dimanche, février 15, 2015

Neptune et les dangers de l'identification


L’astrologie offre une approche sophistiquée des caractères et des destinées personnelles. Elle permet aussi d’expliquer nombre des soubresauts qui agitent et tourmentent nos sociétés. En conséquence, il est possible par son biais, de saisir les comportements d’individus et de groupuscules aveuglés par leurs opinions et leurs croyances, brutalisant et empoisonnant la sphère collective. Cependant, pour prétendre à une véritable maturité, alors que nous traversons une crise de civilisation peut-être sans précédent, l’astrologie ne doit pas se contenter de décrire ou d’expliquer, mais elle doit fournir, grâce aux éclairages qui lui sont propre, des pistes, des cheminements à suivre et pourquoi pas des solutions pour nous sortir de cette obscurité.

Nous avons étudié dans la violence dans les astres comment les perturbations engendrées par le carré de Saturne à Neptune sont fondamentalement associées aux attaques terroristes qui se multiplient depuis le début de cette année. Non seulement la barbarie jihadiste s’intensifie, mais nous découvrons à peine semble-t-il l’étendue des dégâts de sa propagande dans la jeunesse occidentale. La bataille des informations tronquées, des impostures, des intoxications idéologiques et des manipulations fait rage. Manquant cruellement de sens critique, des milliers de jeunes partent se battre pour défendre des causes indéfendables et apporter leurs soutiens armés à des horreurs sans nom. Se croyant perspicaces des millions d’autres mettent en doute la plupart des informations, tout en acquiesçant aveuglément aux rumeurs fabriquées par des manipulateurs professionnels.

Neptune, l’illusion et l’identification 

Les concepts neptuniens de l’illusion et de l’identification sous-tendent tout ceci.

- L’illusion est un rêve, un éblouissement. Neptune situé en VII par exemple (la maison de l’union), indique souvent que l’on s’illusionne sur son partenaire. On est éblouit et lorsque le partenaire se révèle régulièrement être une coquille vide et mensongère, il est trop tard. Avec Neptune fortement connecté à l’AS c’est le contraire, on tend à s’illusionner sur soi-même.
L’illusion repose à la racine de la croyance. Elle en est la sève. La croyance avec sa part de rêve, de projection dans le futur (qui s’étend même après la mort), écarte les faits pour des idées, des concepts, des constructions mentales parfois brillantes comme des paillettes. Glissons au passage, non pour la première fois, que la croyance est l’ennemie mortelle de l’astrologie. Dans le cadre de la manipulation, l’illusion (d’un paradis pour les martyrs par exemple) est un outil meurtrier, permettant de mener de jeunes hommes et de jeunes femmes à tuer, à massacrer et à mourir, pour le compte de personnages cyniques qui se nourrissent de sensations intenses et de pouvoir (le monde de Pluton).

- L’identification offre la force, la persistance, la résilience à la croyance et à l’illusion qui pourraient il est vrai s’évaporer rapidement ou se diriger vers d’autres notions. Car lorsque je m’identifie, mon petit moi isolé, effrayé et perdu se dissout (Neptune) dans quelque chose de vaste qui le dépasse, le chérit et le protège. « Je » se sent rassuré car il est chrétien, juif, communiste, français, arabe, blanc, musulman, supporter d’un club …. . Il se fait parfois soldat de dieu : il s’identifie à une illusion. Il « devient » sa croyance et y trouve la sécurité psychologique recherchée. Je ne suis plus seul enfin, je suis sauvé.  Bien sûr, si l’on menace cette identification sécuritaire, illusion ou non, je deviens méchant, cruel même. Car si avant de m’identifier je n’étais que perdu, maintenant toute ma sécurité en dépend. Je ne supporte pas qu’elle soit mise en danger.

Saturne au carré de Neptune

Voilà pourquoi, comme nous l’avions dit, ce carré actif toute cette année 2015, de Saturne en Sagittaire, signe lié à la rigidité de la croyance, à Neptune dans les Poissons, qui tous deux s’identifient et s’illusionnent comme ils respirent, n’est pas une bonne nouvelle.

Il est facile, par le biais du carré Uranus/Pluton, de comprendre comment les accros du pouvoir, technocrates, leaders religieux, ou puissances financières usent de ces mécanismes neptuniens et comment cela résulte en attentats, massacres et tragédies lisibles dans l’ensemble des configurations astrales, avec forcément Mars en place de choix (la guerre, la violence) ainsi que les noeuds lunaires (les bouleversements). Hier encore à Copenhague, les évènements eurent lieu alors que la Lune fin Sagittaire transitait au carré de Mars, enflammant des actes violents un peu partout dans le monde. Pour cette raison il est vrai que le prochain transit de Mars en Bélier (du 20 février au 26 mars avec une période critique du 2 au 20 mars ) où se trouvent Uranus et Ketu au carré de Pluton en Capricorne, risque d’échauffer le sang des nombreuses collectivités captives des mâchoires de l’identification.

Comprendre Neptune

L’astrologie nous indique ainsi que la solution à ces maux (à ces recrudescences de la barbarie), passe par la compréhension des principes négatifs neptuniens, car à l’heure des satellites de communications, d’internet et des réseaux sociaux, la manipulation des masses est devenu un art que beaucoup de spécialistes pratiquent avec brio. L’identification en est le moteur, qu’il s’agisse des nationalistes, des fondamentalistes ou des terroristes de tous bords.

L’ensemble de la problématique passe ainsi par Neptune « l’empathique », lequel est intrinsèquement lié à la souffrance. Certes on lui attribue, comme à tous les astres d’ailleurs, nombre de significations, mais il semble que ce soit son association à la souffrance d’être séparé, à celle de ne pas appartenir, d’être isolé et en définitive de ne pas être aimé qui prenne le dessus et explique certains de nos comportements les plus aberrants.

Malheureusement, plutôt que de réfléchir aux racines de cette souffrance, c’est-à-dire à la nature même du moi, du je, et de son enfermement au coeur de ses pensées, la plupart d’entre nous préférons la fuite vers une croyance quelconque, une définition, un cadre, une opinion, n’importe quelle construction mentale renforcée de sentimentalité, pourvu que l’on ne soit plus seul. La fuite en ce sens appartient aussi à Neptune.

Voici, pour mieux saisir les subtilités cet astre, une citation tirée de « L’astrologie et la mécanique de la pensée » ouvrage bientôt disponible sur amazon :

« Neptune (1) est l’astre le plus éloigné de la pensée articulée et verbalisée . A la poursuite d’une conscience collective, élargie, se manifestant au-delà de l’identité individuelle, le neptunien tend vers sa propre dissolution, dans l’oubli de soi ou dans le cadre d’une identification à plus vaste que lui. Il cherche à se fondre dans une foule, un parti, une association, à s’oublier dans la musique, la danse, la lecture, la télévision, à s’abrutir dans la toxicomanie, les médicaments ou la boisson, à se sublimer dans la foi, le sacrifice, ou l’humanitaire. Simultanément, parce que vide et manquant de substance, il s’identifie à une idéologie, une cause, une croyance, une personnalité médiatique, phénomène à l’origine de la propagande et de la manipulation des masses. »

On mesure ici sa dangerosité malgré qu’il soit ne l’oublions surtout pas, également associé au service, à la compassion, au sens artistique et au véritable oubli de soi, c’est à dire à l’amour et à la spiritualité. Pas de doute pourtant, sans l’identification, sans l’illusion, pas de fanatiques politiques ou religieux, par de bien-pensants persuadés de leur bon droit, pas de jihadistes, d’inquisiteurs, de racistes de tous poils.

Terminons par cette citation de Krishnamurti copiée et recopiée sur les réseaux sociaux après les violences de début janvier, qui définit le problème de façon extrêmement limpide :

« Lorsque vous vous dites Indien, Musulman, Chrétien, Européen, ou autre chose, vous êtes violents. Savez-vous pourquoi? C'est parce que vous vous séparez du reste de l'humanité, et cette séparation due à vos croyances, à votre nationalité, à vos traditions, engendre la violence. Celui qui cherche à comprendre la violence n'appartient à aucun pays, à aucune religion, à aucun parti politique, à aucun système particulier. Ce qui lui importe c'est la compréhension totale de l’humanité. »

(1) Malgré son nom de dieu romain masculin, Neptune est entièrement féminin dans sa nature (réceptive, passive, enveloppante, fusionnelle), ses comportements (sinueux, souples, conciliants, diplomatiques) et ses orientations (artistiques, émotionnelles, mystiques). Les références mythologiques ont leurs limites : en sus des riches analogies qui les associent, les astres possèdent bien plus de significations et de profondeurs que les anciens dieux auxquels ils donnèrent naissance dans de nombreux cas et non l’inverse. La Vénus spiritualisée par exemple, en relation avec la venia des Romains, la Lakshmi hindoue ou « la grâce de Dieu » des Chrétiens n’a pas grand-chose à voir avec la perfide Aphrodite, pas plus que Mars le guerrier intérieur capable d’affronter ses peurs, ne ressemble au lourdaud Arès.



CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.