lundi, avril 07, 2014

Mars en Balance part II, la seconde croix cardinale


Croix cardinale calculée pour le 22 avril 2014 Paris (France) à 12H00 HL.

Voici venir le temps où Mars revient sur ses pas, afin de former la seconde croix cardinale de l’année. Les dieux du ciel qui vivent aussi en nous se confrontent, et selon la lucidité ou l’opacité dont nous faisons preuve dans nos réactions, nous apportent contentement ou contrariété. L’essentiel réside dans l’intelligence de notre approche : comment surfer la vague des énergies plutôt que de la prendre en pleine face pourrait être une définition acceptable de l’art de l’astrologie, qui ne consiste pas uniquement à étudier les nuances de la personnalité inscrites dans la carte du ciel, mais aussi à utiliser au mieux les tendances définies par la ronde céleste. 

Ce 8 ou 9 avril, Mars rétrograde se replace en position de force, créant des tensions qui vont aller croissantes avec Uranus, Pluton et Jupiter et cela jusqu’au début du mois de juin (vers le 5), Jupiter quittant alors l’opposition à Pluton. Le Soleil, Mercure et Vénus s’en mêleront parfois, rendant la situation un peu plus complexe encore (voir le petit calendrier en bas de cet article). Si tout le monde est touché, les thèmes marqués par les 8° à 15° des signes cardinaux (Bélier, Cancer, Balance et Capricorne) sont les plus sollicités.

Notons que :
- Le carré Uranus/Jupiter se poursuit jusqu’au 20 juin
- Le carré Mars/Pluton jusqu’au 3 juillet
- L’opposition Mars/Uranus jusqu’au 13 juillet
- Le carré Mars/Jupiter jusqu’au 20 août.

Par conséquent, les significations dont nous allons parler ne vont pas s’éteindre subitement les premiers jours de juin, même si la croix cardinale sera techniquement dissoute. Elles assailliront la conscience collective pendant de longs mois encore et même des années pour ce qui est d’Uranus au carré de Pluton.

Sachant que les évènements et les soubresauts agitant la collectivité ne sont en définitive que l’expression du psychisme de milliards d’individus, il est nécessaire d’observer, chacun à son niveau, au cœur de sa petite vie qui est pourtant le centre du monde, les pensées, les paroles et les actes inspirés par la colère (Mars/Jupiter), la peur et les pulsions autodestructrices (Mars/Pluton) et la tendance accrue à la radicalité (Mars/Uranus).

Comme nous avons affaire à 4 carrés et à deux oppositions, l’atmosphère est riche en tensions et en contradictions. 

Le carré Uranus/Pluton dont on a  fréquemment parlé (entre autres ici ), définit les gros défis actuels:  « Uranus et Pluton troublent le ciel d’un carré violent depuis 3 ans et pour encore au moins 3 années de plus. Cet aspect symbolise un durcissement généralisé. Il renforce la puissance grandissante des pouvoirs financiers, le matérialisme triomphant, la tyrannie des nouvelles technologies, l’autoritarisme des aristocraties dirigeantes, les réveils de vieux démons racistes, les déploiements fanatiques en tous genres. Il figure une science de plus en plus dénuée de conscience, dont Fukushima fut un exemple » (1).

Jupiter au carré d’Uranus inspire pourtant le combat pour l’égalité et l’humanisme, alors que Mars au carré de Jupiter provoque aisément la colère du juste. Mais au même moment l’opposition Jupiter/Pluton privilégie la poursuite de l’argent et du pouvoir et génère forcément des injustices. Il n’est pas rare de courir les deux lièvres à la fois, s’auto-proclamer politiquement correct et polluer la planète allègrement. Voyez le gaz de schiste par exemple, le radical Uranus refuse ce pas supplémentaire vers la destruction de la planète, mais le réaliste Pluton (les richesses souterraines dans tous les sens du terme) ne l’entend pas de cette oreille. Quand à Jupiter, quoique intrinsèquement  lié à la philosophie et à la justice, il amplifie le matérialisme plutonien, l’autoritarisme (voire le fanatisme) uranien, sans compter la brutalité marsienne. Les puissances financières (Jupiter/Pluton), ont la haute main sur le monde et leur bras armé (Mars), déjà fort présent, risque d’être encore plus actif dans le cadre de multiples embrasements, d’autant que les dictateurs (Uranus) sont plus que jamais tenter de l’employer. 

Ces manifestations extérieures reflètent les orientations et les tourments qui agitent nos microcosmes intérieurs. La crainte et la fuite de la mort par le biais de l’intensité des sensations (Pluton), représentent, chez chacun d’entre nous les germes de ces tendances collectives. L’intérêt personnel (Pluton) prend obligatoirement le dessus. Le dictateur (Uranus), actif dans de nombreuses régions du monde, mais également présent à l’usine, au bureau et dans de nombreux foyers, est le reflet du tyran intérieur, du moi central qui impose ses directives au corps, au cœur et à l’esprit.  Le désir (Mars), d’autant plus insatiable qu’il est amplifié par Jupiter, pousse à la violence intérieure qui est l’arme du tyran : on se traite avec brutalité, on se bat contre soi-même, on se force à agir et souvent à travailler, on écarte ou l’on supprime les pensées déplaisantes plutôt que de les examiner, on accuse le système et les autres de tout ce qui ne va pas dans nos vies. La colère menace plus que jamais.

Jupiter au carré d’Uranus inspire pourtant la révolution intérieure, mais là aussi les récupérateurs (Pluton) sont à l’affût. Le désir de transformation est encadré, quand ça n’est pas corrompu par des maîtres, des gourous (Jupiter), des « illuminés » auto-proclamés qui s’enrichissent tout en glorifiant leur ego. Cela produit une belle excitation, écarte un peu le vide et la peur, d’autant qu’on suppose être dans le bon chemin, mais on n’aboutit à rien. Malgré les bonnes intentions Uranus/Jupiter, Pluton mène plus que jamais au matérialisme spirituel qui consiste à croire que l’on progresse vers la réalisation, c’est-à-dire un allégement de l’ego, alors que les orientations, les pensées et les pratiques que l’on adopte l’épaississent comme jamais.

On réalise ainsi le danger pour la collectivité et pour les individus que représente Mars confronté à ces astres lourds.
Son carré à Pluton est dangereux parce qu’il transforme l’organisme en champ de bataille. L’intention peut être bonne, puisqu’il s’agit de se libérer de la crainte, Mars est le guerrier capable d’affronter les démons intérieurs, mais dans ce contexte tendu il devient facilement destructeur. Dans ce contexte l’autodestruction menace toujours l’organisme. Son opposition à Uranus symbolise le fanatisme, c’est-à-dire les idées (Uranus) soutenues par la violence (Mars). Cet aspect, souvent sous-tendu par la propagande et les conditionnements, symbolise la façon dont on s’identifie à un combat, une révolte, une opinion. Le tyran intérieur s’en nourrit et rassemble les rênes de l’esprit par ce biais, aliénant la liberté. Enflammé par le carré de Jupiter, Mars se prend facilement pour un justicier et la violence, intérieure ou extérieure, se déploie.  Cet aspect amplifie la colère et l’impulsivité et pousse à de possibles explosions.

Il n’y a pas de fatalisme.

Tout aspect négatif peut-être transformé, transmuté, vécu différemment, voire même favorablement. Une croix cardinale est une configuration impliquant des signes affectés aux changements, au mouvement, aux transformations. Ces énergies sont utilisables pour le bien de l’individu et en conséquence pour celui de la collectivité.

Uranus sait éveiller la face positive de Pluton, qui passe par la libération des traumatismes et la régénération des mémoires anciennes inscrites dans nos corps, ces vieilles nuits de l’esprit qui font que rien n’a fondamentalement changé depuis des milliers d’années dans nos comportements, d’où le fait que nous en soyons arrivés à ce niveau d’autodestruction. Il s’agit d’explorer ces mécanismes, leurs liens avec la peur principalement, notre ennemi héréditaire, coupable de nos pires attitudes. Cette action passe par le filtre de nos personnalités individuelles qui les perpétuent à chaque génération, parce que nous raisonnons et agissons sous l’influence de notre passé, de nos mémoires,  de nos souvenirs d’enfance, transformant souvent nos ressentiments en compensations.

Jupiter en ce sens, maitre de la culture, des voyages, du cosmopolitisme et de la philosophie, enrichit l’action uranienne. Le village global est une bénédiction si l’on comprend enfin que nous appartenons tous à la même planète. Que nous sommes libres et égaux et qu’il est temps d’en finir avec les conflits ethniques (Pluton) et culturels (Jupiter). Le roi du ciel représente l’expansion mentale qui ici s’applique à l’intuition, à la poursuite de la vérité et de la liberté (Uranus).  Cette expansion culturelle aide à orienter Uranus vers la quête intérieure et à l’éloigner des tentations et des comportements autoritaires. Inversement, Uranus aide à assouplir Jupiter qui tend trop facilement à juger : cesser de se juger intérieurement, par rapport à de vieux conditionnements moraux ou religieux (Jupiter), permet de ne pas juger les autres et de gagner en tolérance et en bienveillance (Jupiter encore).

Mars, bien soutenu par la philosophie (Jupiter), par la force instinctive de protection (Pluton) qui va à l’encontre de l’autodestruction et par l’intelligence intuitive (Uranus) mène à l’action juste qui n’est pas une réaction. Il représente alors l’esprit chevaleresque, le fort au service du faible et par dessus tout la non-violence : une non-violence qui n’est pas théorique, qui n’est pas une opinion mais qui se manifeste d’abord intérieurement, lorsque l’on cesse de se battre contre soi-même, ce qui est le signe d’un Mars intégré. Ce mouvement entrepris, on n’est plus tenté de dominer, ou de brutaliser les autres.

La colère (Mars/Jupiter) se transmute dans une action permettant l’émergence du justicier, qui n’est pas une manifestation orgueilleuse du moi promu en tant que juge, mais qui naît de l’intelligence et du cœur. De cette façon, Mars opposé à Pluton cesse de transformer le moi en champ de bataille. Il est prêt à incarner le héros qui descend aux enfers (Pluton) affronter ses propres craintes, c’est-à-dire ses monstres intérieurs. Mars et Uranus enfin ne représentent plus le fanatique, mais bien le tranchant du sabre (Mars) de l’intelligence (Uranus), capable de trancher les nœuds gordiens de la pensée et  de régler ainsi les problèmes de l’individu et de la collectivité.


Petit calendrier à fin d’exercices d’astrologie pratique : la croix est une base de tensions sur laquelle s’accordent les autres astres, en bien comme en mal. Elle est active (plus ou moins) du 8 avril au 5 juin.

- 8/04 : début présumé (on ne peut être  précis à 24h00 près) de la croix cardinale.

- Le Soleil quitte le carré à Jupiter (un peu de démesure, voire de gaspillage) le 12 ou le 13/04. Il quitte le carré à Pluton ces mêmes jours, achevant un combat de plus de la lumière contre les obscurités. Cet épisode actuel souligne les interactions entre Uranus et Pluton dont nous avons parlé.

- Le Soleil reste d’ailleurs conjoint à Uranus jusqu’au 15/04 : la noblesse et la générosité accompagnent le sens de la révolution. Enthousiasme dans les projets mais attention car Mars et le Soleil s’opposent jusqu’au 17/04.  Mieux vaut se méfier de la révolte (Mars) contre les autorités (le Soleil), qui n’est pas la révolution (Uranus). Au mieux tenter de comprendre que la non-violence naît du coeur et non de la volonté. Mercure et Uranus aideront en ce sens:

- Le 12/04 marque le début d’une phase mercurienne active jusqu’au 18/04 ou 19/04 (3) : Mercure en Bélier se conjoint à Uranus et contacte la croix cardinale. Ce passage est particulièrement remarquable car la conjonction des deux aspects majeurs de l’intelligence (Mercure ordre et expression et Uranus l’intuition) permettent à ceux qui s’en donnent la peine d’aller au fond des choses. Une semaine à ne pas manquer! Attention cependant à ne pas confondre l’intelligence avec la ruse et le cynisme (carré Mercure/Pluton), le trop plein d’informations (carré Mercure/Jupiter) ou l’art de la polémique (opposition Mercure/Mars)

- Vénus reste conjointe à Neptune jusqu’au 19/04: l’atmosphère bruisse d’un fort désir de communion et de fusion, mais la sentimentalité s’y mêle trop facilement. Prendre conscience qu’elle n’est pas l’amour mais un égoïsme déguisé. Comme Vénus transite dans les Poissons jusqu’au 3 mai, quoique moins puissantes, les mêmes tendances se poursuivent jusqu’à cette date, même après sa conjonction avec Neptune. Attention car les aspects durs de la croix cardinale usent beaucoup de la sentimentalité dans le cadre de la propagande, influençant les choix individuels et collectifs par le biais de la manipulation des émotions.

- A propos de choix, on se méfie de l'opposition Mercure/Saturne (du 30/04 au 6/05) puis de son carré à Neptune (du 9/05 au 15/05). Mercure gouverne le discernement et les mauvais choix sont favorisées par ces aspects, soit par manque d’éveil aux mobiles secrets (Mercure/Saturne) soit par inattention, sentimentalité ou aveuglement  (Mercure/Neptune). Dans le cadre d’une croix cardinale qui provoque des décisions et des changements, alors que Mars est toujours instigateur de comportements impulsifs, les pressions sont importantes et des choix peu réfléchis sont possiblement à l’origine de vraies catastrophes.

- Le 8/05 marque le début de la phase vénusienne de la croix qui se poursuit jusqu’au 20/05  (2). Vénus en Bélier s’oppose à Mars et dès le 10/05 elle entre de plein pied dans la structure. Les émotions, la sensualité, le désir, l’amour, l’émotion esthétique et la créativité artistique sont puissamment marqués par des tensions, de l’expansion, des révélations, du dynamisme, des conflits et des changements. La présence de Jupiter accroît la quête du plaisir ainsi que la joie d’aimer (Vénus/Jupiter); les chances de coups de foudre et d’exaltation amoureuse (Uranus) sont nombreuses, ainsi que l’inflammation des désirs et des passions (Mars), le tout sur fond d’obscurités, de fantasmes et de quête de régénération des sentiments et des instincts profonds (Pluton). Selon les choix et la compréhension qu’on en aura, cette phase vénusienne s’avère positive et libératrice, tout autant que dangereuse pour le cœur et l’esprit. On se méfie des désirs exacerbés et des possibilités de violences sexuelles (Mars/Vénus/Pluton)

Terminons sur une excellent note, qui est la situation saturnienne. L’astre des obstacles et de la purification n’appartient pas à la croix, ce qui est rassurant. Plus rassurant encore est sa position en Scorpion qui permet un beau trigone à Jupiter, aspect favorable sous tous points de vue,  sur lequel on doit pouvoir compter. Le trigone commence vers le 26/04 et se poursuit jusqu’à la fin du mois de juin. Il offre la possibilité d’allier les inspirations, les idées philosophiques et les rêves d’expansion avec la volonté, la patience et la faculté de structurer. On ne rêve pas dans le vide, mais on bâtit, on charpente, on organise. Saturne a de plus la bonne idée d’entrer au sextile de Pluton vers la mi-mai, aspect qui perdure jusqu’à la mi-août et imbibe les individus et la société d’une possible sagesse : affaiblissement du matérialisme peut-être et réflexion à long terme fondée sur les intérêts communs de l’humanité et la régénération de la société. Avec l’aide de Jupiter, c’est aussi ce que la croix cardinale peut apporter au monde ce printemps.

(1) « Pluton est en quête des gratifications sensuelles que la richesse et le pouvoir délivrent, qu’il s’agisse de sexe, de domination physique (sadisme y compris), de possessions matérielles. Uranus tire son bonheur dans l’exercice de l’autorité, la domination mentale, la capacité de diriger, de réformer, d’imposer ses idées à son environnement. Dans le cadre du carré les deux orientations s’interpénètrent négativement : les politiciens, les technocrates et les gouvernements (Uranus) sont de plus en plus au service des puissances de l’argent (Pluton). Les multinationales, les maffias (Pluton), s’orientent de leurs cotés vers une science (Uranus) sans conscience » (Lire ici

(2) Le carré Jupiter/Vénus se poursuit jusqu’au 27 mai, colorant la fin de la croix cardinale de forts besoins sensuels, affectifs et artistiques.



CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.