jeudi, avril 18, 2013

Frigide Barjot et l'identification

 Barjot (Virginie Merle)  le 25 09 1962 à 11H35 (source Didier Geslain)  Boulogne-Billancourt

Des personnages émergent de la masse en temps de crises et cela pour diverses raisons. Qu'ils soient de droite ou de gauche, à étiquettes libertaires, démocratiques ou fascisantes, ils sont l'écume de la vague de la protestation. On se demande ici, par le biais du thème de Frigide Barjot, comment fonctionne ce processus et si sa soudaine notoriété était annoncée? on s'interroge de même sur ses motivations profondes, c'est-à-dire sur les racines mêmes de ses opinions.

Le Milieu du Ciel, le lieu même de la notoriété publique (en bien comme en mal) est exactement conjoint à Uranus, Il indique ainsi une destinée marquée par une explosion soudaine, possiblement sous les traits de la revendication, du non-conformisme et de la révolution. Uranus profite de son opposition à Jupiter, dont l'effet est toujours amplificateur. Remarquons que ce Jupiter conjoint au Fond du Ciel (l'origine, la famille), chez lui en Poissons, décrit correctement le milieu de naissance bourgeois, aisé, traditionnel mais non dénué de compassion. Jupiter décrit la tendance à juger la société, les autres et soi-même à l'aune de principes philosophiques, idéologiques ou religieux. Cette orientation est renforcée par Uranus capable de dresser le moi contre le monde entier s'il le faut, tant il persuade que l'on a raison.
Il y a ainsi d'entrée une sorte de paradoxe, illustré par la volonté de se faire connaître comme une révolutionnaire très attachée aux valeurs traditionnelles. Cette ancienne étudiante en droit et en sciences politiques, attachée au gaullisme et au RPR utilise un nom de guerre sous forme de calembour, crée des interventions humoristiques et n'hésite pas à faire preuve d'excentricité.

Uranus est cependant au demi-carré de Mars, maître de l'AS Scorpion et cette seule figure radicalise l'action: il s'agit de défendre ses idées (Uranus) par la force (Mars) s'il le faut, ce qui explique son coup de gueule : «Hollande veut du sang, il l'aura! ». Mars est d'ailleurs également au carré de Mercure, figure classique qui transforme les mots en armes, puisque Mercure représente le langage. En conséquence la parole est forcément soumise à l'impulsivité avec les désagréments que cela apporte parfois et la nécessité de faire marche arrière : « Je retire les mots violents de sang que j'ai prononcés » a-t-elle ensuite déclaré. On voit que les aspects de Mars envers Uranus et Mercure, influent directement sur le comportement (l'AS).

Notons au passage que Mercure est au parallèle de Jupiter et d'Uranus, indiquant la culture et l'intelligence intuitive au service de l'ascension sociale, puisque Mercure gouverne le Milieu du Ciel en Vierge: on y lit aussi le choix de l'humour en tant qu'instrument de combat.

Pour en revenir au comportement, l'AS Scorpion conjoint à Vénus, lui-même conjoint à Neptune en XII,  permet d'appréhender les motivations profondes dissimulées derrière les actions. Ça n'est pas une configuration facile, bien au contraire. Il s'y trouve des germes de haine de soi sans doute dus à un physique non accepté (Vénus en Scorpion au lever), une association amour/souffrance  (Vénus/Neptune) très en corrélation avec sa foi chrétienne et une crainte viscérale de ne pas être aimée. Le secret, le dissimulé et la culpabilité perturbent le mental. Neptune ainsi marqué indique une tendance irrésistible à l'identification. Celle-ci est rendue nécessaire par le   vide primordial appartenant à la nature de Neptune d'autant qu'en Scorpion ce vide est rattaché à la peur de la mort. Grâce à la sensibilité intellectuelle (Uranus/Mercure) et la sensibilité émotionnelle teintée de craintes et de souffrances (Vénus/Neptune), les gouffres du vide (Neptune) existant au-delà du mental sont perçus intuitivement et il s'agit de s'en protéger. Ainsi, Neptune figurant  la foi et les orientations émotives et le Scorpion la puissance de l'instinct, il semble approprié que Frigide Barjot se définisse comme  « viscéralement » attachée à ses racines chrétiennes et à son pays, s'identifiant ainsi à une définition d'elle-même et se comportant ensuite comme tel.

Vénus en Scorpion au lever est ambivalente : elle apporte un grand besoin d'affectivité et sans doute de l'amour authentique, mais elle ne s'aime pas. Le corps ne se réconcilie pas avec l'image de soi vénusienne liée à la beauté (le regard ici n'est pas objectif, le miroir renvoie une image esthétique négative au mental). Ce désamour nourrit une relation complexe à la sexualité déjà marquée par l'AS Scorpion. Le demi-carré de Vénus au Soleil en Balance qu'elle domine, souligne une réaction narcissique, la nécessité de se montrer afin de compenser le désamour de soi. L'important est d'être aimée. Vénus au lever désire incarner le bien, afin de nourrir en ce sens l'image de soi (AS), de la rendre aimable, mais la motivation passe surtout par la recherche de la sécurité. L'essentiel est de s'identifier à ce que l'on défend et que cela rejaillisse sur l'image de soi autant publique que privée.

Ajoutons maintenant la Lune en Lion, extravertie et flamboyante, aimant briller, proche du Milieu du Ciel et d'Uranus et surtout au parallèle de Neptune (toujours l'identification quoique cela ouvre également des perspectives des perturbations relatives à la mère, à la douleur, à la culpabilité, aux secrets et à l'enfance) et nous avons les ingrédients parfaits pour une figure de proue, dans le sens où ses idées, ses identifications, sont celles de la foule (la Lune et Neptune) ou en tous cas d'une partie d'entre elle. Elle est donc bien née pour incarner une image, une idéologie, dans l’œil du public.

Il reste, dans ce rapide survol, un étage de plus à descendre : Saturne est au parallèle de Pluton et tous les deux le sont aux Nœuds lunaires.

L'affliction Saturne/Pluton est la configuration des tabous, des interdits, puisque Pluton l'autre maître de l'AS Scorpion et donc du comportement représente la nécessité de se libérer de traumatismes et de conditionnements pénibles en relation à la mort et à la sexualité. Mais Saturne inhibe ce processus, provoquant la guerre intérieure dont les ingrédients majeurs sont la peur, le contrôle, la suppression. Saturne conjoint et Parallèle à Ketu indique possiblement un ou des évènements traumatisants qui ont déclenchés ces orientations.  L'ancrage à la tradition qui en résulte (malgré le désir uranien de tout faire voler en éclat), c'est-à-dire à ce qui est considéré comme bien ou mal,  est indiquée par le quinconce de Jupiter (le maître du jugement) à Rahu en IX (la maison de la religion). L'identification devient essentielle à l'équilibre précaire Saturne/Pluton qui pourrait, vu le tempérament explosif, se rompre à tout moment. Les croyances sont effectivement viscérales et le mariage pour tous, l'objet de son combat actuel, menace de briser son édifice intérieur: sans juger de l'opinion en soi, on comprend que c'est une lutte plus personnelle que collective.

Un mot sur l'opposition Jupiter/Pluton qui indique des collusions avec le pouvoir et les puissances financières. La part d'ombre est ici certaine (on sait qu'elle fut un temps co-rédactrice des discours de Charles Pasqua alors ministre de l'intérieur). La recherche du plaisir, de la jouissance et des sensations intenses est également marquée, durcissant la guerre intérieure entre les désirs et les interdits.

Nous obtenons ainsi le portrait d'une personnalité puissante et brillante (Lune culminante en Lion), douée d'un grand sens de la communication (Lune sextile Mercure) , quoique impulsive et guerrière (Mars), contradictoire (Jupiter/Saturne/Pluton), ambitieuse (Lune/Uranus/Pluton culminants), tourmentée par la douleur, la culpabilité, la foi (Lune/Neptune) et de sombres conditionnements voire des traumatismes (Saturne/Ketu/Pluton). Elle est d'évidence capable de structurer ses problèmes en une idéologie cohérente et d'avoir de la suite dans les idées (Soleil trigone à Saturne). Les craintes relatives à la haine de soi et à la sexualité, la peur de ne pas être aimée, le désamour de son apparence (Vénus), la sentimentalité neptunienne (liens amour/souffrance) jouent un rôle majeur dans son comportement (AS). Celui-ci, excentrique et radical est alors pris en charge par un Uranus amplifié par Jupiter et durci par Mars.

L'impression générale est qu'elle pourrait faire bien mieux. Uranus ne donne jamais sa pleine mesure dans ce type d'expression politique qui le rapproche de sa nature autoritaire, parfois violente et même fanatique, alors qu'il représente l'intelligence capable de transcender tous les conditionnements. Sa relation à Mercure montre que cette intelligence est présente, mais il semble que les émotions et l'identification (Neptune) prennent le pas sur elle. Sans doute est-ce parce que les problèmes saturniens, les conditionnements chrétiens entre autres correspondant aux interdits et aux obsessions de la pensée (Pluton/Saturne) ne sont pas réglés.
 
C'est justement à cela qu'Uranus doit s'attaquer en premier : se comprendre et se changer soi-même avant de vouloir changer les autres. Le danger est que vue la puissance évidente de la personnalité, évidemment douée pour mener des causes et des combats, les problèmes personnels nourrissent l'action menée dans la collectivité, d'où certaines violences pouvant en résulter.

Pourquoi maintenant?
- Les progressions secondaires montrent que Mercure (maître du Milieu du ciel) et Vénus (rétrograde) transitent actuellement sur l'AS natal ! C'est bien le moment de se montrer, de communiquer, de magnifier le moi.
- Nous sommes en Scorpion, dans le monde de la sexualité, qui est une obsession marquante de ce thème (Mars/Pluton/Saturne/AS/Vénus). Quoiqu'on en dise on sait que le débat sur le mariage pour tous en cache un plus profond à propos des orientations sexuelles.
- Mars met le feu aux poudre: le maître du Scorpion a progressé en Lion au carré de l'AS, de Vénus et de Neptune de naissance, ainsi que de Vénus et de Mercure progressés, radicalisant l'action et prônant une certaine violence.
- En ce qui concerne les transits c'est surtout Neptune qui frappe par sa position sur le Jupiter natal, soulignant parfaitement l'identification aux lois et aux principes moraux qu'elle défend, mais aussi le fait que le public l'identifie à ce combat et que ses partisans s'identifient à elle.
- Ketu est en ce moment sur l'AS et on ne peut douter que Frigide Barjot se croie investie d'une mission.
- Saturne au trigone de Jupiter et au sextile de Pluton lui met le vent en poupe mais l'automne prochain et l'année suivante risquent d'être plus difficiles car Saturne transitera sur l'AS et approchera le carré à la Lune: il lui faudra peut-être apprendre que les notoriétés uraniennes s'achèvent parfois aussi brusquement qu'elles ne commencent.












CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.