mardi, décembre 25, 2012

Noël, Benoît XVI et Neptune

Noël (fête du solstice oblige) a précédemment alimenté ce blog (Noël et l'astrologie)

Nous sommes à nouveau le 25 décembre et j’en profite pour glisser quelques commentaires à propos du nouvel ouvrage de Benoît XVI (L'enfance de Jésus) qui admet l’incertitude de la date de naissance du Christ, que nous savons depuis longtemps n’être né ni un  25 décembre ni en l'an 0. Le pape s'appuie entre autres semble-t-il sur les travaux de l'astronome Kepler, un des premiers à la mettre en doute. Comme Benoît XVI est un disciple de Saint Augustin, ennemi juré des astrologues dont Kepler reste l'un des plus illustres représentants, on se dit que tout finit par arriver.
 
La théorie assimilant la fameuse étoile de Bethléem à une conjonction Jupiter/Saturne est séduisante, d'autant qu'elle eut lieu en l'an moins 6, année présumée exacte selon de nombreux chercheurs de la venue au monde de Jésus. Qui plus est elle eut lieu dans le signe des Poissons, reliant le fondateur du Christianisme à une symbolique qui s'avéra essentielle pour ses premiers adeptes, ainsi qu’à l'ère des Poissons initiée quelques siècles auparavant par le Bouddha, Lao Tseu et Mahâvîra entre autres sages de cette époque. Croire à ce mythe particulier lié aux Rois Mages, dont l’unique source est l’évangile de Mathieu, requiert cependant foi et imagination d’autant qu’on ne voit pas pourquoi des astrologues Perses installés aux environs de Babylone associeraient cette conjonction à un éventuel Roi des Juifs sauveur de l'humanité.
 
Ces considérations évoquent le mystérieux et mystique Neptune, roi de l'illusion et de la confusion, maître des Poissons et Benoît XVI encore qui dans ce même ouvrage démontre (sans le savoir) combien le Christianisme est relié à cet astre, ce qui ne nous étonne pas vue sa puissance dans son thème de naissance.
 
D'après ce site, le pape explique que :

(….)  Dieu est amour. Mais l’amour peut être haï quand il exige que l’on sorte de soi-même pour aller au-delà de soi. L’amour n’est pas une sensation romantique de bien-être. La rédemption n’est pas wellness, un bain d’auto-complaisance, mais une libération de l’être compressé dans son propre moi. Cette libération a pour prix la souffrance de la Croix.

Quelques phrases qui offrent une belle définition de Neptune sous l'un de ses aspects négatifs, celui qui lie inextricablement l'amour et la souffrance par le biais du sacrifice : l'amour aurait un prix qui serait celui de la douleur. Il n'est pas conçu comme une force pure et cristalline, inaltérable comme le diamant mais comme une sensation liée à la souffrance et à la pensée. N’est-ce pas confondre amour et sentimentalité qui sont les deux aspects majeurs de Neptune ?

De même, lier l’amour à la rédemption le fait dépendre des conceptions chrétiennes du mal et du péché originel dont l’être humain doit se libérer. Neptune on le sait est très lié à la culpabilité.

En tant qu’astrologue il me semble que l’intégration complète de Neptune (qui rappelons-le transite dans les Poissons pour pas mal de temps) consiste à passer de la sentimentalité que nous connaissons tous, à l’amour si difficile à appréhender et à vivre dans son entièreté. Ainsi, l’une des plus importantes questions à résoudre est se savoir si l'amour, dans son sens le plus pur, est en quoi que ce soit lié à la souffrance.

En d’autres termes si la « crainte de Dieu », l'ambition spirituelle, le sacrifice, l'obéissance à des règles, des principes, des codes et des commandements, le conformisme, la chasteté forcée, les terribles conflits du moi à propos de ce qu’il est et de ce qu’il voudrait être sont propres à éveiller la douleur, l'amour en soi  forcément dénué de tout égoïsme, ne leur est-il pas entièrement étranger?

C'est la pensée, réaction de la mémoire et expression de l'ego, éternellement effrayée et en quête de sécurité qui crée la souffrance. Et lorsque l'ego cherche à s'approprier l'amour, qu'il le transforme en sentimentalité, il ne peut que souffrir. Il en vient à accuser l'amour, qu’en fait il ne connaît pas, plutôt que d’accuser sa propre nature.

Neptune libéré de ses facettes négatives représente l'amour véritable qui ne demande rien, ni paiement, ni sacrifice. Ainsi que le formulait Krishnamurti : L'amour se donne lui-même en abondance, comme une fleur donne son parfum.

Le même Krishnamurti disait aussi :  le changement profond et radical, celui dont nous parlons, c'est de trouver cette qualité d'amour, une qualité qui est complètement indépendante de l'émotivité ou de la sentimentalité.

Ou encore : vous vous demandez peut-être : si je trouve un amour pareil, qu'adviendra-t-il de ma femme, de mes enfants, de ma famille, il leur faut une certaine sécurité. Si vous vous interrogez de la sorte, c'est que vous ne vous êtes jamais trouvé au-delà du champ de la conscience. Si vous vous y trouviez une seule fois, vous ne poseriez pas de telles questions, car vous sauriez ce qu'est l'amour, en lequel il n'y a pas de pensée, donc pas de temps.

Joyeux Noël !

CENTILOQUE


CLIQUEZ SUR LE LIEN
pour une version entièrement retravaillée du CENTILOQUE, un ouvrage que j'ai publié en 1993 aux Editions Dervy: Centiloque

Extrait :

1- N°5 : caractère et destinée.

"L’astrologie dévoile les relations intimes qu’entretient le caractère avec la destinée. La destinée d’un individu est l’expression de son caractère."

Le mot caractère nous vient du grec kharaktêr, qui signifie un signe gravé.

Il signifie également ce qui est propre à une chose, son expression personnelle, son originalité. Par extension, le caractère définit l’ensemble des traits psychiques propres à un individu.

Le caractère se rapporte à la fois à l’expression originale d’un individu et à son thème astral, le signe gravé dans les cieux, qui nous représente et nous définit.

Le caractère est au départ cette infime portion de nos êtres, qui échappe au grand nivellement imposé par l’hérédité et par l’environnement de naissance (racial, familial, social et culturel). Il est ce qui nous rend unique. Au travers de ce petit germe de liberté, la nature développe en nous, patiemment, la sagesse, le pouvoir et l’amour.

Le terme de destinée est aussi riche en enseignements : il est à la racine du mot destination qui signifie le rôle, l’usage.

Le concept de destinée implique une fonction à remplir. Le caractère actualise la destinée, c’est-à-dire le rôle que nous avons à jouer dans cette existence, un rôle qui n’est pas imposé: on continue à confondre astrologie et fatalisme, on fait d’elle le chantre du c’était écrit, comme si sa fonction se bornait à décrire une destinée transformée en fatum, en une fatalité inéluctable à laquelle nul ne pourrait échapper. C’est tout à fait le contraire, puisque l’astrologie n’a de sens que si elle nous permet d’agir sur la destinée.