mars sème la pagaille dans nos esprits et dans nos sociétés qui n’en ont guère besoin : la géométrie céleste (les aspects) chauffe cet astre à blanc. Les combinaisons agressives de Mars ne sont jamais de bonnes nouvelles, surtout dans un monde déjà fort tourmenté par les conflits personnels et collectifs. Même s’il semble difficile de faire mieux, on doit s’attendre à des inflammations et à des éruptions brutales, à des querelles, compétitions et rivalités accrues, à une recrudescence d’agressions criminelles et de bavures policières, à des durcissements de l’exercice du pouvoir que ce soit dans les sphères publiques ou privées. Les contrées où la violence fait déjà loi sont évidemment en première ligne mais comprenons bien que c’est l’ensemble de la conscience collective qui est touchée : la guerre intérieure est l’aliment de tous les conflits extérieurs et  l’intelligence permet toujours à certain(e)s d’exprimer les meilleurs cotés de cet astre (sens de l’action et de l’entreprise, bravoure, esprit chevaleresque, services rendus aux plus faibles).

Voici le calendrier des perturbations marsiennes qui s’installent ces jours-ci :

- Mars fin Lion puis début Vierge au carré de Saturne en Sagittaire : de la mi-septembre au 10/11 octobre environ

- Mars en Vierge opposé à Neptune en Poissons : du 25 septembre au 19/20 octobre environ

- Mars et Jupiter conjoints dans la Vierge : du 28/29 septembre aux premiers jours de novembre

Ainsi du 28 septembre au 10 octobre, Mars sera en aspect tendu à la fois à Saturne, à Jupiter et à Neptune.


Petit détour par Mercure

Mercure rétrograde du 17 septembre au 9 octobre, tout au long de la période la plus perturbée par Mars. Cet astre représente le « comment penser » et celui-ci, troublé en période de rétrogradation, implique d’éventuels mauvais choix. Les préoccupations mentales sont atteintes et ainsi les problèmes soulevés par Mars dont nous allons parler (impulsivité, brutalité, situations conflictuelles…. ) sont à observer également de ce point de vue. Si l’opposition de Mercure à Uranus (jusqu’au 25 septembre) favorise l’intuition et la sagacité, son carré à Pluton (jusqu’au 2 octobre), souligne la ruse, le cynisme et la préférence accordée aux intérêts personnels.

Mars au carré de Saturne

Cet aspect indique que le désir et l’action (Mars) se heurtent au temps et à l’obstacle (Saturne). Les circonstances adverses et la capacité d’action bloquée provoquent le ressentiment, la frustration, la mauvaise humeur, la colère froide, le durcissement et l’animosité. La confrontation à la violence et à la brutalité est fréquente et il y a parfois danger pour l’intégrité physique (risques d’accident). L’on doit être plus prudent que de coutume. Attention à une certaine insensibilité facile à développer. L’adversité souvent passagère doit être rencontrée avec courage (Mars positif) et patience (Saturne positif). Le tout est d’éviter de se cogner la tête contre les murs, de respirer et de faire contre mauvaise fortune bon cœur.

Les solutions passent par la renonciation (Saturne positif) et le service (Mars positif) : dans tous les cas problématiques le concernant, Mars doit se transformer en serviteur, unique moyen de désamorcer sa nature guerrière. On remarque alors que si les circonstances se durcissent, la force, la hardiesse, la résistance à la douleur, la résilience, la capacité à endurer n’importe quelle épreuve ne sont pas en reste.


Mars opposé à Neptune

Le sens de l’action est affaibli par l’émotion, la peur et l’empathie négative (influence de l’environnement). Danger de s’illusionner sur sa force et ses capacités, de s’identifier à des figures « héroïques », d’être téméraire plutôt que simplement courageux …. Selon les circonstances (cf. Mars carré à Saturne), possibles réactions violentes, goût de l’influence et de la domination. Mieux vaut se méfier des rassemblements s’il y  a des possibilités de débordements et de l’influence négative de mouvements d’opinions collectives.
Neptune représentant la propagande cet aspect est néfaste à toutes celles et à tous ceux en position d’être influencés par les idéologies (politiques, religieuses) engagés dans des actions violentes (Jihadistes en herbe par exemple) d’autant que Mars au carré de Saturne pousse dans cette direction. On remarque cependant, au cœur même de cet aspect, des germes d’héroïsme et une vraie capacité à se dépasser.

L’origine du problème est celui de la séparation (2), qui crée la sensation d’être menacé par le monde ce qui fait qu’on l’agresse en retour. Il est essentiel de laisser la confiance éclore, ce qui se fait naturellement par la réalisation que l’on n’est pas séparé du monde. Pour les plus éveillés intérieurement cet aspect offre une opportunité de réduire  la violence collective en se penchant sur ce problème à l’intérieur de soi.

Mars conjoint à Jupiter

On sait que Jupiter amplifie tout ce qu’il touche et ici Mars en fait les frais, pour le meilleur comme pour le pire : le sens de l’action et de l’aventure, la bravoure, le combat contre les injustices sont accrus mais ainsi le sont les conflits, la témérité, la compétition et les rivalités, la violence, le goût du risque et surtout la colère. Les risques de coups, de blessures, de coupures, de brûlures, d’accidents sont démultipliés.
Portée par la colère contre les « injustices » et le jugement (subjectif) du bien et du mal, la certitude d’avoir raison est renforcée menant parfois à des actions regrettables.
Mars doit ainsi être canalisé mais ça n’est pas simple d’autant que le carré à Saturne (durcissement du moi et des circonstances) et l’opposition à Neptune (craintes diverses, illusion envers soi-même, agression du monde) sont également actifs.
Les solutions passent impérativement par la non-violence : celle-ci n’est pas une opinion ou une idéologie que l’on cherche à respecter mais une compréhension qui s’applique d’abord et avant tout à soi-même:

« Mars gagne à servir Jupiter. L’exigence de l’action est ainsi canalisée par le sens de la justice et la compassion, éveillant l’esprit chevaleresque, la meilleure expression de Mars, qui sert l’expansion de la pensée (Jupiter) dans le sens du bien. Complémentaires, les notions d’action juste et de non-violence sont à cultiver. Directe, intuitive et spontanée, libre de la crainte, du désir et des mobiles secrets, l’action juste est étroitement liée à la non-violence qui implique en premier lieu de ne pas se battre contre soi-même, c’est- à-dire de ne pas se juger, de ne pas se comparer ou se conformer à un idéal, de s’observer tel que l’on est sans s’affronter. » (3)




(2) Neptune est associé à la fusion et à la communion que Mars interdit ici .

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.