lundi, septembre 08, 2014

François, Valérie et Mercure


Le libre-arbitre existe quoiqu’il nécessite l’exercice de l’intelligence. C’est la loi astrologique fondamentale. Sans surprise, sinon le monde irait bien mieux, la plupart d’entre nous se conduisent conformément à ce que décrit notre thème. La science des astres se révèle véridique au quotidien, expliquant clairement les actions et les réactions, ce qui ne signifie pas qu’il n’y avait pas moyen de faire autrement. Un moyen d’éclairer de l’intérieur le conflit sur-médiatisé entre François Hollande et son ex-compagne Valérie Trierweiler (1) est d’évaluer leurs Mercure respectifs qui contiennent en eux une partie importante des causes et des effets. Rappelons que Mercure est en charge de la communication, du langage et de l’écriture. Il symbolise la structure de l’intellect, c’est à-dire l’organisation interne du mental. Il représente la façon même de penser puisqu’il figure le degré d’ordre, d’attention et de logique de nos esprits, ce qui le rend responsable des choix et des décisions.


Le terrain

Malgré leurs capacités intellectuelles et leurs réussites personnelles, François Hollande et Valérie Trierweiler montrent des Mercure difficiles, tourmentés et en partie déficients.

Chez lui

- Cet astre qui maîtrise l’ascendant (le moi et son comportement) Gémeaux, est au carré de Saturne, indiquant le durcissement mental, l’entêtement, une grande difficulté à examiner ses mobiles secrets et ses motivations profondes et en conséquences d’inévitables mauvaises décisions qui le desservent tant dans sa vie de personnage public que dans la sphère du privé (2).

Extrait de l’analyse de son thème (paru avant son élection) : « Cette configuration difficile, étrangement présente chez beaucoup de politiciens (….) est en relation avec une mauvaise orientation de la pensée. Les conséquences sont des erreurs souvent répétées, des leçons difficilement apprises et des mauvais choix (…). Sous cette lumière on peut s'interroger si la candidature de François Hollande est un bon choix? ».
(Lire ici pour plus de détails sur la négativité de cet aspect sur son mandat de président).

- Au sextile de sa Vénus, Mercure figure cependant une convivialité réelle et de la gentillesse. En tant qu’ascendant Gémeaux, la double nature est de mise. Nous savons de par l’étude de son ascendant qu’il est très marqué par Uranus (électrique, brusque, radical, humaniste) et par Pluton (la quête et le goût du pouvoir).

Autres extraits: « Certains processus de pensée, parfois obsessionnels, relatifs au pouvoir, à la jouissance et à la peur, peuvent entraîner sur des chemins obscurs ».
« Contrairement à certaines apparences trompeuses (…) c’est un homme d'action (…) passionné par les femmes (Mars au carré de Vénus en Balance). Il est certain qu’il souffre à ce sujet de son image déficiente (Vénus en Balance maître de la XII, les grandes épreuves).

Chez elle

- Mercure au parallèle et au carré de Neptune, indique une émotion qui trouble la raison ainsi qu’une propension (parfois) à la médisance et au travestissement de la vérité.

Extraits de l’analyse de son thème :
« Mercure au carré de Neptune figure des  possibilités de dissimulations et de mensonges. L'émotion prend facilement le pas sur la raison ».
« Malgré une véritable brillance intellectuelle et beaucoup de cœur, Valérie Trierweiler n'est pas à l'abri des erreurs de communication et des choix erronés bien au contraire ».

- Mercure est conjoint à Vénus située au coucher : « Sa conjonction à Mercure en VII en fait une partenaire intellectuellement subtile et brillante, capable d'étonner et de séduire tant par sa présence que par ses conversations ». Cette conjonction à Vénus relie Mercure à tous les aspects vénusiens. La situation mercurienne est ainsi rendue complexe car Mercure (de même que Vénus d’ailleurs) est au carré de Jupiter et de Neptune :
« (…..) une claire prédisposition au scandale dans le sens où l'on étale ce qui est normalement caché (Neptune en IV en Scorpion, les ressentis secrets) sous les yeux du public (Jupiter en X) ». 
« Mercure au carré de Jupiter est signe de possibles mauvais jugements ».

- Sa Vénus au coucher au carré de Neptune indique une possibilité de trahison des deux cotés: c’est bien ce que nous avons, Mercure (les mots) conjoint à Vénus et carré à Neptune devient le vengeur en exposant la vie privée sous un éclairage particulier :  à cause de cette configuration on ne peut être certain de la véracité des propos, ou du moins de la façon dont les faits sont rapportés.

« Ajoutons le quinconce de Vénus à la conjonction Uranus/Pluton et nous obtenons une personnalité aussi magnétique (Uranus) que pulsionnelle (Pluton),  à la fois libre et originale (Uranus), contrôleuse et manipulatrice (Pluton) ».

- C’est un sérieux gâchis car la vie sentimentale de VT est « normalement » marquée par de beaux échanges! Si Mercure au carré de Jupiter signifie une élévation par le biais de l’union (le bénéfique Jupiter culmine dans son thème), il indique aussi comment l’impression d’injustice (Jupiter est le sens de la justice) transforme un amant (Mercure/Vénus en VII), en ennemi (3).

- La Lune en Vierge qui appartient à Mercure est affligée par Saturne. Elle explique la force du ressentiment et la double nature marquée de ce thème: à cause des circonstances adverses (Saturne), l’amour (Vénus au coucher) se transforme en froideur ou en indifférence (Lune/Saturne).

Mars, Saturne et la parution de « Merci pour ce moment »

Comme toujours dans un couple, nous sommes face à un affrontement entre deux natures qui se sont mutuellement attirés. Le livre brûlot est publié le jeudi 4 septembre 2014 alors que des aspects forts intéressants marquent les deux parties concernées.

-  A 18°17 du Scorpion, Saturne transite au carré de la Vénus et du Mercure de l’auteur (froideur, isolement, mauvais choix). Il est posé sur son Neptune (souffrance d’être séparée) et opposé à son Jupiter culminant (durcissement et scandale en lieu de justice). Difficile de faire mieux!  Consulté à ce sujet un astrologue compétent aurait conseillé de s’abstenir, ou tout au moins d’attendre. Les bénéfices engrangés et l’immense succès médiatique ne l’empêchent pas de s’empoisonner elle-même, comme elle empoisonne la vie du pays.

- Neptune en Poissons, conjoint au Saturne de VT (alors que Saturne est sur son Neptune), montre la blessure mal cicatrisée et illustre le biais sinueux de cette vengeance (livre rédigé et imprimé en secret, exposition de la vie privée, scandale). On lit dans ce double aspect Saturne/Neptune une vraie souffrance mentale.

- A 28°30 du Lion, opposée au Soleil et au Saturne de VT, Vénus symbolise l’amour transformé en froideur.

- A 23°49 du Scorpion et conjoint à Saturne, Mars fait les mêmes aspects que ce dernier, plus un carré au Soleil de VT. Il marque la violence, la révolte contre l’autorité, la dureté et la frustration.
- Combinant Mars et Saturne il n’y a pas de doute, même si la blessure est toujours brûlante (Mars) nous avons affaire à une vengeance froide et délibérée (Saturne).

- François Hollande quant à lui, dont la côte de popularité est à 13% !! subit les mêmes Saturne et Mars au carré de son Soleil et de son Pluton : sa lumière et son image personnelle sont extrêmement assombries.

- Mercure, fallait-il s’y attendre, est à 3° de la Balance, posé au degré près sur sa Vénus… Cet aspect serait entre autres circonstances plutôt favorable, mais Saturne transite justement au demi-carré exact des deux astres signifiant la méchanceté (Mercure/Saturne) de l’attaque subie dans les règles par son ex-compagne (Vénus/Saturne). Son pouvoir de séduction (Vénus en Balance) tombe ainsi au plus bas.

- Vénus quant à elle est conjointe au Pluton du président, signifiant la relation amour/haine qui s’est développée entre eux et dont il fait les frais au moment où Saturne passe au carré de ces astres.

Pour tous les deux et peut-être pour la nation subissant, marketing oblige, la Lune est conjointe à Pluton (obscurité et obsessions mentales) et Mars est au parallèle quasi-exact de ce même Pluton (destruction).

La leçon de Mercure

D’un coté un homme sans tact, durci par le pouvoir, l’ambition et des  problèmes personnels jamais vraiment réglés et de l’autre une femme blessée qui ne songe qu’à la vengeance, quel qu’en soit le prix pour sa propre dignité et pour la communauté à laquelle elle appartient. L’histoire est banale, jouée des millions de fois avec toutes les variantes possibles, sauf qu’il s’agit d’un président de la république et de son ancienne compagne.

Habituée aux frasques des gouvernants les français en riraient plus si la rentrée plombée par le chômage n’était pas si maussade. Alors ça fait désordre. Les ennemis et les rivaux en rajoutent, les amis sont embarrassés, la classe politique dans son ensemble perd un peu plus de sa crédibilité. De même le spectacle serait divertissant si la planète ne mourait pas à petit feu, si la violence et la barbarie n’étaient partout présentes, si les  puissants qui ne sont pas les plus intelligents mais les plus rusés (Mercure dans les deux cas) ne passaient leur existences à rivaliser pour un peu plus d’argent, de pouvoir et de sensations.

Pourtant les autres, les vrais « normaux », sont tous partie prenante à ce chaos qui enténèbre le monde. En ce sens l’humanité entière souffre d’un Mercure déficient qui se traduit par de mauvaises orientations de la pensée et par de mauvais choix. Le chaos régnant est le contraire de l’ordre (Mercure), c’est-à-dire de la civilisation dont le but devrait être non seulement l’harmonie et la paix, mais aussi de nous offrir les moyens d’explorer sereinement les secrets du monde dans une quête de l’accomplissement.

Mercure, ou l’art de concevoir des rapports entre les choses, est indissociable de l’ordre et puisque tous les maux dont nous souffrons sont du désordre, sa fonction est de guérir. Il n’est pas en charge de la médecine pour rien. Mais c’est un astre neutre, en ce sens que selon ses aspects il exprime aussi la recherche de l’intérêt personnel, la méchanceté, la curiosité malsaine et le cynisme devenant ainsi facilement notre ennemi et participant à notre autodestruction.

C’est ici que le libre arbitre est à conquérir : traditionnellement Mercure est l’astre qui s’éduque. Même fortement déficient il peut être transformé par le biais de l’étude, des explications, de la logique, de l’observation, de l’entraide, de la communication. Mercure est le guérisseur et c’est à chacun de se guérir soi-même. Et comme rien n’est possible si les valeurs du cœur, l’amour, la compassion, le sens de la justice ne sont pas respectées, l’intelligence mercurienne doit aussi s’y appliquer. Cela signifie comprendre que la vengeance ou le ressentiment sont des poisons violents pour les individus et la société.

Il s’agit d’échapper au chaos, ce qui signifie l’examiner, le comprendre dans ses causes et ses origines plutôt que de le nourrir. Il s’agit d’être dans l’observation vigilante, passive, intelligente de ce que l’on est. L’ordre disait Krishnamurti n’a rien à voir avec des idées, des idéologies, des systèmes ou des croyances décidées ou imposées de l’extérieur. L’ordre c’est prendre conscience du désordre et cela commence obligatoirement par soi-même. Peut-être réalise-t-on alors qu’une société ordonnée, intelligente, libérée des ambitions et des combats de chefs accomplit automatiquement, naturellement ce qui doit être fait.

(1) Son ouvrage « Merci pour ce moment » n’éveille guère d’intérêt chez moi, au contraire des ressorts des personnalités et des intrigues de cette histoire examinée sous l’angle astrologique. On regrettera pourtant l’absence d’un ingrédient essentiel, l’humour,  un élément entièrement mercurien quand cet astre brille sous ses meilleurs aspects.

(2) On se souvient qu’il partage cet aspect dans sa complétude (Mercure maître de l’AS au carré de Saturne) avec Nicolas Sarkozy. Les Français ont réussi à élire deux fois de suite des personnalités plus aptes que d’autres à faire de mauvais choix…

(3) La maison VII est celle des associations (sentimentales et professionnelles) ainsi que celle des ennemis déclarés, des adversaires.

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.